ETAPE DU TOUR 2018

Du grand champion confirmé au petit sportif du dimanche, matériel, vélo, courses, entraînement, technique & carnets de route

Modérateurs: Geraldinho, bouri, Leinhart, Panzer

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Cuvet » 12 Juil 2018, 20:36

Je ne parlais pas de mythe en particulier non plus et je comprends que certains y accordent de l'importance même si ce n'est pas mon cas (mon seul mythe à vélo c'était Paris-Brest-Paris). L'étape du Tour ne m'intéresse pas mais je n'ai jamais dénigré ceux qui la font.

Par contre, je ne te rejoins peut-être pas sur le côté "partage humain". Si je décide de faire quelque chose en groupe, j'attendrai que tout le monde se prépare correctement. Ca ne me gêne pas d'attendre quelqu'un mais ce taper un "boulet" qui traine tous les autres parce qu'il n'est pas entraîné, je ne supporte pas. Si tu parles du fait de partager avec des inconnus qui sont dans le même état que toi, pourquoi pas (le masochisme peut se faire en groupe).

Avatar de l’utilisateur
Cuvet
Cyclo du dimanche
 
Messages: 154

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Freeze3 » 12 Juil 2018, 20:37

Cuvet a écrit:Sans vouloir polémiquer, il faudra m'expliquer ce qui motive les gens à prendre le départ d'une telle course avec 600 km dans les jambes :?
C'est du masochisme pur pour moi.
Une défaillance, ça peut arriver, mais partir pour faire 12h sur le vélo dans ces conditions, je ne comprends pas. Si c'est pour dire qu'on a fini, OK, mais dans quelles conditions ? Et j'imagine que c'est pour ne plus rouler de l'année (ou presque) ? Je ne conçois pas le sport dans ces conditions.


En faite mon frère a accumulé les emmerdes depuis Janvier, soucis de position sur le vélo, entorse qui a mis bien 1 mois avant de se rétablir, boulot...etc
Du coup il n'a pas pu rouler comme il voulait, mais comme il était engagé, il y est allé quand même. ;)

Mais c'est là que tu vois qu'il a un gros physique, car si tu enlèves son soucis gastrique dans Romme où il a été obligé de s'arrêter, il a vraiment fait des temps correct au vu de son entrainement. Dans la plupart du bosse je lui met que 10/20min :shock:

Et niveau forme il va bien cette semaine, car il a repris le taf le lundi matin, et il travaille dans un centre aéré ! Donc pas de tout repos avec les gamins :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
Freeze3
Chasseur de prime
 
Messages: 474
Localisation: 73/13

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar bapt77 » 12 Juil 2018, 20:39

Je suis assez d'accord avec toi Cuvet, reste que 600km ce n'est pas 0km ou quelques sorties pour aller chercher sa baguette.
Je suis arrivée perso avec près de 2300km dans les pates en 2018. Ce n'est énorme mais ça convenait bien avec ma prépa', que j'ai essayé d'optimiser autrement que par du bornage.

Sur le sujet du petit frère de Freeze, je ne trouve pas cela indécent. Il faut juste être conscient de la dureté de l'étape et ne pas faire l'aveugle. Si a une expérience antérieure de ce genre d'effort, pourquoi pas avec que 600km d'entrainement.

Au fond, je pense que la réelle différence entre 1000km vs 2500km d'entrainement me concernant, c'est : un peu ma performance pendant l'EDT bien-sûr, mais surtout la récupération de ce genre d'effort !
Regarde, Wawan grosse sortie le lendemain, nailouj continue d'aller au taf à vélo, Freeze en est à deux sorties, et de mon côté 0 douleurs musculaires et aucune fatigue (bien moins que après la vélostar début mai !). J'aurais pu faire une sortie de 100 bornes en montagne le lundi sans soucis ...

Faire un effort intense est de la porté de beaucoup de monde. Le reproduire beaucoup moins ...

Mais je suis le premier à pester contre les tarés qui s'alignent sur des épreuves par pur inconscience. J'espère que ce n'est pas le cas de ton frère Florian :niais: ;)

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Junior
 
Messages: 1074
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Freeze3 » 12 Juil 2018, 20:44

Idem que toi Bapt, je devais être quasi à 3000km au départ de l'Etape du Tour, j'ai vraiment fait mon possible pour le finir dans de bonne conditions.
Et mise à par ma déception suite à mon chrono, c'est chose faite car je n'ai pas eu énormément de courbature les jours suivant. Là j'ai manqué de temps aujourd'hui, mais j'aurai pu largement faire plus que de 40km aujourd'hui... Et normalement j'aurai du rouler hier aussi je n'avais pas eu des soucis gastrique.

Pour mon frère non il n'est pas fou, il avait déjà fait comme moi en 2017 donc il connaissait très bien ce que c'était. Il avait d'ailleurs fait un meilleur résultat que moi alors qu'il était moins préparé. :ok:

Avatar de l’utilisateur
Freeze3
Chasseur de prime
 
Messages: 474
Localisation: 73/13

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar jojodemarni » 12 Juil 2018, 21:05

bapt77 a écrit:Je suis assez d'accord avec toi Cuvet, reste que 600km ce n'est pas 0km ou quelques sorties pour aller chercher sa baguette.
Je suis arrivée perso avec près de 2300km dans les pates en 2018. Ce n'est énorme mais ça convenait bien avec ma prépa', que j'ai essayé d'optimiser autrement que par du bornage.

Sur le sujet du petit frère de Freeze, je ne trouve pas cela indécent. Il faut juste être conscient de la dureté de l'étape et ne pas faire l'aveugle. Si a une expérience antérieure de ce genre d'effort, pourquoi pas avec que 600km d'entrainement.

Au fond, je pense que la réelle différence entre 1000km vs 2500km d'entrainement me concernant, c'est : un peu ma performance pendant l'EDT bien-sûr, mais surtout la récupération de ce genre d'effort !
Regarde, Wawan grosse sortie le lendemain, nailouj continue d'aller au taf à vélo, Freeze en est à deux sorties, et de mon côté 0 douleurs musculaires et aucune fatigue (bien moins que après la vélostar début mai !). J'aurais pu faire une sortie de 100 bornes en montagne le lundi sans soucis ...

Faire un effort intense est de la porté de beaucoup de monde. Le reproduire beaucoup moins ...

Mais je suis le premier à pester contre les tarés qui s'alignent sur des épreuves par pur inconscience. J'espère que ce n'est pas le cas de ton frère Florian :niais: ;)

Oui voila, c'est + les gens qui ont que 600km qui font du velo pour la 1ere année que je critique (par exemple). Et je trouve que t'as pas mal d'inconscients, quand tu vois que certains qui font du 15km/h de moyenne mais qui sont "content" de l'avoir fini, je comprend pas trop. A leur place j'aurai plutôt honte.

Avatar de l’utilisateur
jojodemarni
Maillot jaune
 
Messages: 10965
Localisation: Dans le cul d'Aram ★★

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar nailouj » 12 Juil 2018, 21:23

Perso je m'en tape de qui fait quoi tant qu'il fait chier personne...

Je préfère un mec qui fait l'EdT à 15 de moyenne en bavant qu'un obèse qui fume, picole et bouffe mcdo tous les jours en critiquant la sécu qui ne rembourse pas tous ses médicaments.

C'est un peu caricatural mais tant que le mec ne fait de mal à personne, je ne vois pas où est la honte.
J'ai fait du vélo gamin, j'ai arrêté dégouté par le dopage.
J'ai repris en 2009 après avoir arrêté de fumer.
Cette année là, j'ai monté le Tourmalet, j'avais même pas de tenue de vélo, en basket sur des pédales pourries et j'avais 300 bornes dans les jambes.
Ca a été le déclic et je m'y suis remis à fond.

Donc perso, je ne juge personne, chacun fait ce qu'il veut et ce qu'il peut avec les moyens qu'il a.
Quand je vois des mecs me doubler avec leur vélo à 6000 balles leur tenue à 300 sans te lâcher un bonjour et en te regardant de haut, au fond de moi je pense "fais le malin, ta femme te fait peut être cocu en ce moment".

nailouj
Chasseur de prime
 
Messages: 394

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar jeanbonnot » 12 Juil 2018, 21:40

Le débat part un peu dans tous les sens, en tout cas avec tout le respect que je peux présenter à la personne qui est décédée et à ses proches, sur 13 000 personnes au départ, qu'il y ait un décès ce n'est pas non plus quelque chose d'improbable. Désolé si je paraît froid ou quoique ce soit mais statistiquement sur une telle population poussant ses limites aussi loin ce sont des choses auxquelles ont peut s'attendre. :| C'est juste la vie ... et la mort qui va avec.

Avatar de l’utilisateur
jeanbonnot
Coureur pro
 
Messages: 1891

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar bapt77 » 12 Juil 2018, 21:59

jeanbonnot a écrit:Le débat part un peu dans tous les sens, en tout cas avec tout le respect que je peux présenter à la personne qui est décédée et à ses proches, sur 13 000 personnes au départ, qu'il y ait un décès ce n'est pas non plus quelque chose d'improbable. Désolé si je paraît froid ou quoique ce soit mais statistiquement sur une telle population poussant ses limites aussi loin ce sont des choses auxquelles ont peut s'attendre. :| C'est juste la vie ... et la mort qui va avec.


On en parlait avec mon père juste avant l'EDT, j'avais dis que c'était fort possible qu'il y est un arrêt cardiaque fatale. Mon intime conviction était qu'il y aurait automatiquement un drame ... Malheuresement, certaines choses sont prévisibles et accentu le fait d'être bien conscient dans quoi on s'embarque.

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Junior
 
Messages: 1074
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Svam » 12 Juil 2018, 23:26

Bordel, les thèmes de débat ici :lol:

Je sais pas si je dois mentionner ma vessie de compétition qui tient 300km sans vidangeage :mrgreen:

Mais bon l'info la plus inquiétante est certainement qu'il y a quelque part un masochiste qui travaille avec des enfants :shock: :angel

Avatar de l’utilisateur
Svam
Contrôleur UCI
 
Messages: 21865
Localisation: Entre Vercors, Chartreuse & Belledonne

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar wawan » 12 Juil 2018, 23:27

Panzer a écrit:Dommage de pas avoir les watts le jour J, il me semble que c'est pas la première fois que ça t'arrive wawan ?

Ça m'arrive de temps en temps de ne pas avoir mon rendement atendu de façon "inexpliqué", mais sur un véritable objectif ponctuel, c'est la première fois :(


Boudini a écrit:A propos de ton jour sans wawan, je m'etais fais la remarque samedi que je trouvais ton deblocage particulierement éprouvant.
T'as voulu faire un rappel de toutes les intensités mais cumulé ca fait beaucoup :o. Faudrait peut etre choisir une seule intensité la prochaine fois. D'autant plus que generalement, veille de sortie longue tu as une journée de repos, ca change beaucoup pour ton corps.

Et surtout, pas bien sur qu'un deblocage soit reellement pertinant quand on s'élance pour 170km, t'as le temps de les reveiller tes jambes et de te refaire :niais:

Tu avais deja experimenté un deblocage aussi lourd ?

Alors avec le recul, oui le déblocage était sans doute trop lourd, surtout que j'avais fait une bonne sortie le jeudi, c'était pas comme si j'avais rien fait depuis 4-5 jours. Je me suis sans doute un peu laissé entrainer par de bonnes sensations (et j'ai franchement pas terminé la séance dans le dur) mais j'ai pas l'impression d'être tellement plus au dessus de ce que j'avais pu faire à d'autres occasions (ici un exemple sur HT en mars 2017 : https://www.strava.com/activities/887028539/analysis la différence c'est 5'i4/5'i3 au lieu de 10'i3/5'i4, en ressentit, je trouve ça kif/kif )
Celà dit ça aurait pu expliquer une petite fatigue, pas le "blocage" que j'ai ressentit. En revanche je suspecte que le fail au niveau des bidons (je me suis rendu compte que je les avait oublié au pied du Salève) sur le déblocage m'a porté préjudice. Deuxième erreur, l'aprèm je suis allé me balader à Genève alors qu'il faisait bien chaud au lieu de rester tranquillement au frais. Je me demande si je n'ai pas ainsi provoqué un stress hydrique qui m'a impacté le dimanche.

En tout cas j'ai déjà une liste de points à améliorer dans la dernière semaine pour la prochaine fois que je fait une cyclo de ce genre :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
wawan
Jersey rojo
 
Messages: 6002

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Freeze3 » 12 Juil 2018, 23:49

Svam a écrit:Bordel, les thèmes de débat ici :lol:

Je sais pas si je dois mentionner ma vessie de compétition qui tient 300km sans vidangeage :mrgreen:

Mais bon l'info la plus inquiétante est certainement qu'il y a quelque part un masochiste qui travaille avec des enfants :shock: :angel


Merci pour lui :moqueur: :moqueur: :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Freeze3
Chasseur de prime
 
Messages: 474
Localisation: 73/13

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Cuvet » 13 Juil 2018, 08:43

bapt77 a écrit:
jeanbonnot a écrit:Le débat part un peu dans tous les sens, en tout cas avec tout le respect que je peux présenter à la personne qui est décédée et à ses proches, sur 13 000 personnes au départ, qu'il y ait un décès ce n'est pas non plus quelque chose d'improbable. Désolé si je paraît froid ou quoique ce soit mais statistiquement sur une telle population poussant ses limites aussi loin ce sont des choses auxquelles ont peut s'attendre. :| C'est juste la vie ... et la mort qui va avec.


On en parlait avec mon père juste avant l'EDT, j'avais dis que c'était fort possible qu'il y est un arrêt cardiaque fatale. Mon intime conviction était qu'il y aurait automatiquement un drame ... Malheuresement, certaines choses sont prévisibles et accentu le fait d'être bien conscient dans quoi on s'embarque.


Pas du tout d'accord. Je trouve complètement anormal de considérer qu'il est prévisible de voir un drame sur une épreuve sportive de masse.

Avatar de l’utilisateur
Cuvet
Cyclo du dimanche
 
Messages: 154

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Umb » 13 Juil 2018, 10:31

Cuvet a écrit:Par contre, je ne te rejoins peut-être pas sur le côté "partage humain". Si je décide de faire quelque chose en groupe, j'attendrai que tout le monde se prépare correctement. Ca ne me gêne pas d'attendre quelqu'un mais ce taper un "boulet" qui traine tous les autres parce qu'il n'est pas entraîné, je ne supporte pas. Si tu parles du fait de partager avec des inconnus qui sont dans le même état que toi, pourquoi pas (le masochisme peut se faire en groupe).

Je parlais de partage dans le cas d'un projet/défi de gens qui se connaissent, et qui du coup ont la même motivation, pas forcément les mêmes capacités mais du coup de l'investissement, de la préparation minimum, ne serait-ce que par émulation.

Le boulet insupportable non-entraîné, normalement tu ne te lances pas dans un truc avec lui au départ.
Après on n'a pas tous le même curseur de supportabilité :mrgreen:


En revanche le partage avec des inconnus dans un truc organisé c'est vraiment un truc qui me laisse assez indifférent.
Pas allergique non plus, il y a un côté sympa des épreuves de masse, mais il ne me viendrait jamais à l'esprit de m'y inscrire solo.
Mais tant mieux si des gens le font, apprécient et y trouvent une motiv !


jojodemarni a écrit:Oui voila, c'est + les gens qui ont que 600km qui font du velo pour la 1ere année que je critique (par exemple). Et je trouve que t'as pas mal d'inconscients, quand tu vois que certains qui font du 15km/h de moyenne mais qui sont "content" de l'avoir fini, je comprend pas trop. A leur place j'aurai plutôt honte.

T'iras dire ça à Madame Barguil :mrgreen:

Et moi je trouve qu'ils peuvent être fiers ces gens-là.
C'est souvent des gens qui ont des capacités physiques bien moindres, qui sont "cyclos" depuis quelques mois...

Ils trouvent un défi qui leur permet de se surpasser, à une allure que tu juges honteuse mais qui est le cadet de leurs soucis par rapport à l'événement, le cadre et l'objectif, et tant mieux pour eux !
"à chacun son Everest" comme on dit.

Avatar de l’utilisateur
Umb
Jersey rojo
 
Messages: 6799
Localisation: grateful and relieved

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Freeze3 » 13 Juil 2018, 17:06

D'accord avec UMB. C'est déjà beau de terminer ce genre d'épreuve même à 15km/h de moyenne.

Avatar de l’utilisateur
Freeze3
Chasseur de prime
 
Messages: 474
Localisation: 73/13

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Freeze3 » 16 Juil 2018, 11:54

Heureusement qu'il n'avait que 600km dans les jambes :moqueur:
Image

Avatar de l’utilisateur
Freeze3
Chasseur de prime
 
Messages: 474
Localisation: 73/13

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar bapt77 » 16 Juil 2018, 12:23

Enorme :moqueur: Je ne les ai même pas vu les photographes dans la descente ...
Sinon le CR prend du retard avec toutes ces festivités :noel: Je m'y remet ce soir sûrement sauf si je me rattrape l'étape des pavés + le match en condition canap' posey :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Junior
 
Messages: 1074
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Magicool » 16 Juil 2018, 20:29

Je vois pas trop le soucis de rouler sur un tel projet sans grosse préparation :? .

Oui il va en chier, mais si il décide de se lancer un défi, why not :sarcastic: .

Je prends mon exemple, je me lance (enfin) dans PR l'année prochaine, même si j'ai pas mal de mois pour le préparer, je ne pense pas arriver avec plus de 1000 km dans les jambes, est-ce que je dois pour autant me refuser ce plaisir ? A en entendre certains c'est oui :cry: .

C'est dommage, je serais par contre plus sceptique pour une personne "âgée", qui doit avoir un minimum de santé pour ne pas se mettre en danger :mrgreen: .

Avatar de l’utilisateur
Magicool
Coureur pro
 
Messages: 1561
Localisation: En chasse-patate

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar jojodemarni » 16 Juil 2018, 20:42

Paris Roubaix c'est assez tôt, 1000km ça peut aller, t'as l'habitude de rouler quand meme non ?

Pour PR ce qui est + problematique c'est le fait de rouler sur des pavés sans en avoir fait avant peut etre ^^

Avatar de l’utilisateur
jojodemarni
Maillot jaune
 
Messages: 10965
Localisation: Dans le cul d'Aram ★★

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar Leinhart » 16 Juil 2018, 23:11

Avec 1000 km dans les jambes tu peux laaaargement rouler 170 bornes sur du plat. C'est pas le principal problème de Paris Roubaix :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 6646
Localisation: Toulouse

Re: ETAPE DU TOUR 2018

Messagepar bapt77 » 18 Juil 2018, 23:04

CR EDT 2018
Enfin ! J'ai eu du mal à le finir avec la CDM ... Post assujetit quand même à modification pour : orthographe, photos / videos, et quelques ;)

AVANT L’EDT :

Annecy - Le Grand Bornand ! Station où je vais depuis que je suis née. Et par Croix-Fry, Romme, Colomière, cols que je connais comme ma poche et ainsi que Glières si atypique. Je ne pouvais pas ne pas la faire après une expérience malheureuse en 2016.
J’aurais dû y participer mais mon père avait eu une grosse chute à vélo 1 mois avant, donc bye bye pour cette année là. Pas très grave, j’étais à l’époque en stage en Ecosse et je serai arrivée au départ avec presque 0 km d’entrainement. Mais l’EDT 2016 (sans Ramaz) n’était pas aussi dure que celle de 2018 !

C’est donc clairement mon objectif de l’année. Même mon semi de Paris début Mars était plus une excuse pour s'entraîner pendant l’hiver. D’ailleurs, je m’étais fais une dernière sortie vélo le vendredi avant la course, et je pensais déjà plus à l’EDT qu’à mon semi !
*Bizarre, mais juste avant l’EDT je pensais déjà à mon futur bloc de course à pied afin de repréparer un triathlon prochainement. Source de déstress ? Ou seul besoin de se fixer des objectifs ? Je ne sais pas.

Concernant ma préparation, sa principale contrainte est mon rythme d’alternance étude / entreprise à deux endroit différents. En somme, vélo de route en entreprise, que VTT (ou course à pied) en école. Ce n’est donc pas toujours simple pour borner quand on passe ses week-end dans les transports ou bien ses soirées à taffer au boulot jusqu’à des heures où il commence à faire nuit (18h-19h généralement) …
J’arrive malgré tout avec plus de 2000km et en ayant plutôt bien respecté mon tableau d’entrainement mois/mois.
une cyclo : la Vélostar abordé avec pas tant de km que ça, qui fut une bonne expérience en peloton en vue du départ sur le Lac d’Annecy
ma plus longue sortie : 155km qui a été encourageante, mais sur le plat donc on reste loin des dimensions de l’EDT
plusieurs sorties sur des forts % avec mon VTT à Niort
et une bonne sortie de foncier / dénivelé à 1 semaine de la course
En gros, j’arrivais confiant avec la sensation d’être en forme et surtout pas fatigué ! C’était ma principale préoccupation de mal gérer mon état de fatigue.

J’arrive à obtenir 2 jours de congés (vendredi pour partir plus tôt et lundi pour rentrer) ! Je ne les aurais pas volé en 2 ans d’alternance, alors autant bien les utiliser au bon moment !
On part donc le tôt le vendredi avec mon père ce qui nous permettra de retirer le dossard à des heures plus creuses le midi.
A peine arriver, je sors le vélo et monte à mon appartement au Chinaillon (6km à 5%). Rien de bien méchant, juste histoire de tourner les jambes mais la pluie fera un peu son apparition, juste assez pour dégueulasser le vélo laver deux jours plus tôt ! Le lendemain je finis la Colombière en I2 pour me donnez rdv le lendemain à ce même endroit.
Le reste du samedi sera d’une longueur … Je n’ai qu’une envie être au départ, mes jambes ne tiennent pas en place.
Je vais me coucher après la prolongation du match du soir, sans stress et toujours l’impatience d’y être. Je m’endors vite comme souvent maintenant avant ce genre de compétition.

LE JOUR J - 8 juillet 2018 - EDT 2018 :

Réveil à 4h, comme on a pu en parler, tout ce passe bien dans ma préparation notamment au toilette :up . Petit déjeuner : riz au lait pour tenir au corps, pain de mie pour la légèreté et café (ricoré) comme d’hab’.
A 5h15 nous sommes partis, et à 6h on arrive en périphérie de Annecy-le-Vieux. Encore une fois, mon père s’occupe de tout comme tout le long de WE. Ca évite bien des tracas et permet de rester focaliser sur une seule chose. Merci à tous les papas qui comprennent ce qu’est l’organisation et l’approche d’un événement pareil.
Il doit vite filer avant la fermeture des routes, je pars donc à 6h en direction du départ. Je serai en avance, pas grave, ça permettra d’être bien placé au départ. Bien-sûr l’attente sera longue (2h) donc l’objectif est de rester concentré tout en restant détendu pour ne pas bouffer de l’énergie dont j’aurais besoin sur le vélo. Ca discute un peu avec quelques participants autour et on approche des 7h45, ça y est les fauves sont lachés ! Enfin, un peu car on progresse pas à pas vers la vrai ligne de départ quelques centaines de mètres plus loin. Mais c’est bien car ce n’est pas le bordel et je n’ai pas peur d’un départ où ça jouera des coudes.
Comme l’on dit nailouj et freeze, l’enregistrement sonore et l’ambiance prenne quand même un peu aux tripes à quelques secondes de partir. 30sec avant de partir je sens l’émotion un peu monter quand même mais je me reconcentre car je sais qu’il y a un départ en peloton à gérer !

LE DÉPART

8:07:30 c’est parti !
Je passe à côté del diablo mais pas le temps, je veux rester aux avant-postes dans les bonnes roues. Mon expérience du peloton grâce à la Vélostar met utile je pense, je ne prend aucune bordures, jamais le vent et j’arriverai au pied des premières bosses du jours avec 35km/h de moyenne dans les premiers du SAS 13. On rattrape bien-sûr des personnes des autres SAS ce qui constitue les principaux danger (peu de mobilier urbains) tant la route est bonne et surtout magnifique en bord de lac au matin !

La côte de Talloires est assez impressionnante à voir et aborder tant on voit du monde dedans (des SAS 12 me concernant). Ce sera au final un bon résumé de la journée.
Je gère les deux ascensions successives, sans relances, juste en souplesse. Cela me suffit à voir qu’au niveau grimpette je serai pas le plus pourri.
Avant d’aborder la transition plate vers la Croix-Fry je fais l’effort pour rejoindre un très petit peloton. Ce ne sera pas très utile car c’est assez disloqué au final, presque le seul moment de l’étape où je vois aussi peu de monde autour de moi !
Comme beaucoup, j’avais prévu de ne pas faire le ravito de Thônes, et préfère soulager une envie pressante juste avant la Croix-Fry.

LES CHOSES SÉRIEUSES

Dès les premières pentes, ça tourne plutôt bien et comme prévu je rattrape beaucoup de monde. Je fais malgré tout attention à ne pas m’enflammer mais c’est plutôt agréable de pouvoir apprécier la difficulté des autres pendant qu’on profite du paysage.
Je vais faire court pour ce col, j’arrive au sommet sans difficultés et déjà tourné vers le prochain morceau (juste mettre en avant que c'est le col où il y a aura le plus d'ambiance et d'encouragement car c'est aussi le plus habité. Mais ces aides phychologiques auraient été plus utiles dans les Romme-Colombière :mrgreen:)
Je profite des deux ravitos pour apprécier le joyeux bordel que ce sera toute la journée pour poser son vélo et s’imposer dans la foule.
Bref, j’y arrive et entame le faux plat descendant vers les Glières. J’y croise un mec d’un club près de chez moi (Fontainebleau-Avon) on discute un peu. On a le même esprit cyclo, on se reverra encore après par intermittence.

Arrive donc le gros morceau, le Plateau des Glières ! Je l’avais reconnu en voiture, mais pas à vélo. Mes jambes vont encore bien et malgré les gros % qui apparaissent dès le pied je suis encore d’une extrême facilité à prendre des vidéos pour le groupe whatsapp familiale ou déconner pour dire que c’est pas si dure que ça. Un mec me répond de faire attention que c’est pas finis, je sais déjà qu’il a raison. Donc après 2km peut-être un petit trop rapide je diminue l’allure pour en garder un peu surtout que tout le monde parle de ces fameux derniers 1,5km.
Au final, la principale difficulté sera de doubler quand c’est possible (à gauche !! left !! attention !! laisser passer !!). Mais surtout ! De repartir quand tout le petit peloton est obligé de déchausser dans du 12-13% car les 3-4 personnes qui prenaient la route ont poser pied à terre. Ah je peux vous dire que ça à gueuler fort parmis les mecs qui fatiguaient déjà et étaient dégoutés de déchausser.
Je suis aussi énervé mais je préfère rester concentrer et compréhensif. Je profite de % plus faibles à l’extérieur d’un virage après 50m à marcher (les seuls de mon étape !) pour tant bien que mal recaler.
Je finirai en mode “ Froome la mobylette “ dans le dernier km à 15% en accélérant à 12km/h comme un dératé pour doubler quand c’est possible. Chaque opportunité doit être saisie dans ce contexte. A un moment, un des cycliste avec qui j’ai discuté dans le SAS me demande de m’écarter sur la droite pour me doubler. Je le fais mais dans la foulée je produit une grosse accélération pour reprendre ma place sur la gauche de la route, endroit dédié au plus fort. Il me dira de ne pas me vexer voyant mon accélération :mrgreen:
https://www.strava.com/activities/16915 ... 2452/12657
Le dernier km : 3 pointes à 13 puis 15 puis 19km/h …
Je finis le col bien et convaincu que ce sont des cols fait pour moi car pentu et irrégulier (comme Joux-Plane).

On attaque ensuite le chemin, au final que dire … C’est très jolie mais par rapport à mes repérage rien à voir avec ce que c’était avant ! Le chemin est d’une propreté … N’espérez rien pour le passage des pro (***écrit avant la vraie course, j'avais plutôt raison sauf pour un :moqueur: :noel:). La montée et descente feront plus de dégâts (crevaison ou étroitesse de la route).
Arriver en haut, je suis quand même content de ne pas avoir crever et poser le vélo je sens qu’il va falloir que je commencer à économiser mon énergie et arrêter les efforts inutiles. On a déjà fait 80km , mais pour moi je n’ai fait que 1 / 3 de la course !

Il faut ensuite s’attaquer à la descente. J’avais quelques échos qu’elle était technique et sinueuse. Sur terrain c’est le cas mais je la trouve au final assez prévisible avec 2-3 ‘’S’’ suivi de l’épingle qui se prend très bien de l’extérieur à l’intérieur. Je double d’ailleurs quelques personnes dans ces virages à l’intérieur.
Et je confirme les dires, beaucoup de crevaisons dans la descente.

Arrivée au ravito de Thorens-Glières, je sens le début d’une petite fatigue et le ravitaillement devrait être bénéfique. Ce sera mon plus long avec un peu plus de salé (saucisson, pain, et toujours bananes et raisins secs).
Au moment de repartir vers le col des Fleuries j’ai vraiment peur d’avoir les jambes dures, ce sera une mi-dure au final. Je gère toute la montée hyper régulière à 14 de moyenne. Je double plusieurs dizaines de personnes encore et doit me faire doubler 3 fois seulement.

Par contre dans la descente ça s’inverse bien et je perd pas mal de place.
La côte de Sixt que ne feront pas les pro est quand même bien chiante et confirme toute mes craintes de cette transition. Je ne suis pas en fringale mais mon ventre commence à tirer et je me dis qu’il y a encore du chemin avant l’arrivée … Bref, cette partie est la plus dure à gérer et je profite d’un groupe de 2 femmes. Généralement, les femmes sont entourées d’homme qui font le rythme. C’est le cas encore une fois, et je m’accroche à ce groupe quitte à faire un jump’ à 37km/h dans la zone industrielle de Saint-Pierre-de-Faucigny car je sens que le reste du groupe ne roulera pas. C’est vraiment le cas, je suis dans les bonnes roues (enfin 2 roues car un seul mec roule) qui m'emmèneront jusqu’à Cluses. Je remercie le gars de nous avoir tracter quand même et qui m’a permis de me refaire la cerise. Trop ? Je garde le rythme de 35km/h sur les 2-3 derniers km qui nous mène au pied de Romme.

LES CHOSES COMPLIQUEES

Le ravito de Romme sera le plus court, je rempli mon bidon de cette Vittel que je ne supporte plus. J’ai l’impression que le goût pétillant commence à me faire mal au ventre … Bref, signe de fatigue !
En repartant c’est un peu la cacophonie avec une ambulance qui souhaite rentrer, jamais bon signe mais apparement rien de grave ici. On pense quand même au deux personnes décédés sur la course malheureusement.

Mon col de Romme est une longue bataille. Je commence à 8-9km/h en gestion mais plus les mètres passent plus je suis obligé de me caler à 6km/h pour ne pas exploser. Surtout que ce sera le col le plus chaud de la journée comme on peut le voir à la fontaine de Nancy-les-Cluses qui devient une piscine. A chaque virage assez bien ombragé, les cyclistes faisant la sieste pullulent dans les fosses, mais je n’ai pas envie de faire la même chose ! J’arrive en haut en ayant jamais pu faire monter mon coeur ce qui est un signe de fatigue avancé (*je n’ai pas de ceinture cardio mais je le sais).
Les jambes ça va, quoi que j’ai un petite douleur dans le mollet gauche, et sur le replat avant la descente, CRAMPE ! Bon ça fait mal, mais j’arrive bouger ma jambe pour la faire disparaître. Du coup ma descente sera très compliqué, j’ai peur que la crampe réapparaisse.
J’arrive au final sans soucis au Reposoir, mais pas de jeux de mots hein ;) Cette fois je n’hésite pas à m'asseoir pour étendre les jambes et retrouver mes esprits.

Juste une question à Freeze, as-tu laisser ton vélo à la femme qui faisait la police à l’entrée du ravito. Car pour être franc, j’ai trouvé ça pas cool de la laisser être le porte-manteau à vélo … ;)

On part ensuite pour le dernier effort de la journée. Freeze part quelques secondes avant moi, je le rattrapais à mi-pente.
Le début de l’ascension me rassure, car la crampe ne revient pas quand je remonte sur le vélo et ainsi que dans les premiers km. Je me sens même mieux et je sens que mon cardio remonte à un niveau plus raisonnable pour au moins tenir les 8km/h de moyenne, c’est ouf non plus. Mais par contre le moral est bien là car je n’ai qu’une envie, affronter les 3 derniers km interminables et les ‘’défoncer’’.
Une fois arrivée dedans j’ai même des envies d’accélérer et d’augmenter d’un km/h mais je préfère quand même rester prudent pour conserver la même vitesse malgré la pente qui augmente.
J’ai l’impression que les km défilent vite et j’arrive dans le dernier vrai km de cette EDT. Je compte par centaine de mètre mais ça ne casse pas mon moral. Au contraire, à 300m je vois mon père, un regard et un petit geste pour dire que ça va bien quand je passe devant lui. Il me dit d’accélérer (le réflexe de compétiteur), je lui répond que non pas la peine, mais comme dans les Glières 5 sec après je ne peux pas m’en empêcher, je me lève sur les pédales pour tout de même faire une pointe à 20-21 km/h. Comme quoi ça allait plutôt bien.

L'ARRIVÉE :

Je finis avec la satisfaction de ne avoir la sensation de ne pas être cramoisis et m’arrête 100m après le sommet pour attendre mon père. On discute quelques minutes, je ne suis plus à ça près, peu importe le temps à l’arrivée maintenant … Une photo et il arrive à me convaincre de mettre un imper’ fluorescent pour la descente alors qu’il ne fait pas froid. Ca gâche un peu mes photos mais j’ai la lucidité de m’arrêter à 300m de l’arrivée pour l’enlever et être beau à l’arrivée !
Quand je vois ma vidéo de l’arrivée je vois que je finis sur un petit braquet, pas grave car je l’ai fait ! Mais bizarrement dès le pied posé par terre, la fierté et satisfaction de l’avoir terminé redescend car je ne concevais pas d’abandonner hors chute / blessure ou ennui mécanique.
Durant toute l’étape j’ai vu tellement de personne bien moins préparé à réaliser ce genre de défi que je me considère chanceux d’avoir mes 63kg pour passer partout sans soucis (et marcher dans les cols notamment).
J’estime qu’avec ma caisse physique il n’y a au final rien d'exceptionnel à finir cette EDT et je suis donc déjà tourné vers des objectifs plus compliqué que cela ! (ou bien faire une bien meilleure performance sur une EDT)

POST-COURSE :

Sur mon retour à mon appart’ car oui l’EDT n’est pas finis !, et ce sera mon seul point négatif de l’organisation : j’ai pas kiffé le chemin pour rejoindre les parking et la pasta party. Je connais bien le Grand-Bornand et la petite descente en béton avec nos chaussures de vélo, comment dire …
*gros gros coeur sur un handisport qui a fait l’EDT (aussi vite que moi je pense) avec un pied de moins, il devait lui aussi négocier cette transition pourri avec son handicap …
Preuve que c’était une mauvaise de passer par là, devant moi des cyclistes ont voulu poursuivre sur leur vélo. Résultat : deux sont tombés en contrebas d’une marche de 1m d’un petit amphithéâtre. Ca a fait du bruit et ça a dû faire mal … Pas top de clôturer son aventure comme ça même si plus de peur que de mal je pense.
Sinon retour à mon appart’ du Chinaillon avec les oeuf, petite descente et ensuite dernier taquet de 500m à 10% pour rentrer et enfin poser le vélo !

Je ne termine pas du tout vidé (sans douleurs ou courbatures) et le lendemain je serai donc encore apte à faire une belle sortie à vélo. Mais il est temps de rentrer et laisser mon vélo pour mieux revenir en Août.
Le retour sera un peu galère : bus à 10h30 direction Annecy → TGV à 12h30, bloqué 2h sur les voies → arrivée à Paris à 18h → sprint pour prendre un RER → dernier bus de la journée → arrivée à 20h soit presque autant de temps et galère que l’EDT !

Vivement que je retrouve mon vélo et les cols maintenant !!

Le Strava : https://www.strava.com/activities/1691536394/overview
Le Flyby avec Florian : : https://labs.strava.com/flyby/viewer/#1 ... CszSZFRku2

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Junior
 
Messages: 1074
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols


184 messages
Retourner vers Pratique sportive

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Nephilim66 et 3 invités