Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Calendrier, courses, résultats, classements, équipes, coureurs & actualités sur le cyclisme sur route professionnel (classes UCI. HC, 1 et 2)

Modérateurs: Geraldinho, bouri, Carrefour de l'Arbre

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar coluterus » 11 Juil 2018, 20:29

Belle histoire, merci Darth :love:

Avatar de l’utilisateur
coluterus
Maillot blanc
 
Messages: 2547
Localisation: Se remet d'une pneumonie

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar Alessiocortez » 14 Juil 2018, 11:24

L'épopée de Vietto en 1934 :love:
En ce qui concerne le fait qu'il aurait pu gagner le tour si il n'y avait pas eu la 2 ème guerre mondiale, il se serait limité à un ou deux, un car il aurait eu comme concurrent Gino Bartali

Alessiocortez
Espoir
 
Messages: 871
Localisation: Au bûcher les vélos électriques !!!!!

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar darth-minardi » 14 Juil 2018, 12:46

3ème : André Darrigade, 74 pts

Image

Présent à tous les Tours de France de 1953 à 1966, André Darrigade était un des meilleurs routiers-sprinteurs de son époque, ce qui lui a valu de remporter deux maillots verts (pour un classement par points créé à l’occasion du cinquantenaire de l’épreuve, premier Tour du Dacquois. Ses talents lui ont permis de remporter 22 étapes, étalées sur 11 des 14 tours auquel il a participé. Personne d’autre n’a remporté d’étapes sur autant de Tours différents (le suivant étant André Leducq, vainqueur d’étape lors de 9 différents Tours). Pour André Darrigade, ces chiffres auraient même pu être plus élevés si on en croit les déclarations de Marcel Bidot, sélectionneur de l’équipe de France à l’époque : « quand il se présentait sous la flamme rouge, il avait accompli un gros travail au service du leader et il était parfois émoussé. S’il avait couru pour son propre compte, il aurait gagné dix étapes de plus. […] C’est tout le contraire d’un individualiste. » Ses victoires lui ont également permis de porter le maillot jaune lors de 6 Grandes Boucles différentes. De 1956 à 1959 tout d’abord, avec la performance unique de remporter consécutivement 4 fois la première étape (ou demi-étape), dans des étapes un peu accidentées menant à Liège, Granville, Gand et Metz, où les groupes qu’il réglait étaient toujours fortement réduit. En 1961, il remporte à nouveau la première course, une demi-étape cette fois, avant de laisser définitivement le jaune à Jacques Anquetil dès l’après-midi dans un contre-la-montre. Enfin, en 1962, il est battu à Spa par Rudi Altig, mais prend sa revanche à Herentals le lendemain. Comme plusieurs fois certaines années précédentes, il perd vite le maillot au profit d’échappées et d’une stratégie plus collective pour l’équipe de France, qui lui permet de retrouver la tête du classement général quelques jours plus tard. Au classement général, s’il n’avait pas les capacités pour remporter le Tour, il termine néanmoins 16ème de l’épreuve à trois reprises, avec parfois une simple demi-heure de retard sur le vainqueur et une dizaine de minutes sur le top 10, montrant ici à la fois son côté complet, mais aussi son dévouement pour ses coéquipiers de l’équipe de France, même dans les étapes de montagne. Celui qui est un des 8 Français champions du monde sur route ne remporte plus d’étape dans ses dernières années, où le Tour en est à son premier retour aux équipes de marque, mais sa combativité (pour laquelle il avait été récompensée dix ans plus tôt) lui fait être un compétiteur au classement des points chauds, qu’il termine en deuxième position, pour sa dernière grande épreuve, disputée à 37 ans.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 18064

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar bullomaniak » 14 Juil 2018, 13:50

Il y a pas une année où Darrigade jouait le général ?

Avatar de l’utilisateur
bullomaniak
Manager
 
Messages: 17861
Localisation: Pour défendre les valeurs de la Gauche, votez Tibopino !

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar darth-minardi » 15 Juil 2018, 09:09

bullomaniak a écrit:Il y a pas une année où Darrigade jouait le général ?

Dans l'équipe de France, non.
Après, peut-être pour les équipes de marques dont il était le leader, mais ce n'était pas un coureur capable de jouer la gagne.



Sinon, il ne reste plus que le top 2 à dévoiler.
Plus d'écart entre le 2e et le 3e qu'entre le 1er et le 2e.
Réponse demain.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 18064

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar Alessiocortez » 15 Juil 2018, 12:01

Tient t'as pas parlé de la fois où il percute un commissaire de course sur le piste du Parc des Princes, commissaire qui mourut d'ailleurs dans l'accident

Alessiocortez
Espoir
 
Messages: 871
Localisation: Au bûcher les vélos électriques !!!!!

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar wawan » 15 Juil 2018, 12:33

Alessiocortez a écrit:Tient t'as pas parlé de la fois où il percute un commissaire de course sur le piste du Parc des Princes, commissaire qui mourut d'ailleurs dans l'accident

Il me semble que c'était le jardinier du Parc :o

Avatar de l’utilisateur
wawan
Champion national
 
Messages: 5983

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar darth-minardi » 16 Juil 2018, 10:00

2ème : Jean Alavoine, 88 pts

Image

Au-delà de ses 17 victoires d’étapes, un témoin de la longévité de la carrière de Jean Alavoine est l’écart de 14 ans entre sa toute première victoire, en 1909, et sa dernière, en 1923. Jamais vainqueur du Tour, peut-être que la Grande Guerre l’a privé de ses meilleures années sportives. En 1909, il n’avait que 21 ans et découvrait le Tour. À une époque où la moitié des coureurs abandonnaient, découragés, dès les premières étapes, la prestation de ce jeune Parisien marque les esprits, puisqu’il s’impose après un petit bout de montagne (Ballon d’Alsace, Col de Porte, Rampe de Laffrey, Col Bayard), puis il gagne en solitaire au Parc des Princes, ce qui lui permet de monter sur le podium du classement général. D’autres étapes suivent avant-guerre, ainsi qu’une nouvelle place de 3ème en 1914, cette fois au temps, n’ayant que 37 minutes de retard sur le vainqueur, mais plus d’une heure sur le coureur suivant au classement final. Il perd ensuite de potentielles grandes performances, pour revenir très fort après le conflit, en étant alors âgé de 31 ans, avec une 4ème place pour être meilleur Français du Circuit des Champs de Bataille, ce qui est (physiquement, mais surtout mentalement) peut-être la course cycliste la plus difficile de tous les temps. Quant au Tour 1919, il est encore très marqué du conflit qui vient de se terminer : sur 69 inscrits, seuls 27 coureurs sont en course après la 2ème étape et 10 au retour à Paris. De ce véritable chaos, Jean Alavoine ressort 2ème du classement général et vainqueur de 5 étapes, dont la plus longue de l’histoire du Tour sur 482 kilomètres entre Les Sables d’Olonne et Bayonne et l’étape du Parc des Princes. Triple vainqueur dans l’ultime étape, cette performance sera inégalée au Par cet seulement battu par Eddy Merckx à la Cipale et par Mark Cavendish sur les Champs Élysées. Deux jours plus tôt, il avait perdu 1h31 (sur ses 1h43 de retard final) sur Firmin Lambot, bien qu’ayant terminé 5ème de l’étape. Il faut dire que les 468 kilomètres et un effort d’entre 21 et presque 24 heures étaient sur l’étape la plus difficile de l’histoire du Tour. Le tracé de Metz à Dunkerque n’était pas le plus escarpé, mais il était presque en intégralité sur ce qui a été un front pendant de nombreuses années. Presque partout, la végétation manque encore, au milieu des tranchées et des no-man’s-land. Beaucoup de villages sont partiellement (voire totalement) rasés. On retire encore des obus et autres engins de guerre, alors que la vie reprend et que les coureurs sont sur des restes de chemins à peine empruntables, sur des pavés qui feraient imaginer la tranchée d’Arenberg aussi lisse qu’un billard. L’année suivante, Jean Alavoine abandonne dès la deuxième étape, étant encore fatigué d’un Giro où il est devenu le premier Français à monter sur le podium (il faudra attendre près de 40 ans pour en revoir un) et où il a remporté 2 des 7 premières étapes en individuel, puis fait partie des 9 co-vainqueurs de la dernière étape Milanaise, le sprint final n’ayant pas pu avoir lieu entre ces coureurs, lorsqu’un cheval est venu sur la piste. En 1922, Jean Alavoine porte pour la première fois le maillot jaune, après 3 victoires consécutives, dans la longue étape de la Vendée au Pays Basque, puis dans les Pyrénées sur Bayonne-Luchon et Luchon-Perpignan, pour perdre la tête du classement général après les Alpes, face à Firmin Lambot (comme en 1919), mais surtout face au malchanceux Hector Heusghem. L’année suivante, il remporte ses dernières étapes, encore celles des Pyrénées, puis une toute dernière entre Toulon et Nice, avec le Col de Braus dans le final, avant d’abandonner à cause d’une chute dans la descente de l’Izoard, alors qu’il était 2ème du classement général. Il revient deux années de plus, mais sans gagner, pour des modestes places de 14ème et de 13ème du classement final. Cela marque sa retraite sportive, à 37 ans. Bien des années plus tard, en 1943, il dispute un critérium réservé aux coureurs vétérans. Alors qu’il n’y a à peine plus d’année entre cette course et son dernier Tour qu’entre ce Tour et ses débuts professionnels, cette épreuve est de trop pour lui. Il fait un malaise sur son vélo, pour décéder quelques heures plus tard à l’hôpital.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 18064

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar paulok6 » 16 Juil 2018, 10:07

C'était son cycle sa bataille.

Désolé. :oops:

Avatar de l’utilisateur
paulok6
Chasseur de prime
 
Messages: 425

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar bullomaniak » 16 Juil 2018, 11:29

Le ballon d'Alsace dans la même étape que Porte, Laffrey, Bayard ? :lol:

Avatar de l’utilisateur
bullomaniak
Manager
 
Messages: 17861
Localisation: Pour défendre les valeurs de la Gauche, votez Tibopino !

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar darth-minardi » 16 Juil 2018, 11:57

bullomaniak a écrit:Le ballon d'Alsace dans la même étape que Porte, Laffrey, Bayard ? :lol:

Je n'ai pas dit que c'était dans la même étape :o
Juste qu'on effleurait la montagne en passant par là.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 18064

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar Geraldinho » 16 Juil 2018, 12:14

Poupou vainqueur du coup :heureux: :niais:

Avatar de l’utilisateur
Geraldinho
Directeur sportif
 
Messages: 7056
Localisation: Près des volcans d'Auvergne...

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar darth-minardi » 16 Juil 2018, 20:18

1er : Raymond Poulidor, 100 pts

Image

S’il aurait été cocasse de trouver Raymond Poulidor en deuxième position de ce classement, il reste somme toute naturel que « l’Éternel Second » domine un tel classement. Il reste cependant bon de rappeler qu’il a plus souvent terminé 3ème de la Grande Boucle que 2ème (5 fois contre 3 fois). À ce chiffre record de 8 podiums s’ajoutent 3 autres places dans le Top 10, mais surtout une hallucinante longévité, terminant 3ème de son premier Tour en 1962 (Jacques Anquetil n’en est qu’à sa 3ème victoire) et de son dernier Tour en 1976 (Eddy Merckx était alors au crépuscule de sa carrière), à l’âge de 40 ans ! Beaucoup d’évènements de sa carrière ont été maintes et maintes fois évoqués, comme le duel face à Jacques Anquetil en 1964 avec son paroxysme dans le Puy-de-Dôme ou encore sa victoire face à des coureurs près d’une décennie plus jeune que lui vers le Pla d’Adet en 1974, un 14 juillet, après 5 000 mètres de dénivelé positif, dans la première qui avait comme speaker un certain Daniel Mengeas. Mais il y a plus que cela à dire. Rien que pour 1964, avec l’évènement du vélodrome de Monaco, où Raymond Poulidor lance le sprint tôt et franchis la ligne en premier, mais il reste encore un tour de piste pour achever l’étape (ce qu’il avait oublié), qui se retrouve gagnée par Jacques Anquetil. Au-delà de l’erreur, la perte des bonifications dans ce final lui coûte mathématiquement la victoire finale. Il y a aussi l’étape d’Andorre à Toulouse, au final plat, mais au départ dans le Port d’Envalira. Beaucoup de coureurs s’élancent vexés après que Jacques Anquetil ait poussé sa domination à passer la journée de repos en dégustant un méchoui plutôt qu’aller s’entraîner. Une course folle se lance alors dès le départ et Jacques Anquetil possède 4 minutes de retard sur une échappée, dont faisait partie Raymond Poulidor. Mais dans la descente, sous un épais brouillard, l’échappée ne voit rien. Derrière, le futur vainqueur de son 5ème Tour profite des phares des voitures suiveuses pour descendre à l’aveugle, sans voir la route, mais en devinant les trajectoires. Il y a même un retour de bâton pour Raymond Poulidor, qui laisse filer les meilleurs sur un incident mécanique à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. Il se refait largement dans les Pyrénées ensuite, mais crève dans le contre-la-montre vers Bayonne, où il était aux coudes à coudes avec Jacques Anquetil. Mais il y a également d’autres anecdotes, comme son premier Tour en 1962, commencé avec un bras dans le plâtre, lui faisant perdre 8 minutes le premier jour, mais lui donnant le champ libre pour une longue échappée solitaire dans la Chartreuse, passant en tête de Porte, Cucheron et Granier pour s’imposer très largement à Aix-les-Bains, sa première victoire dans le Tour. On peut évoquer aussi 1965, avec l’absence de Jacques Anquetil faisant de lui le grand favori et où il remporte la première arrivée d’une étape en ligne au Mont Ventoux, mais où il s’incline au classement général face à Felice Gimondi, alors simple néo-pro et vainqueur sortant du tout jeune Tour de l’Avenir. On peut évoquer le face à face entre Jacques Anquetil et Raymond Poulidor lors du contre-la-montre accidenté de Vals-les-Bains en 1966, où les deux hommes sont à égalité parfaite pendant 6 kilomètres, avant que Raymond Poulidor prenne le large, jusqu’à 10 secondes d’avance, pour voir l’écart redescendre jusqu’à 5 secondes, mais pour bien tenir la victoire face à son rival, dans l’exercice qui reste sa très grande spécialité. Et un autre contre-la-montre marque le Tour 1967, avec les grands débuts du prologue, dont Raymond Poulidor est le grand favori, en leader de l’équipe de France pour le retour des sélections nationales. Mais sur la précise distance de 5,775 kilomètres du parcours angevin, il s’incline de 6 secondes face au modeste coureur Espagnol Jose Maria Errandonea, au palmarès restreint sur la route, mais redoutable pistard, ayant même participé aux Jeux Olympiques dans sa jeunesse (ils étaient alors restreints aux amateurs). Le poursuiteur prive alors Raymond Poulidor d’un maillot jaune qui lui tendait les bras. On peut évoquer le Tour de France 1971, qu’il ne court pas sportivement, mais dont il parcourt l’intégralité de l’épreuve seul, avec une journée d’avance, dans le cadre d’une émission pour RTL. On peut citer deux ans plus tard et son abandon dans la descente du col de Portet d’Aspet, alors qu’il était en course pour (au moins) un top 10 au classement général. On peut également évoquer de lui qu’il un des très rares coureurs à avoir roulé sur la piste du Parc des Princes, de la cipale de Vincennes et sur l’Avenue des Champs-Élysées.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 18064

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar coluterus » 16 Juil 2018, 20:25

Toujours un plaisir de te lire !

Avatar de l’utilisateur
coluterus
Maillot blanc
 
Messages: 2547
Localisation: Se remet d'une pneumonie

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar ab63 » 17 Juil 2018, 00:28

Quel poissard ce Poulidor :lol: :love:
Merci darth pour ces classement toujours aussi intéressants ! :up

Avatar de l’utilisateur
ab63
Maillot blanc
 
Messages: 2638

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar chessben » 17 Juil 2018, 00:38

ab63 a écrit:Quel poissard ce Poulidor :lol: :love:
Merci darth pour ces classement toujours aussi intéressants ! :up


En plus d'être poissard, Poulidor était aussi assez gaffeur. En 1961 lors de Milan-San Remo, il franchit le poggio seul en tête avec 20 secondes d'avance... Avant de se tromper de route dans la descente sur San Remo! Heureusement pour lui il a vite réagi et a réussi à conserver 3 secondes sur la ligne pour s'adjuger ce monument... Une des plus belles lignes de son (immense quand même!) palmarès avec la Flèche Wallone et la Vuelta...

Avatar de l’utilisateur
chessben
Maillot à pois
 
Messages: 3601
Localisation: Nantes

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar Samuel » 17 Juil 2018, 11:00

Merci pour ce super classement Darth :ok:

Avatar de l’utilisateur
Samuel
Jersey rojo
 
Messages: 6657
Localisation: Ile de France

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar DanaH » 17 Juil 2018, 11:27

Merci mille fois Darth !
Là je viens de me régaler en lisant l'article de Wikipedia sur le Circuit des Champs de Bataille, que tu mentionnes au sujet de Jean Alavoine. Mes connaissances (très approximatives) en histoire cycliste n'allaient pas en-deça des années 50, mais tous ces coureurs et ces courses d'avant guerre(s) sont fascinants. Il faut imaginer l'état du réseau routier dans le pays (et ailleurs) jusqu'au début des années 50....

Avatar de l’utilisateur
DanaH
Terreur de critérium
 
Messages: 740

Re: Qui a le plus brillé sur le Tour, sans le gagner ?

Messagepar Alessiocortez » 17 Juil 2018, 12:11

Bravo Darth pour ces classements toujours très intéressants. Félicitations pour ton travail
Tu m'as permis de découvrir nombre de coureurs jusqu'alors inconnus

Alessiocortez
Espoir
 
Messages: 871
Localisation: Au bûcher les vélos électriques !!!!!


259 messages
Retourner vers Cyclisme sur route : Professionnels

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bad_Neos, Beobachter, Bichnove, Boubsho, CiroDM, claudio666, CycloNico, Diyo, Drakiv, El_Pistolero_64, ElRojo, Gattot, Goldeagle, Gringo, Guillaume14, JackyDurand, Joyako, Jyana, Kornrat, Kvelertak, lenann, leochsy, Masere, Mats, Mayoj, Nico32, Ninofishing, Orodreth, Panzer, pitch, quentinro_95, rbl85, redneck, rthomazo, Samuel, SamuelSanchez, sim66, SimonzeMK, skylairs, Solas, stidpmi, Tekrunner, Teproc, Thibaut, Tito Totti, Tonio-F, tontonstou, tpinot, Trifon_Ivanov, Umb, Vito, wawan, Wil, Yoken et 113 invités