[Concours] Giro 2019 [VOTES] -> 24/06

Échafaudez ici de grandes théories sur les parcours de courses cyclistes ou proposez les votre, courses réelles ou fictives

Modérateur: Animateurs labo à parcours

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Bad_Neos » 16 Mai 2018, 14:07

ab63 a écrit:
Bad_Neos a écrit:Au lieu de tomber sur Wings à chaque fois pour les histoires de délais, que je peux comprendre ok, mais faut pas 3 heures pour tracer une étape quand même, tu vas pas aller chercher des tout petits chemins pendant 3 heures pour une étape de plaine quand même, et juste avec certains sites qui recensent les cols, ça passe aussi. Bon après je peux comprendre avec les boulots etc...Perso je serais plutôt pour m'énerver contre les autres modérateurs quand tu à l'impression que Wings dois gérer la parti Labo à Parcours ET récit seul, alors qu'on est censé avoir 5 modérateurs dans la partie...

Je tombe pas sur Wings, je demande juste ses explications pour les délais souvent trop courts et là particulièrement.
Ça prend énormément de temps de tracer un GT parcequ'il faut pas tracer 21 étapes, il faut en faire beaucoup plus pour qu'elles aillent ensemble et avoir un tour équilibré, il faut aussi trouver une trame ce qui est pas facile.
Des délais aussi serrés ça gâche en partie le plaisir de tracer car on peut pas être pleinement satisfait de ce qu'on présente que ce soit au niveau du tracé que de la présentation.
S'il y a besoin d'autres animateurs sur la partie, il suffit de le dire ;)

Autant à la limite je peux comprendre sur ce parcours du Giro avec 21 jours/3 semaines par contre faut pas abuser sur les parcours de classiques ou de courses par étapes avec souvent 1 semaine voir une semaine et demi (même 2 parfois je crois non ?). Je sais pas s'il y a besoin de plus d'animateurs, mais moi j'ai souvent l'impression que Wings doit tout gérer tout seul :twisted:

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Plus combatif
 
Messages: 3340
Localisation: A la recherche du prochain Narratif.

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Klira » 16 Mai 2018, 14:09

Faut pas 3h pour tracer une étape ? :shock: Ca dépend mais franchement, tracer, mettre en forme, présenter, etc. Si on se donne du mal, 3h c'est très loin d'être excessif. Surtout si on veut faire un peu de repérage.
Après bien sûr on peut bâcler hein, mais c'est bête.

Sinon en effet j'ai l'impression qu'on a laissé Wings seul aux commandes... Mais bon, ça ne lui change rien de mettre 5 semaines au lieu de 3, et ce n'est pas le critiquer de dire ça.

Avatar de l’utilisateur
Klira
Jersey rojo
 
Messages: 6810
Localisation: Montagnes

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Klira » 16 Mai 2018, 14:10

Tilo a écrit:
Bad_Neos a écrit: mais faut pas 3 heures pour tracer une étape quand même, t


Ben sion peut mettre 3h voir plus surtout quand tu utilse des cartes



Bordel la carte papier, ce fou. :heureux: Mais le relief il est où, ça te sert vraiment ?!

Avatar de l’utilisateur
Klira
Jersey rojo
 
Messages: 6810
Localisation: Montagnes

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Tilo » 16 Mai 2018, 14:12

ça sert à repérer les petits cols, y a les altitudes noter pour certaines villes,... et puis je trouve que c'est pratique, j'ai toutes les régions d'Italie en carte :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 21578
Localisation: La ou je veux

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Bad_Neos » 16 Mai 2018, 14:13

Klira a écrit:Faut pas 3h pour tracer une étape ? :shock: Ca dépend mais franchement, tracer, mettre en forme, présenter, etc. Si on se donne du mal, 3h c'est très loin d'être excessif. Surtout si on veut faire un peu de repérage.
Après bien sûr on peut bâcler hein, mais c'est bête.

Sinon en effet j'ai l'impression qu'on a laissé Wings seul aux commandes... Mais bon, ça ne lui change rien de mettre 5 semaines au lieu de 3, et ce n'est pas le critiquer de dire ça.

Je parle juste pour tracer ;) Sinon oui si la présentation la mise en forme tout ça dans le forum ça prends bien plus de temps ;)

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Plus combatif
 
Messages: 3340
Localisation: A la recherche du prochain Narratif.

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Alexsar » 16 Mai 2018, 14:16

Bad_Neos a écrit:mais moi j'ai souvent l'impression que Wings doit tout gérer tout seul :twisted:

Il a dit au début du concours : "Techniquement je n'ai pas l'aval de darth et CDA mais ça fait 3 jours donc bon..."

Après il y a aussi la carte à faire. Ce qui peut être problématique pour des personnes qui n'ont pas l'habitude.

Avatar de l’utilisateur
Alexsar
Coureur pro
 
Messages: 1768
Localisation: Rouge comme Yates

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Mats » 16 Mai 2018, 15:23

Tilo a écrit:ça sert à repérer les petits cols, y a les altitudes noter pour certaines villes,... et puis je trouve que c'est pratique, j'ai toutes les régions d'Italie en carte :mrgreen:


J'ai pas encore testé pour l'Italie car je connais assez peu, mais à chaque fois que je trace en France, je commence toujours sur mon atlas Michelin. Je fais ça depuis que j'ai dix ans ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Mats
Gregario
 
Messages: 2189

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Wings » 16 Mai 2018, 15:53

Il suffit que je parte 5 jours en vacances et c’est le bordel ici :niais:
Si je suis pas trop fatigué, je regarderais vos arguments ce soir quand je rentre.
Possible qu’on rajoute une semaine au concours du coup, je verrais avec les autres si ils répondent présent et positivement.

Avatar de l’utilisateur
Wings
Directeur sportif
 
Messages: 25980
Localisation: Au Nord du Mur (d'Hadrien)

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Aram » 16 Mai 2018, 18:45

Giro d’Italia 2019 : d’un port à l’autre…

Le Giro d’Italia 102ème du nom prendra son départ de l’une des plus anciennes villes de France : Marseille, fondée il y a 26 siècles par des marins grecs originaires de la ville de Phocée (aujourd’hui en Turquie) d’où son surnom de « cité phocéenne ». C’est de son emblématique Vieux-Port que les coureurs s’élanceront pour le premier grand tour de la saison cycliste, le plus beau des trois et le plus difficile aussi. Mais ce Giro sera bien différent des précédents car il empruntera de nombreuses montées inédites – dont certaines qui sont remarquablement dures – mais aussi car il rompra avec l’abus d’arrivées au sommet qui gâchait les éditions précédentes. Pour gagner le Giro, il faudra non seulement savoir bien monter, mais aussi bien descendre. Et il faudra oser, car plus on s’approchera de Trieste, arrivée finale de cette 102ème édition, plus les montées décisives seront éloignées de l’arrivée des étapes. Si les grimpeurs manquent d’audace, ils pourraient bien laisser le « maglia rosa » à un rouleur qui saura résister dans les cols, car un chrono d’une cinquantaine de kilomètres désespérement rectilignes aura lieu à mi-course. Mais le Giro, c’est aussi des étapes pièges, truffées de raidards, comme il y en aura vers Assisi et Conegliano, mais aussi dès le deuxième jour autour de Marseille. Pour les sprinteurs, il n’y aura que quatre étapes quasiment acquises (vers Sanremo, Orbetello, San Severo et Argenta) mais quatre autres peuvent aussi tomber dans leur escarcelle s’ils font preuve d’un peu de polyvalence (à Chiavari, Benevento, Ostuni et Trieste). Quant aux baroudeurs, ils cocheront en premier lieu une étape : la onzième, celle où tout peut arriver. C’est donc un tracé équilibré, varié, qui ménage un crescendo tout en forçant les leaders à être prêt dès la première semaine (attention à la quatrième étape, très dure), et surtout qui innove. Dernière originalité, et non des moindres, ce Giro fera l’impasse sur les trois plus grandes régions d’Italie : le Piémont, la Sicile et surtout la Lombardie, cela au bénéfice de la « botte » où se disputeront deux des trois semaines de course.

Image

Image

https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/tours/view/9337

3497,6 km dont 54,2 km de contre-la-montre individuel.
41 ascensions répertoriées : 14 de 4ème catégorie, 8 de 3ème catégorie, 7 de 2ème catégorie, 11 de 1ère catégorie, et la Cima Coppi (Passo Giau).
(Selon le classement du Tour de France, je compte 26 ascensions de 2ème catégorie et plus).
4 arrivées au sommet de 4ème (1), 2ème (1) et 1ère catégorie (2).
4 étapes ★
5 étapes ★★
6 étapes ★★★
4 étapes ★★★★
2 étapes ★★★★★

Prologue : Marseille
6,3 km ; contre-la-montre individuel

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214172
Entrée en matière brève mais intense pour ce 102ème Giro. Les coureurs s’élanceront un à un de l’immense place du Vieux-Port, de laquelle ils se dirigeront vers la première difficulté de la course : la montée de Notre-Dame-de-la-Garde, abordée comme sur le Tour 2017 par le boulevard André Aune (400 m à 14 % de moyenne). Arrivés devant la « Bonne Mère », les coureurs basculeront vers la mer par l’avenue des Roches. Il restera ensuite 2 kilomètres et demi de plat au bord de la Méditerranée jusqu’à la ligne tracée sur l’avenue Pierre Mendès France devant l’hippodrome Borély.

Image

Étape 1 : Marseille - Marseille
156,9 km ; étape de moyenne montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214174
Une première étape en ligne qui peut déjà rebattre les cartes. Le départ réel est donné dans le quartier de Saint-Loup. Après 20 kilomètres, le parcours va trouver le col le plus élevé des Bouches-du-Rhône : l’Espigoulier, abordé par son versant sud. S’ensuivent 75 kilomètres vallonnés mais globalement descendants, parmi lesquels sera disputé le premier sprint intermédiaire du Giro, au sommet de la côte de la Cadière-d’Azur. Le parcours retrouve la mer Méditerranée après 110 kilomètres de course. Le deuxième sprint intermédiaire a lieu peu après à La Ciotat, juste avant que les choses sérieuses ne commencent. Le retour à Marseille s’effectue en effet par la route des Crêtes, très pentue, dans sa montée comme dans sa descente vers Cassis. Le col de la Gineste est plus roulant (7,5 km à 3,2 %) et n’est d’ailleurs pas répertorié. Mais ce n’est pas encore fini puisqu’il reste la montée du boulevard Périer, dans Marseille même, qui mesure 1400 m à 7,5 % de moyenne. Les derniers kilomètres sont identiques à ceux du prologue, et la ligne d’arrivée est tracée au même endroit que la veille.

Étape 2 : Hyères - Sanremo
214,2 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214178
La deuxième étape en ligne de ce Giro sera la première à arriver en Italie et la première à s’offrir à un sprinteur. Le tracé est très simple puisqu’il épouse le littoral azuréen du départ jusqu’à l’arrivée. Les sprints intermédiaires auront lieu dans deux lieux emblématiques de la Côte d’Azur : sur la Croisette à Cannes et sur la promenade des Anglais à Nice. Après le deuxième sprint, le parcours sera un peu plus vallonné, avec notamment une côte répertoriée juste avant le hameau de Mortola Inferiore, juste après le passage de la frontière, à environ 25 kilomètres de l’arrivée. Le final vers Sanremo et sa via Roma est plat (pas de Poggio, qui se trouve à l’est de la ville).

Étape 3 : Imperia - Chiavari
163,6 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214939
Cette troisième étape en ligne est la première à se dérouler intégralement en territoire italien. Le tracé ressemble beaucoup à celui de la veille puisqu’il suit le littoral ligure, mais il sera un peu plus difficile. Dès le départ, la montée du Capo Berta (2400 m à 4,7 % environ) sera empruntée, dans le sens inverse de celui de la classique Milano Sanremo. Dans le final, le parcours grimpera vers Ruta avant de plonger vers Rapallo, puis de grimper à nouveau vers le sanctuaire Nostra Signora delle Grazie (environ 4 km à 4,2 %). Après la descente de cette dernière difficulté, il restera 1500 m plats jusqu’à la ligne tracée sur le corso Valparaiso.

Étape 4 : Chiavari - Le Polle
169,9 km ; étape de montagne ; arrivée au sommet

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214957
Cinq jours de course, et déjà le premier gros test pour les favoris de ce Giro. À partir de Sestri Levante, après 6 km de course, le parcours s’écarte du littoral et va chercher le relief de l’arrière-pays. Le Passo del Bracco est la première difficulté répertoriée de l’étape. Il est suivi d’une longue portion de plaine, avant un final très difficile où un sprint intermédiaire en côte sera disputé à San Romano in Garfagnana. Mais le point d’orgue de l’étape est constitué par ce qui est peut-être la montée la plus dure de ce 102ème Giro : le passo di Pradaccio ou montée de San Pellegrino in Alpe, avec dans son final une portion de 2,9 km à 13 % de moyenne environ. Après la descente et une courte vallée, les coureurs auront encore à gravir la montée finale vers Le Polle : 6,2 km à 9,3 % de moyenne.

Étape 5 : San Miniato - Orbetello
210,9 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215489
Intégralement toscane, la 5ème étape en ligne sera dédiée aux sprinteurs, malgré une portion très accidentée en milieu de parcours. Le premier sprint intermédiaire aura d’ailleurs lieu en montée à Larderello. Les 80 derniers kilomètres seront plats, et le probable sprint final aura lieu sur la digue qui mène à la cité d’Orbetello, au bord de la lagune du même nom.

Étape 6 : Civitavecchia - Monte Livata
208,3 km ; étape de montagne ; arrivée au sommet

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214937
Nouvelle étape importante pour le classement général, avec ce qui constitue la seule vraie course de côte de ce Giro. Certes, il y aura deux grands prix de la montagne avant la montée finale, mais celle-ci est précédée d’une portion plate de 35 kilomètres. Tout se jouera donc sur les 13,4 km à 7 % du Monte Livata, une ascension dont la moyenne est trompeuse puisqu’elle cache un pied de 4 km à 10,1 % environ. Les 9500 derniers mètres sont plus roulants (5,2 % de moyenne). Arrivée viale dei Boschi.

Étape 7 : Sora - Benevento
161 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215165
L’étape du deuxième samedi de course est ce qu’on appelle une étape de « transition », entre le Latium (Lazio) et la Campanie (Campania), mais il convient de noter un sprint intermédiaire en côte à Atina au bout de 20 kilomètres. Le final contient deux côtes : à Castelpoto et à Masseria Catalano (1,9 km à 4,8 % environ). Le sommet de la dernière difficulté est située à 10 kilomètres de l’arrivée, tracée sur le corso Garibaldi, après une ligne droite finale pavée en faux plat montant.

Étape 8 : Avellino - Viggiano
202,5 km ; étape de moyenne montagne ; arrivée au sommet

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215185
La première semaine de course s’achève sur la troisième manche montagneuse de ce Giro. Les 170 premiers kilomètres, jusqu’au premier passage sur la ligne d’arrivée, sont très tourmentés même si aucune difficulté n’y est comptabilisée pour le classement de la montagne. Le deuxième sprint intermédiaire sera à nouveau disputé en montée à Atena Lucana (l’ascension complète vaudrait d’ailleurs la deuxième catégorie sur le Tour de France). Mais c’est après Viggiano que se dresse la plus grosse difficulté de l’étape : la montée très raide vers la station de ski de Montagna Grande. Après la descente vers Villa d’Agri, le tracé réemprunte la montée vers Viggiano (4,3 km à 5,2 %), déjà grimpée plus tôt dans l’étape, et la ligne est tracée au même endroit que lors de l’arrivée du Giro 2014.

Journée de repos à Taranto

Étape 9 : Taranto - Ostuni
200,5 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215327
La deuxième semaine de course s’ouvre dans les Pouilles (Puglia) par une étape d’abord très tranquille. Le second sprint intermédiaire, à Pezze di Greco, marque l’entrée dans un final vallonné, avec la montée de Gravina, un premier passage dans la ville d’arrivée, une courte descente, puis 2500 derniers mètres à 4 % de moyenne environ jusqu’à la ligne d’arrivée tracée sur la piazza Italia.

Étape 10 : Polignano a Mare - San Severo
193,7 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215452
Car il en faut bien une… Cette dixième étape en ligne est la plus plate de cette édition. Au bord de l’Adriatique dans sa première partie, puis à l’intérieur des terres (dans une zone quasi-désertique d’ailleurs), les coureurs ne trouveront aucun relief sous leurs roues. L’arrivée a lieu sur la via Palmiro Togliatti.

Étape 11 : Vasto - Francavilla al Mare
246,4 km ; étape de moyenne montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/218190
Plus de 240 kilomètres aujourd’hui… Ça a de quoi faire peur, d’autant que le parcours n’est pas plat, bien au contraire. La montée du valico della Forchetta, certes roulante, est d’ailleurs tout simplement l’ascension la plus longue de ce Giro. Le passo San Leonardo, un peu moins long mais un peu plus raide, fera la paire. Après la descente, trois côtes se dressent encore : celle de Chieti (4 km à 5,4 % environ), celle de Ripa Teatina (3,5 km à 5,4 % environ) et le « mur » de Villemagna. Le sommet de cette dernière difficulté est située à 17 kilomètres de la ligne tracée sur la via F. Paolo Tosti.

Étape 12 : Pescara - Pescara
47,8 km ; contre-la-montre individuel

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215313
Cette 12ème étape sera une véritable épreuve de force, même si la seule montée du parcours n’a rien d’effrayant. Pour une fois, ce sont le plat et les lignes droites qui feront peur, car le tracé du seul long contre-la-montre individuel de ce 102ème Giro contiendra plusieurs longs segments rectilignes et plats comme la main. Pour exemple, entre le McDonald’s de Montesilvano et le McDonald’s Pescara Marconi (un repère comme un autre…), ce sont pas moins de 10 kilomètres en ligne droite qui devront être dévorés à vitesse grand V par ceux qui visent le général ou la victoire d’étape. Départ lungomare G. Matteotti, arrivée lungomare Papa Giovanni XXIII.

Étape 13 : San Benedetto del Tronto - Assisi
187,3 km ; étape de moyenne montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214213
Cette étape commence par suivre le littoral vers le nord, puis virera vers l’ouest pour aller chercher le relief des Apennins. Dans le détail, le début de l’étape est parfaitement plat pendant une cinquantaine de kilomètres, jusqu'à ce que l’on tourne à gauche dans le Lido Santa Maria in Potenza. Ensuite, la route grimpe en faux plat montant jusqu’au pied du Passo del Cornello, qui marque l’entrée dans le final. La descente est suivie d’une petite côte vers Nocera Umbra, puis d’une ascension nettement plus importante (mais non répertoriée) de 7,2 km à 4,6 % environ. Après la côte très raide au-dessus de Ponte Grande, il reste 8 km : 5 de descente, et 2800 m terminaux en montée à 5,8 % de moyenne. Le tracé passe juste devant la célèbre basilica di San Francesco d’Assisi à un peu moins d’un kilomètre de la ligne, tracée sur la piazza del Comune. Les 1400 derniers mètres sont donc les mêmes qu’en 2012, et ils sont par ailleurs de toute beauté…

Image

Étape 14 : Fabriano - Piobicco
113,9 km ; étape de montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214250
La deuxième semaine s’achève sur l’étape « sprint » de ce 102ème Giro. Elle aura lieu dans les Marches (Marche) et empruntera deux « monts » redoutables : le Catria (qui présente un pied très raide : 2400 m à 11,5 % environ) et le Nerone (plus régulier). Entre ces deux ascensions de 1ère catégorie, le tracé emprunte une montée non répertoriée de 3,8 km à 6,9 % environ. Après le sommet de la dernière difficulté, il reste 24 kilomètres en descente jusqu’à la via Santa Maria in Val d’Abisso où est tracée la ligne. Notons que, compte tenu de la faible longueur de l’étape, il n’y aura qu’un seul sprint intermédiaire à disputer : en côte à Serra Sant’Abbondio.

Journée de repos à Pesaro

Étape 15 : Pesaro - Argenta
162 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215161
La troisième semaine s’ouvrira sur une étape qui est dédiée aux sprinteurs. La montée vers le micro-État de Saint-Marin est tout de même à gravir en première partie de parcours, mais la suite est on ne peut plus plate dans la plaine du Pô. Arrivée via Giacomo Matteotti, avec une courbe sur la droite peu avant la ligne.

Étape 16 : Chioggia - Polsa
173,4 km ; étape de montagne ; arrivée au sommet

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214589
À cinq jours de la fin du Giro, les coureurs entrent dans une phase de quatre jours montagneux consécutifs. La première de ces quatre étapes est la seule à arriver en altitude. Elle débute par une longue portion plane puis en faux plat montant jusqu’au pied du premier col, portion où sont placés les deux sprints intermédiaires. Le difficile passo Pian delle Fugazze est suivi d’une longue descente irrégulière, puis d’une vallée de 10 kilomètres jusqu’au pied de la montée finale. Celle-ci mesure 14,8 km à 7,1 % de moyenne, mais avec 6,2 km à 9,2 % au pied, dont un kilomètre à 12,5 %. Après une portion plus irrégulière et une petite descente, les 6400 derniers mètres sont autour des 6,5 %.

Étape 17 : Rovereto - Conegliano
169,3 km ; étape de moyenne montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214606
C’est l’étape piège de la dernière semaine. Après la traversée de la Valsugana et un sprint intermédiaire en côte au-dessus de Primolano, le tracé aborde après 120 kilomètres le point d’orgue de l’étape : le passo di Praderadego, qui présente un kilomètre à 15,1 % de moyenne. Après la vertigineuse descente, il reste la montée non répertoriée de la via Cristoforo Colombo (1,2 km à 9,8 % environ), puis celle de Refrontolo (1 km à 5,1 % environ), et enfin le muro di Ca’ del Poggio dont le sommet est situé à 8 km de la ligne tracée sur les pavés de la via XX Settembre au niveau de la piazza Giovanni Battista Cima.

Étape 18 : Agordo - Ortisei/St. Ulrich in Gröden
155,8 km ; étape de montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214276
La traditionnelle étape des Dolomites, inévitable sur le Giro. Le vif du sujet arrive très vite avec le passo Giau, sommet de la course et donc décisif pour le classement du meilleur grimpeur. Après la descente vers Pocol au-dessus de Cortina d’Ampezzo, on remonte tout de suite vers le Valparola, plus roulant mais lui aussi perché au-dessus des 2000 m. La descente de plus de 30 kilomètres amène au pied du très difficile passo delle Erbe (Würzjoch en allemand), composé de deux rampes à plus de 9 % de moyenne entrecoupées d’une descente. La dernière difficulté de l’étape est aussi la plus raide ; après le sommet il reste 18 km irréguliers jusqu’à la strada Rezia (les quatre derniers kilomètres sont les mêmes qu’en 2017), au cœur du village natal de Giorgio Moroder.

Étape 19 : Bressanone/Brixen am Eisack - Maniago
234 km ; étape de montagne

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/214304
C’est la dernière étape décisive pour le maillot rose, c’est aussi la plus longue et c’est celle qui passera par la route la plus raide. Dès le départ à la sortie de Bressanone, une petite côte est à franchir. Suit la longue montée du val Pusteria jusqu’au passo di Monte Croce di Comelico (Kreuzbergpass en allemand), première montée répertoriée de l’étape. Il n’y a ensuite pratiquement plus de plat jusqu’aux 20 derniers kilomètres. Le second sprint intermédiaire aura lieu au sommet des pentes les plus raides de la Sella Ciampigotto, première des deux ascensions du jour classées en 1ère catégorie ; la seconde sera terrible : la Forca di Pani est une sorte de mini Zoncolan sur une route très étroite. Au sommet il reste encore 64 kilomètres et la forcella di Monte Rest, précédée d’un petit monticule. La vallée finale fait 24 kilomètres en faux plat descendant jusqu’aux petits pavés de la piazza Italia où est tracée la ligne.

Étape 20 : Udine - Trieste
120,1 km ; étape de plaine

Image
https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/215469
Cette dernière étape réserve une sacrée surprise aux coureurs, puisqu’elle contient ni plus ni moins que la montée avec le pourcentage moyen le plus élevé de toute la course, et pavée s’il vous plaît. Après la descente, il y a 6 tours ¾ de circuit à couvrir dans Trieste, avec un « coup de cul » de 430 m à 7,2 % environ. L’arrivée est jugée sur la riva del Mandracchio au niveau de la piazza Unità d’Italia.

Image
Modifié en dernier par Aram le 06 Juin 2018, 12:04, modifié 43 fois.

Avatar de l’utilisateur
Aram
Espoir
 
Messages: 763

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Tilo » 16 Mai 2018, 22:05

MAJ du parcours jusque la deuxième journée de repos:

https://legruppetto.com/forum/viewtopic.php?f=29&t=8847&p=1310490#p1310490

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 21578
Localisation: La ou je veux

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar ZeTourmalet » 17 Mai 2018, 08:27

En tout cas je suis pas contre une semaine de plus dans le concours. Pour ma part je suis pas la toute la semaine prochaine, et je suis loin d'avoir fini :) :)

Avatar de l’utilisateur
ZeTourmalet
Cyclo du dimanche
 
Messages: 85
Localisation: Quelque part dans les Pyrénées

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Lucas04100 » 17 Mai 2018, 08:29

ZeTourmalet a écrit:En tout cas je suis pas contre une semaine de plus dans le concours. Pour ma part je suis pas la toute la semaine prochaine, et je suis loin d'avoir fini :) :)

Pareil :up
Je viens de voir qu'on est limité en nombre de villes sur le profil sur Cronoescalda. Du coup pour les Strade Bianche, possible de mettre le profil cronoescalada sans les Strade Bianche et le profil LFR qui est avec les Strade Bianche ?

Avatar de l’utilisateur
Lucas04100
Jersey rojo
 
Messages: 6236
Localisation: Au Service Park

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Aprosk » 17 Mai 2018, 12:13

Aram a écrit:Image

You pass in my home city, you'll have my vote :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
Aprosk
Chasseur de prime
 
Messages: 315

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Wings » 17 Mai 2018, 17:34

A l'unanimité les anims ont décidé d'allonger la deadline, d'une semaine. La nouvelle date de rendu des concours est donc le Mardi 7 Juin. Les votes se feront jusqu'au 17.

Avatar de l’utilisateur
Wings
Directeur sportif
 
Messages: 25980
Localisation: Au Nord du Mur (d'Hadrien)

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar ZeTourmalet » 17 Mai 2018, 17:37

Super merci :heureux:

Avatar de l’utilisateur
ZeTourmalet
Cyclo du dimanche
 
Messages: 85
Localisation: Quelque part dans les Pyrénées

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Mathias-Rolland » 17 Mai 2018, 18:05

Wings a écrit:A l'unanimité les anims ont décidé d'allonger la deadline, d'une semaine. La nouvelle date de rendu des concours est donc le Mardi 7 Juin. Les votes se feront jusqu'au 17.


Merci les gars, la pression du peuple aura eu raison du lobby pariso-domino-wingo-cdaïste !

:mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Mathias-Rolland
Chasseur de prime
 
Messages: 339
Localisation: Le Pays des Montagnes Sacrées

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Tilo » 17 Mai 2018, 19:56

Mardi E16 : Trento – San Martino di Castrozza 184km
Mercredi E17 : Predazo – Passo Pordio 169km
Jeudi E18 : Canazei - Cles 159km
Vendredi E19 : Caldes – Aprica 160km

Rien que sur les 4 étapes la j'ai déjà 18 cols classé entre la 2C et le HC lol Samedi c'est vallon donc ça devrait passer et dimanche c'est PL, ça peut passer en faite lol

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 21578
Localisation: La ou je veux

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Tilo » 17 Mai 2018, 21:58

https://legruppetto.com/forum/viewtopic.php?f=29&t=8847&p=1310490#p1310490

Trame générale finie plus qu'a finir les profil et la carte + description

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 21578
Localisation: La ou je veux

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar Aram » 17 Mai 2018, 22:14

Tilo a écrit:https://legruppetto.com/forum/viewtopic.php?f=29&t=8847&p=1310490#p1310490

Trame générale finie plus qu'a finir les profil et la carte + description


Passo Pordoi et pas Pordio. Mendrisio et pas Mendriso. ;)
Et puis bizarre de mettre un coup le nom français de la ville (Vérone par exemple) et un coup le nom italien (Trento). On parle du Giro donc mieux vaut mettre le nom italien à mon avis.

Avatar de l’utilisateur
Aram
Espoir
 
Messages: 763

Re: [Concours] Giro 2019

Messagepar ab63 » 18 Mai 2018, 13:00

Merci pour l'allongement des délais :up

Avatar de l’utilisateur
ab63
Directeur sportif
 
Messages: 3041


910 messages
Retourner vers Le laboratoire à parcours

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités