Vélos électriques

Actualité, analyses de puissance et de performances : le seul et unique endroit du forum où l'on parle de dopage

Modérateurs: Geraldinho, bouri

Re: Vélos électriques

Messagepar Trifon_Ivanov » 30 Déc 2017, 16:06

Mayoj a écrit:Et ça tape sur Lloyd.

C'est trop facile Trifon, trop facile. ASSEZ.

Non mais j'aime bien rappeler qu'AG2R a eu un passé globalement sulfureux avec le dénommé Lavenu_Vincent aux manettes.

Mais sinon parlons de Marc Madiot qui se vantait de prendre des corticos sur les critos d'après-Tour :heureux:

Avatar de l’utilisateur
Trifon_Ivanov
Légende du Gruppetto
 
Messages: 40709
Localisation: Coureur de Jupons avec le palmarès de Stéphane Goubert

Re: Vélos électriques

Messagepar Drakiv » 30 Déc 2017, 19:04

Trifon_Ivanov a écrit:
Mayoj a écrit:Et ça tape sur Lloyd.

C'est trop facile Trifon, trop facile. ASSEZ.

Non mais j'aime bien rappeler qu'AG2R a eu un passé globalement sulfureux avec le dénommé Lavenu_Vincent aux manettes.

Mais sinon parlons de Marc Madiot qui se vantait de prendre des corticos sur les critos d'après-Tour :heureux:


Comme tous les coureurs de son époque, hinault,lemond etc

Avatar de l’utilisateur
Drakiv
Junior
 
Messages: 1198

Re: Vélos électriques

Messagepar SgtPerry » 30 Déc 2017, 22:20

Mayoj a écrit:Et ça tape sur Lloyd.

C'est trop facile Trifon, trop facile. ASSEZ.


Image

Avatar de l’utilisateur
SgtPerry
Cyclo du dimanche
 
Messages: 190
Localisation: Dans la voiture balai...

Re: Vélos électriques

Messagepar Mayoj » 31 Déc 2017, 00:07

Image

Avatar de l’utilisateur
Mayoj
Manager
 
Messages: 45106
Localisation: L'avatar de Liam est dégueulasse.

Re: Vélos électriques

Messagepar Umb » 31 Déc 2017, 13:22

Trifon_Ivanov a écrit:
Mayoj a écrit:Et ça tape sur Lloyd.

C'est trop facile Trifon, trop facile. ASSEZ.

Non mais j'aime bien rappeler qu'AG2R a eu un passé globalement sulfureux avec le dénommé Lavenu_Vincent aux manettes.

Mais sinon parlons de Marc Madiot qui se vantait de prendre des corticos sur les critos d'après-Tour :heureux:


sur le sujet, dans son livre, le début du chapitre sur le dopage
Vous avez vécu dangereusement ?

Non. Je n’ai pas ce sentiment. Je pense que j’ai vécu une époque qui était plus simple qu’il y a quelques années.

Moins liberticide ?

Je pense qu’il y a quelques années, avec cette utilisation perverse de l’EPO, les gens ont pris des risques.

Avant, vous ne preniez pas de risques ?

Avant, on ne tripatouillait pas le sang. Aujourd’hui, dans ce domaine, cela redevient beaucoup plus sain et en même temps beaucoup plus compliqué. Avec les contrôles, avec Adams 1 , la vie de coureur cycliste est devenue beaucoup moins sympathique qu’elle ne l’était à une certaine époque. Mais ces nouveaux dis positifs sont nécessaires. Moi j’ai connu les années 80, la fin des belles années de vélo tranquilles, pépères, à l’ancienne.

C’est-à-dire ?

Il n’y avait pas Adams. Il n’y avait pas l’EPO. Il y a trente ans, il y avait des contrôles, mais ils étaient moins contraignants que maintenant. Les contrôleurs ne débarquaient pas à 6 heures du matin dans nos chambres, on n’était pas obligé d’être sans cesse localisé. Il n’y avait pas de suivi longitudinal. Tout en étant un sport difficile, c’était aussi un sport de plaisir, un sport où tu passais de bons moments. Les critériums c’était sympa, tu avais une communion avec le public. Tout était plus simple, plus chaleureux. Le vélo est l’un des rares sports qui colle autant à l’évolution de la société. Le rapport du public aux coureurs est en pleine adéquation avec ce qui se passe dans le monde, dans la vie courante. Aujourd’hui, on est dans un monde extrêmement contrôlé, structuré, surveillé, organisé, maîtrisé. Pareil dans notre sport, les mêmes ondulations. Dans les années 70, 80, on ne faisait pas des fortunes, mais être coureur cycliste était un art de vivre. On faisait coureur cycliste pour faire coureur cycliste. Tu avais une équipe de chômeurs par exemple sur le Tour de France. Tu imagines aujourd’hui, 30 ans plus tard, un mec qui dirait : « Tiens, on va faire une équipe de chômeurs ! ». Ils pourraient être nombreux, au passage. Tu transposes cela aujourd’hui, on va te dire : « Non mais attendez, vous êtes complètement givrés ! ». Ils ne gagnaient rien les mecs, ils avaient juste l’honneur et le plaisir d’être coureurs cyclistes professionnels. Et ils vivaient cette vie nomade du peloton. Un mode de vie comme celui-là ne rentrerait plus dans le moule. On était des Bohémiens. Aujourd’hui, il faut des contrats de travail. S’il y a une virgule de travers, on te recale ton contrat. Quand je me remémore les contrats de travail de certains coureurs il y a 30 ou 40 ans, je connais quelques DRH qui s’arracheraient les cheveux aujourd’hui en les lisant. C’était un art de vivre.

Un art de vivre dans lequel on ne « tripatouillait pas le sang », donc.

Non. On ne touchait pas à cela.

On touchait à quoi ?

A des produits beaucoup moins dangereux et souvent en vente libre. J’ai connu la fin des amphétamines. Au début des années 60, les coureurs allaient chez le droguiste du coin et ils achetaient une boîte de Captagon comme ça, c’était en vente libre. Tu étais routier, tu prenais du du Captagon. J’ai connu la fin de cette époque, moi.

Quel effet cela fait le Captagon ?

C’est un excitant. Tu ne dors pas. C’est sûrement répréhensible dans la démarche, mais on n’avait vraiment pas l’impression de tricher. On faisait la tournée des critériums, on était comme les étudiants, les gens du show-biz de l’époque qui, en période d’examens ou en tournée, prenaient des excitants, comme de la caféine, pour augmenter leur capacité de travail, pour ne pas dormir et assurer le spectacle… Et je n’en ai jamais pris en course, jamais. On n’était pas dans le même trip qu’à la fin des années 90 puis 2000, qui représentent pour moi le pire moment de l’histoire de notre sport. Les transfusions sanguines, l’EPO, les auto-transfusions… Le problème, c’est qu’avec les progrès de la médecine, de la science, tout a dégénéré.

Il y avait déjà des corticoïdes, aussi.

Oui. Des corticoïdes, on en prend tous à un moment donné dans sa vie pour se soigner. Et n’oublions pas qu’à l’époque, ils n’étaient ni contrôlés, ni interdits non plus.

En fait, vous n’aviez pas l’impression de vous doper.

Effectivement, on respectait les règles de la période.
Il n’y a pas très longtemps, un journaliste m’a branché alors que l’on fêtait les 60 ans de Bernard Hinault dans L’Equipe Magazine . Il me disait : « Bernard Hinault n’a jamais été contrôlé positif 2 ». Oui, mais Bernard Hinault avait respecté les règles de l’époque. C’est comme si aujourd’hui on voulait juger et sanctionner les gens qui, à une époque, roulaient à 180 km/h sur une route nationale alors qu’il n’y avait pas de limitations de vitesse. C’est un peu le même principe. Il est difficile d’avoir une appréciation juste sur une époque durant laquelle les règles n’étaient pas les mêmes. Ce qui compte, de mon point de vue, c’est de respecter les règles du moment. Il y a des règles, elles sont ce qu’elles sont, on les respecte, point barre. Voilà le discours que je tiens à mes coureurs. Je leur dis : « Que cela vous plaise ou non, les règles, ce sont celles-là ».

C’est un peu court, non, le coup des limitations de vitesse.

Non, c’est la réalité du terrain, la réalité de la vie. Je n’étais ni meilleur ni moins bon que les autres. Et je suis en parfait accord avec ma conscience. Je n’ai pas besoin d’aller demander pardon pour quoi que ce soit.

On a à nouveau entendu parler du Captagon dans Rugby à charges, l’enquête de Pierre Ballester sur le dopage au sein du rugby français. Que pensez-vous de la réaction du monde du rugby ? Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, qui explique, par exemple, que le dopage d’un joueur ne sert à rien dans un sport collectif.

Chacun ses problèmes. Boudjellal avait fait un communiqué officiel. Il écrivait que le RC Toulon allait recruter le docteur Fuentès pour la prochaine saison, le principal inculpé dans l’affaire de dopage Puerto en 2006, qu’il allait construire une pharmacie attenante au centre d’entraînement de Berg, évoquait de façon peu élégante le Tour de France. Bref, il se foutait de nous. On ne lui a même pas répondu. Mais s’il veut, on peut lui dire comment mettre en place le système Adams, le passeport biologique, le suivi longitudinal… Tout cela me fait sourire. Mais je ne connais pas assez le rugby. La seule chose qui m’ennuie, dans ce genre de situation, c’est que l’on fasse référence au vélo. Le reste…

Vous avez déjà eu affaire à des regards inquiets de la part de proches ?

Oui. En 1998, quand mes parents ont vu toutes ces gardes à vue à la télévision et toutes ces affaires, ils se sont posés des questions quand même. Ma mère m’a dit : « Est-ce que tu es sûr que tu n’as pas fait de bêtises ? »… Et je lui ai dit : « Non maman, je n’ai pas fait de bêtises ». Je n’ai d’ailleurs jamais été mis en examen pour quoi que ce soit.

La ligne de défense d’un Jacky Durand a été simple et claire à ce sujet lorsque ses échantillons de 1998 sont ressortis du frigo parmi d’autres. Pour résumer : il s’est dopé, ce n’est pas bien, c’est un mauvais exemple pour les jeunes, et il ne faisait pas mieux que les autres. Vous estimez qu’il y a une chasse aux sorcières ?

C’est un peu facile, oui, de demander aux gens, vingt ans après, de se justifier sur ce qui se passait à une époque. Car on nous demande de justifier non pas une pratique, mais une époque. La nuance est importante à mes yeux, je le répète. Les années 60, les années 80, ont eu leurs règles. Elles étaient ce qu’elles étaient. J’ai connu ces années-là. C’est facile de juger après coup, de jeter la pierre 30 ans après. Il fallait le vivre, y participer, pour comprendre. Sur les critériums, qui n’étaient pas des compétitions mais des spectacles, on prenait parfois des amphétamines. Il n’y avait pas de contrôles. Quand tu avais passé ta nuit dans la bagnole pour conduire, tu prenais des amphétamines puis tu courais. Et je n’avais pas l’impression de voler qui que ce soit. Aujourd’hui c’est interdit, tu n’as qu’à dire Ok, c’est interdit, point barre. Aujourd’hui on me dit qu’il faut rouler à 50 km/h au lieu de 80 km/h en traversant Renazé, je roule à 50 en traversant Renazé. Les règles de l’époque, je les respectais. On n’était ni des bandits, ni des voyous. On pratiquait un sport avec ses faiblesses.
Et je pense que, compte tenu des évolutions de la médecine et donc du dopage, il est nécessaire que des règles dures aient été mises en place, que l’on retrouve ces produits-là, qu’on invente le système Adams pour pouvoir mieux maîtriser le phénomène. Sinon, on allait dans le mur. L’introduction de l’EPO, il ne faut pas l’oublier, c’était l’apparition du produit miracle qui avait tota lement chamboulé la vraie hiérarchie de notre sport. L’utilisation perverse de ce produit en a fait une saloperie qui ne donnait plus aucun sens à la course.

Vous étiez dépassé par l’EPO ? Vous preniez peur ? D’anciens coureurs ont très bien raconté cela.
Oui. Oui, bien sûr. Mais qu’est-ce que tu pouvais faire à cette époque-là ? Honnêtement, ce qui s’est passé en 1998 avec l’affaire Festina a été un mal pour un bien.

(...)

Avatar de l’utilisateur
Umb
Poisson-pilote
 
Messages: 3088

Re: Vélos électriques

Messagepar Trifon_Ivanov » 31 Déc 2017, 15:49

Putain le discours :shock: :shock: :shock:

Ca fait flipper

Avatar de l’utilisateur
Trifon_Ivanov
Légende du Gruppetto
 
Messages: 40709
Localisation: Coureur de Jupons avec le palmarès de Stéphane Goubert

Re: Vélos électriques

Messagepar Umb » 31 Déc 2017, 17:36

Sur l'EPO ?

Il développe après, mais j'allais pas tout cc.

Sinon je ne vois pas trop ce qu'il y a de flippant :wtf

Avatar de l’utilisateur
Umb
Poisson-pilote
 
Messages: 3088

Re: Vélos électriques

Messagepar SgtPerry » 10 Jan 2018, 13:11

Cyclisme : un livre et une enquête judiciaire relancent les soupçons de triche au vélo à moteur

http://www.lemonde.fr/cyclisme/article/ ... 16656.html


Miniaturisés et isolés, les moteurs cachés dans les vélos de course des tricheurs sont devenus quasiment silencieux. Mais pas au point de faire taire la rumeur de l’utilisation de ces dispositifs de fraude technologique dans le peloton professionnel, relancée en cette intersaison cycliste par la publication d’un livre et par une enquête judiciaire.

Cette dernière, révélée par Le Canard enchaîné du mercredi 20 décembre et confirmée depuis au Monde, est menée, au moins depuis l’été 2017, par des enquêteurs spécialisés dans les infractions financières, sous la direction du parquet national financier. Faute d’inscription d’un délit spécifique dans la loi française pour la fraude technologique, qui n’est pas associée au dopage, les gendarmes vont devoir prouver qu’il y a eu, de la part des coureurs professionnels ciblés, escroquerie ou tentative d’escroquerie. Ces faits sont passibles de cinq ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende.

Selon Le Canard enchaîné, les enquêteurs s’interrogent aussi sur le rôle qu’auraient joué « les hautes instances du cyclisme », à savoir l’Union cycliste internationale (UCI), dans cette escroquerie. Elu à la présidence de la fédération internationale en septembre 2017, le Français David Lappartient a immédiatement écarté le responsable de la lutte contre la fraude technologique, l’Anglais Mark Barfield.

Il l’a remplacé par l’ancien professionnel français Jean-Christophe Péraud (deuxième du Tour de France 2014), qui a déjà rencontré des ingénieurs du Commissariat à l’énergie atomique, de l’institut Fraunhofer en Allemagne ou des fabricants de machines à rayons X. Interrogé par Le Monde début décembre, le président de l’UCI affirmait déjà que la méthode de détection par résonance magnétique serait complétée par le passage des vélos aux rayons X et le démontage physique de certaines machines.

De la taille d’une clé USB

Cette agitation doit beaucoup à l’activisme d’un homme, qui se présente comme l’inventeur des moteurs cachés dans les vélos : le Hongrois Istvan Varjas. Il est au cœur d’un livre qui paraît mercredi 10 janvier, intitulé « Rouler plus vite que la mort » (éd. Grasset), dans lequel il dit explicitement ce qu’il laissait entendre il y a un an au Monde, qui l’avait rencontré en Hongrie : Lance Armstrong pourrait bien avoir été, à l’insu de l’inventeur, le premier utilisateur d’un vélo à moteur.

L’auteur, le journaliste de L’Equipe Philippe Brunel, court après les moteurs cachés depuis 2010. « Cette histoire m’est tombée dessus, je ne l’ai pas cherchée », s’amuse la plume de la rubrique cyclisme du quotidien sportif, qui se dit observateur romantique plutôt qu’enquêteur. Le voilà toutefois explorant la conjecture la plus folle dans l’histoire d’un sport qui s’est pourtant habitué au paranormal.

La thèse : en septembre 1998, Varjas, décrit comme aussi génial pour ses inventions que robuste sur un vélo, met au point, après des années de développement, un moteur discret, de la taille d’une clé USB, capable de fournir 140 watts pendant cinq minutes. Suffisant pour produire, en montagne, l’effort qui vous offre un Tour de France - ou sept. Pour peu que son propriétaire soit déjà doté de l’arsenal chimique en vogue à l’époque – EPO notamment –, comme c’était le cas de Lance Armstrong, depuis privé de ses sept victoires pour dopage.

A la fin de l’année 1998, poursuit Varjas, un ami le persuade de céder l’exclusivité de son invention à quelqu’un qu’il ne connaît pas, pour une somme de 300 000 dollars versée en liquide. Deux ans plus tard, il s’en verra verser 2 millions supplémentaires en quatre fois, sur un compte offshore. L’ami, Paride Cordoni, grenouille dans le milieu du cyclisme de Toscane, petites affaires, petites équipes. Il est mort depuis. Il détenait peut-être, estime Philippe Brunel, la vérité de cette histoire.
« Rien qui épuise le mystère »

En l’absence de preuves, le journaliste se contente de juxtaposer les vies de Varjas et d’Armstrong. Avec le Hongrois, il relève les troublantes concordances de dates, la façon métronomique de grimper de l’Américain, sans effort apparent ni rupture de rythme, s’étonne de la géométrie d’un cadre Trek utilisé par Armstrong, propice à y dissimuler un moteur.

Mais Philippe Brunel, comme avant lui les journalistes de la chaîne américaine CBS, est contraint de s’en tenir là. « Je n’ai recueilli qu’un faisceau de faits convergents. Rien qui épuise le mystère », admet le journaliste.

Les propos comme les compétences de l’ingénieur sont soumis à caution, comme nous l’avions remarqué durant notre enquête en 2016, durant laquelle plusieurs interlocuteurs de M. Varjas avaient mis en doute son honnêteté.

Les policiers du FBI, qui ont longuement interrogé Istvan Varjas dans le cadre d’une enquête ouverte aux Etats-Unis, sauront-ils y voir plus clair ? Et trouver un témoin qui, dix-huit ans après l’escroquerie présumée, incrimine le cycliste texan ? Selon Philippe Brunel, la machination aurait pu être ourdie avec la seule complicité de Johan Bruyneel, manager historique et fidèle de Lance Armstrong.

Le Texan, qui n’a pas été tenu au courant du livre par l’auteur, n’a pas menacé Grasset comme il avait menacé CBS, qui avait édulcoré son enquête en conséquence. Interrogé par Le Monde, il s’est contenté de répondre par une pirouette :

« J’ai regardé mon calendrier, et nous ne sommes pas le 1er avril ! »

Avatar de l’utilisateur
SgtPerry
Cyclo du dimanche
 
Messages: 190
Localisation: Dans la voiture balai...

Re: Vélos électriques

Messagepar Mayoj » 10 Jan 2018, 13:19

Et dire que Vildary est dans la pampa péruvienne à l'heure qu'il est.

Avatar de l’utilisateur
Mayoj
Manager
 
Messages: 45106
Localisation: L'avatar de Liam est dégueulasse.

Re: Vélos électriques

Messagepar bullomaniak » 10 Jan 2018, 13:41

C'est n'importe quoi. :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
bullomaniak
Manager
 
Messages: 16736
Localisation: Pour défendre les valeurs de la Gauche, votez Tibopino !

Re: Vélos électriques

Messagepar Liam » 10 Jan 2018, 13:54

bullomaniak a écrit:C'est n'importe quoi. :moqueur:


Ah ouf.

Je commençais à y croire à tout ça.

Heureusement que tu précises. :heureux:

Avatar de l’utilisateur
Liam
Maillot à pois
 
Messages: 3901
Localisation: Bien plus drôle que Mayoj

Re: Vélos électriques

Messagepar Trifon_Ivanov » 10 Jan 2018, 15:25

Le bullshit total si on apprend qu'Armstrong utilisait un moteur Image

Avatar de l’utilisateur
Trifon_Ivanov
Légende du Gruppetto
 
Messages: 40709
Localisation: Coureur de Jupons avec le palmarès de Stéphane Goubert

Re: Vélos électriques

Messagepar Umb » 10 Jan 2018, 15:34

Trifon_Ivanov a écrit:Le bullshit total si on apprend qu'Armstrong utilisait un moteur Image

À la limite ce serait moins dévastateur que si c'était Froome !

Avatar de l’utilisateur
Umb
Poisson-pilote
 
Messages: 3088

Re: Vélos électriques

Messagepar Le Pass Open » 10 Jan 2018, 15:41

Mayoj a écrit:Et dire que Vildary est dans la pampa péruvienne à l'heure qu'il est.


Sa passion pour les moteurs sur deux roues y est comblée !

Avatar de l’utilisateur
Le Pass Open
Marlou
 
Messages: 45
Localisation: Rennais exilé

Re: Vélos électriques

Messagepar Ninofishing » 11 Jan 2018, 21:42

TF1 en a parlé au JT...

Avatar de l’utilisateur
Ninofishing
Jersey rojo
 
Messages: 7515
Localisation: Fouesnant

Re: Vélos électriques

Messagepar Orodreth » 11 Jan 2018, 21:46

Ninofishing a écrit:TF1 en a parlé au JT...


Une bonne chose.
Ça met en lumière le cyclisme hors TdF. :up

:niais: :niais:

Avatar de l’utilisateur
Orodreth
Coureur pro
 
Messages: 1669

Re: Vélos électriques

Messagepar CycloNico » 11 Jan 2018, 22:51

Ninofishing a écrit:TF1 en a parlé au JT...

Ce qui est bizarre, c'est que lorsqu'ils ont parlé de coureurs du TDF qui pourraient être visés, ils ont montré Froome :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
CycloNico
Cyclo du dimanche
 
Messages: 197
Localisation: Brive

Re: Vélos électriques

Messagepar SgtPerry » 13 Jan 2018, 12:30


Avatar de l’utilisateur
SgtPerry
Cyclo du dimanche
 
Messages: 190
Localisation: Dans la voiture balai...


678 messages
Retourner vers Le laboratoire anti-dopage

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité