[Concours] Tour de France 2019 [RÉSULTATS]

Échafaudez ici de grandes théories sur les parcours de courses cyclistes ou proposez les votre, courses réelles ou fictives

Modérateurs: Geraldinho, Wings, bouri, Carrefour de l'Arbre, Tazio

[Concours] Tour de France 2019 [RÉSULTATS]

Messagepar Wings » 12 Nov 2017, 21:13

Image

Le Tour de France 2019


Contexte :
ASO a donc révélé le lieu du Grand Départ 2019 ! Ce sera donc un départ a l'étranger, pour fêter les 50 ans de la première victoire d'Eddy Merckx, en partant de la capitale de son pays natal, Bruxelles !



Critères d'évaluation :
- Grand Départ de Bruxelles
- Tracé réaliste (21 étapes, 2 journées de repos, transferts faisables) ;
- Villes-étapes techniquement possibles (place, finances, état des routes etc.) ;
- Parcours complet et équilibré avec des étapes pour tout type de coureurs ;


Les contraintes :

Elles paraissent nombreuses mais découlent principalement du bon sens et de la jurisprudence d'ASO. Image

• Le Grand Départ :

- Les deux premières étapes devront obligatoirement et intégralement se dérouler dans le territoire belge;
- La première étape doit partir et arriver dans la ville de Bruxelles
- La deuxième étape doit partir de la région de Bruxelles-Capitale et arriver dans le territoire belge
- Le départ de la troisième étape devra quant à lui être situé dans le pays
- Avant de vous lancer dans les étapes pavées, nous avaons dréssé une liste de monts et secteurs principaux interdits : Koppenberg, Trouée d'Arenberg, Carrefour de l'Arbre (liste non-exhaustive, si vous avez des doutes, posez la question sur ce topic)
- Pour tout secteur non-groudronné veuillez présenter au moins un screen qui prouve la practicabilité du secteur pour une course comme le Tour. Les anims se réservent le droit d'évincer tout parcours comportant un secteur ou col non praticable


• Parcours général :

- Le Tour de France fait 21 étapes, les demi-étapes sont interdites.
- Le départ est fixé le samedi 29 juin 2019, l'arrivée à Paris le dimanche 21 juillet ;
- La distance totale doit être réaliste. restez donc entre 3300 et 3600 kilomètres ;
- Pour respecter les règlements de l'UCI seulement deux étapes peuvent dépasser les 240 kilomètres.
- Les villes-étapes sélectionnées doivent être techniquement possibles (place, finances, état des routes etc.) ;
- Vous ne pouvez pas reprendre d'étapes au même final que sur le Tour 2018 (exception faite des Champs-Elysées bien entendu) ;
- Les étapes de votre Tour doivent permettre de faire briller tous les types de coureurs ;
- 2 jours de repos sont obligatoires, ils ne pourront pas être placés durant les week-end. Il ne pourra pas y avoir plus de 10 jours de course consécutifs sans jour de repos.
- L'étape du 14 Juillet (le dimanche de la 2ème semaine) se courra intégralement en France ;
- Le nombre total de cols de 2ème catégorie, 1ère catégorie et Hors-Catégorie est limité à 30. Il n'y a pas de limite concernant les HC. Sous-coter des montées pour entrer dans ces critères devra être considéré comme pénalisant dans les votes, tout comme verser dans la surenchère en terme de difficultés.

• Éléments obligatoires :

- Carte générale du parcours
- Profils des étapes
- Descriptions des étapes
- Lien GPX des étapes
- Positionner le sprint intermédiaire et les côtes classées

Tout participant ne respectant pas les consignes ci-dessus sera possiblement pénalisé ou exclu

Tout autre élément (photos, description des côtes, éléments touristiques, etc) est un plus. Il n'est pas nécessaire de reprendre à l'identique la charte graphique d'A.S.O., ce qui compte est d'avoir un contenu facilement compréhensible.

Quelques outils :

• Pour la carte :

Les pictogrammes : Image Image Image Image Image Image
Un joli fond de carte :
Image
Image


Il est nécessaire de tout mettre dans le même message, quitte à le mettre à jour régulièrement. Devant l'affluence attendue nous vous demandons de veiller à la clarté générale du sujet en évitant les quotes massifs, notamment d'images.

• Pour les profils :

- OpenRunner
- CronoEscalada
- La Flamme Rouge

Le vote se fera avec un top 5 : 5-4-3-2-1 points décernés.


Vous pouvez présenter vos parcours jusqu'au dimanche 17 décembre (soit un total de 6 semaines à partir d'aujourd'hui).
Les votes seront ouverts à partir du lundi 18 jusqu'au dimanche 14 janvier. Pour les plus rapides qui pourraient s'ennuyer sur cette période, un concours au format classique sera éventuellement ouvert en parallèle pendant la période des votes.

Attention, ces règles sont susceptibles d'être modifiées dans les jours à venir.

Les 56 parcours proposés :

Matthias-Rolland
fralaf
darth-minardi
Klira
Warren Barguil
mister
levure
Flo76
Carrefour de l'Arbre
quentiro_95

kankuro
rthomazo
Paul-Henri
MrNico
Mats
guigui76
CSC_3187
bullomaniak
Loiloi29
jiibvalverde

cadel evans
malo_panzani
Ninofishing
Veeco
valjo98
Cyro
patazem
vino_93
Thibaut
Kornrat

Aram
Wings
Piepie33
raffilpt
Lucas04100
Nico32
pualok6
Xavier99
Freddy
grossbouff

ab63
friton01
Svam
tatamix1972
Linkinito
MaxMax
Samuel
Vber
IgBur
Bronski

TYphoonuke
Elie01
Huliop
Wawan
Guillaume14
ElRojo

Malgré les plusieurs rappels de la part de CDA et moi-même, certains membres n'ont pas respecté la consigne usuelle de fournir les GPX et se voient donc non retenus pour la phase de vote. Vous pouvez toutefois consulté leurs profils et (rédiger un petit avis si vous avez le temps) voici la liste :

didou18
Elias
Ghirard Lambert
malo.tls


Vu le nombre de participants (54), vous devez donner votre Top 5 avant le Dimanche 7 Janvier (23h59) ! N'oubliez pas qu'une petite description est toujours la bienvenue (on vous laisse 3 semaines) et que tout participant ne votant pas sera pénalisé de 5 points. Rappel : Seuls les participants au concours et les membres ayant plus de 100 messages ont le droit de voter.

Le Palmarès

Le parcours de Paul-henri, plébiscité par le forum pour le Tour 2015 : http://legruppetto.com/forum/viewtopic. ... =80#p23992
Carte dans ce message. Profils plus bas dans la même page.

Le parcours de Darth-Minardi, plébiscité par le forum pour le Tour 2016 :
http://www.legruppetto.com/forum/viewto ... 20#p220345

Le parcours de Svam, plébiscité par le forum pour le Tour 2017 :
http://legruppetto.com/forum/viewtopic. ... 20#p477788

Le parcours de Carrfour de l'Arbre, vainqueur du plus gros concours du forum pour le Tour 2018 :
viewtopic.php?f=29&t=6454&start=60#p897687

Le classement 2018 : viewtopic.php?f=29&t=6454&start=1380#p965822


Que ce soit pour le plaisir, la passion des tracés, la compétition ou l'envie de "piéger" des médias naïfs en septembre, nous vous espérons nombreux à participer au concours majeur du Labo à Parcours. Le concours "Tour de France 2019" est désormais ouvert ! Image

Avatar de l’utilisateur
Wings
Directeur sportif
 
Messages: 22672
Localisation: Au Nord du Mur (d'Hadrien)

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar ZePhil Sagan 13 » 12 Nov 2017, 21:13

Après 15 minutes d'actualisation comme un gogole, j'ai réussi à me réserver le premier post après la prez

Ne mettez pas la vidéo en plein écran, il y a trop de pixels
Modifié en dernier par ZePhil Sagan 13 le 17 Nov 2017, 20:47, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
ZePhil Sagan 13
Coureur pro
 
Messages: 1589
Localisation: À la Pointe de Paumont pour construire une route

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Mathias-Rolland » 12 Nov 2017, 21:15

TOUR DE FRANCE 2019



Carte Générale du parcours:


Afin de faciliter le téléchargement de mon parcours et de la page, j'ai mis ma carte en miniature, avec possibilité de double-zoomer dessus afin de l'avoir en grand format. Si cela pose problème, je peux la laisser en format normal.


Descriptif général du tracé:
En attendant Eddy...

Partant de Belgique et de Bruxelles 50 ans après l'apparition explosive du Grand Edy Merckx sur la scène du Tour de France, il m'est apparu naturel de m'inspirer de l'esprit de cet immense champion en tracant cette édition.
J'ai donc souhaité mettre en avant des types de parcours qui auraient plu et inspiré le grand Eddy, plus que faitre une sorte de "tournée des adieux" des lieux qu'il a marqués de son empreinte; il faudrait d'ailleurs plus d'une édition pour cela !

J'ai ainsi choisi d'orienter mon parcours sur les axes suivants:
1°) Une présence affirmée des CLM individuels, avec 3 exercices solitaires face au temps, sur des terrains variés et différents.
Merckx construisait ses victoires sur les CLM, en n'étant peut être pas le meilleur, mais en en ayant fait un point fort face à ses adversaires.

2°) Une présence de la haute-montagne sélective, c'est à dire de la "vraie" haute montagne, avec des étapes d'une difficulté rarement osée sur les dernières éditions du TDF version ASO (E9 et 14). En contrepartie, il n'y aura que 4 étapes catégorisées haute montagne, qui ne s'echaîneront jamais entre elles, ou en tout cas sans être séparées par un jour de repos (E8-E9; E13-E14). Tout cela dans le but de faire de chacune de ces étapes un petit événement, et limiter l'escamotage. L'économie nous dit que la rareté fait la valeur des choses, donc appliquons-le au Tour de France !
Eddy a réalisé des performances incroyables en haute montagne sur le Tour (et sur le Giro aussi !), mais reconnaissons qu'il nétait pas un véritable grimpeur, et qu'il tirait surtout sa force de sa capacité à répondre présent lors de chaque rdv en haute montagne. Prenons note de cela, et fixons des rdv aux coureurs en haute montagne ! Ceux qui y arriveront en retard paieront cash, et devront adapter leur stratégie en fonction.

3°) Proposer une variété d'étapes potentiellement ouvertes et piégeuses, sur lesquelles il sera difficile de prévoir le scénario à l'avance.
L'ogre de Tervuren adorait les étapes a priori anodines, qu'il transformait en traquenard pour ses adversaires. Il savait mieux que personne attaquer là où on ne l'attendait pas, et ce facteur surprise doit revenir sur le Tour, car il est à l'origine d'innombrables moments... wait for it...legendary !
On aura donc une étape flandrienne(2), un final pour puncheurs attentifs(3), une ardennaise(5), un final corsé par des chemins blancs(7), de la moyenne montagne sur des étapes assez courtes(10 et 12), mais dont l'enchaînement de difficultés pourtant plus abordables et moins connues, pourrait complètement piéger certains coureurs moins attentifs et/ou débordés par les changements de rythme propres à ces étapes.

4°) Se basant sur le constat des dernières éditions, ASO comprend enfin que suspens et indécision ne signifient pas attendre 3 semaines que 5 coureurs se tiennent en 40 secondes, et que par risque de perdre, aucun n'attaque, et attende plutôt la défaillance de ses opposants.
Eddy construisait ses victoires en champion conquérant, pas en épicier faisant sa comptabilité en fin de journée.
Il n'ya aura donc pas de round d'observation dans ce Tour à ma sauce, bien au contraire la 1ère semaine sera sévèrement sélective, sans pour autant proposer de la haute montagne dès le 4ème jour. De même, le plus gros du dénivelé de ce Tour sera parcouru lors de la 2ème semaine, répartie de la manière suivante: 2 étapes de haute montagne pour ouvrir et fermer la semaine, 2 de moyenne montagne intercalées par 2 étapes de transition en plaine au milieu. Et la dernière semaine sera donc logiquement plus allégée en gros rendez-vous, même s'il y aura une étape pyrénéene, un CLM sélectif et une longue étape auvergante conclue au sommet du Pas de Peyrol, proposé ici comme une alternative au Puy de Dôme en raison de sa pente similaire, et comme un dernier clin d'oeil à Eddy, qui y connu des fortunes diverses. La difficulté spécifique de cette 3ème semaine viendra surtout de la longueur inhabituelle des étapes proposées. Ainsi, les 3 dernières étapes totaliseront plus de 600 kms, soit plus de 50% de plus que la moyenne des 7 derniètres années ! De quoi laisser ouverte la possibilité d'attaques collectives face à des équipiers fatigués et décimés par 18 jours de course sur la route de St-Amand-Montrond, ou même le dernier jour vers Paris ?
Messieurs les coureurs, à vous de jouer !




1ère étape:Bruxelles - Bruxelles: 12.1 kms - ITT Rouleurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Le coup d’envoi de ce Tour de France version 2019 sera donc donné à Bruxelles sous la forme d’un CLM individuel assez court, à l’image de ce qu’on pu voir à Utrecht en 2015, ou à Düsseldorf en 2017.
En revanche, le tracé de celui-ci sera assez accidenté (cf profil) et comptera quelques courts secteurs de pavé urbain, toujours délicats à négocier, d’autant plus en cas de pluie.
Cette 1ère étape reliera donc les 2 principales places de Bruxelles, la Grand’Place et la magistrale Place des Palais.
Au final, cette étape pourrait aussi bien s’offrir à un rouleur énergique type Dumoulin qu’à un puncheur-équilibriste type Sagan.


2ème étape:Bruxelles - Oudenarde: 168 kms – Accidenté/Flandriens


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Cette 1ère étape en ligne à destination de la ville d’Oudenarde sera, on s’en serait douté, un mini-Ronde, proposant de nombreux monts des Flandres dans sa 2ème partie, dont 5 seront pavés. Au départ de Bruxelles, les coureurs traverseront immédiatement Woluwe St-Pierre puis Tervuren, afin d’honorer le souvenir d’Edy Merckx, fortement attaché à ces 2 communes de la région bruxelloise. Cette étape piège en tout début de Tour l’aurait d’ailleurs certainement inspiré !
Après une soixantaine de kms plats en direction de l’Ouest, les coureurs repiqueront vers l’Est afin de gravir le 1er mont pavé de la journée, le Bosberg, si souvent dernière difficulté du Tour des Flandres par le passé. Ce sera ensuite un passage par Grammont et son fameux mur, qui sera toutefois évité ; seul le sprint intermédiaire animera le passage dans Geraardsbergen, le nom flamand de la ville. Après une nouvelle période d’accalmie, les 55 derniers kms verront une succession de côtes raides et de monts pavés qui devraient définitivement disloquer le peloton. L’enchaînement Knokteberg-Vieux Quaremont-Taienberg-Eikenberg en moins de 25 kms, sur des routes souvent étroites et tournant sans cesse permettra aux plus forts des Flandriens encore actifs en juillet de s’isoler en tête de course. Pour certains leaders ayant des ambitions au général, il faudra être extrêmement vigilant, et ce sera peut-être déjà l’occasion d’éloigner certains concurrents aux premières places à Paris.
A noter que la ligne d’arrivée sera la même que sur le Tour des Flandres, ce qui aura pour conséquence de rallonger la section de plat entre la descente de l’Eikenberg et la ligne d’arrivée à Oudenarde.


3ème étape: Waregem - Boulogne-sur-Mer: 201.3 kms – Accidenté/Puncheurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

3ème jour de course, et toujours une étape à prendre au sérieux pour les leaders ! En effet, après un départ tranquille de la Belgique (que l’on retrouvera brièvement 2 jours plus tard…), qui devrait permettre la formation d’une échappée de rouleurs, les choses se corseront peu avant le sprint intermédiaire de Calais au km 130. Ainsi, le peloton longera la Mer du Nord pendant plus de 40 kms, et en cas de coup de vent, des bordures pourraient se former. De plus, le final dans les monts du Boulonnais présentera 3 côtes dans les 15 derniers kms, plus celle d’arrivée située sur les hauteurs de Boulogne. La 1ère d’entre elles, le mur de St-Etienne, sera abordée à angle droit sur une rue étroite après une longue portion de faux-plat descendant. Le changement de rythme sera brutal, et le placement y sera primordial. La suite jusqu’à Boulogne ne sera qu’une succession de montées et descentes effectuées sur des routes tortueuses, et un petit groupe d’attaquants pourrait bien se disputer la victoire d’étape en haut de la rue de la Porte Cayolle, là-même où Pierrick Fédrigo fut couronné champion de France en 2005.


4ème étape:: Montreuil - Fourmies: 197.2 kms - Plaine/Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Enfin une étape pour sprinteurs « normaux » !
Entre la jolie petite ville de Montreuil, réputée pour sa citadelle Vauban et ses remparts, et celle de Fourmies, connue pour son fameux Grand Prix cycliste couru au mois de septembre depuis 1928, le parcours sera globalement plat, et aucune difficulté au GP de la Montagne n’y est recensée, ce qui ne se représentera qu’une seule autre fois.
Le final vers Fourmies en longs faux-plats montants sera favorable aux équipes de sprinteurs, et ces derniers ne voudront pas rater l’occasion d’accrocher une 1ère victoire sur ce Tour de France.


5ème étape:: Maubeuge – Charleville-Mézières: 216.6 kms – Accidenté/Puncheurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Après une absence totale de difficultés répertoriées la veille, aujourd’hui ce sera l’inverse ! En effet, entre Maubeuge et Charleville-Mézières, 2 villes à la beauté enviée par le monde entier, la route sera particulièrement escarpée puisqu’on n’y comptera pas moins de 8 côtes, dont la 1ère de 2ème catégorie dans ce Tour, celle du Mont Malgré-Tout.
Après plus de 72 kms plats nous faisant passer de France en Belgique, apparaîtront les 1ères montées de la journée, sur des pentes encore accessibles. Revenu en France au niveau du ravitaillement d’Haybes, le peloton affrontera des pentes plus sévères, et nul doute que certains « gros culs » décideront déjà de lever le pied. Après un nouveau crochet en Belgique du coté de Couvin, les coureurs rentreront définitivement en France via une longue descente sur Revin, au km 161. Ils seront alors au pied de la principale difficulté du jour, le Mont Malgré-Tout: près de 5kms à 6.7% de moyenne, dont les 3 premiers en lacets à plus de 8%. Au sommet, la route serpentera sur un plateau pendant 10 kms avant de redescendre sur la vallée de la Meuse, et des écarts pourront y être creusés ou stabilisés. Passé Bogny, à 30 kms de l’arrivée, ce ne sera plus que montées et descentes jusqu’à l’arrivée, en passant par les sévères cols de Liry, du Loup, et la montée plus roulante de Blanc-Cailloux, précédant la plongée assez roulante et rapide vers Charleville.
Un attaquant bon grimpeur et résistant devrait s’y imposer, et l’on surveillera de près l’attitude des leaders, sur un terrain propice à des mouvements collectifs.


6ème étape:: Sedan – Bar-le-Duc: 128 kms- Plaine/Sprint Massif


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Après le marathon ardennais de la veille, retour sur une étape qui devrait se conclure au sprint massif. Cependant la fatigue accumulée la veille et le format sprint du jour, seulement 128 kms entre Sedan et Bar-le-Duc, pourraient être favorable à une échappée de costauds ayant préservé leurs forces.
Les quelques difficultés de la 1ère heure seront vite digérées, et les routes de la Champagne crayeuse seront probablement avalées à grande vitesse, avant une plongée sur Bar-le-Duc et un sprint massif jugé au bout d’une large ligne droite de plus d’un km de long.


7ème étape:Toul – Châtillon sur Seine: 180.2 kms – Accidenté/Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Entre les plaines de Lorraine et les sombres forêts bourguignonnes bordant la haute vallée de la Seine, cette 7ème étape ne sera cependant pas une simple balade touristique pour les coureurs, et offrira notamment 2 secteurs non-goudronnés dans le final.
De plus, de nombreuses petites côtes souvent non-recensées (seulement 2 au classement du MG) jalonneront les 2 premières heures de course. Puis arrivés à hauteur du ravitaillement de Guindrecourt, suivront plus de 60 kms absolument plats en suivant notamment la vallée de l'Aube.
Après une longue descente leur faisant franchir la jolie rivière de l'Ource, les coureurs affronteront le 1er secteur non-goudronné de la journée, celui de Villiers le Duc, qui développe 3.4 kms, dont 2 kms en montée à 3% de moyenne. Après un retour sur une route forestière étroite pendant 4 kms, ils enchaîneront immédiatement avec le 2ème secteur, celui de la Combe Chamesson, qui déroule 3.5 kms de chemins en faux-plat descendant. Il ne restera alors plus que 7 kms avant la ligne d'arrivée à Châtillon sur Seine, située au bout d'une ligne droite montant de 500m à 5%.

https://goo.gl/maps/fY3vADV16B42
L'entrée du secteur de Villiers le Duc.

https://goo.gl/maps/3hQgDoYnX3D2
La sortie du secteur de la Combre Chamesson.

Note:J'ai volontairement mis ces photos en lien externe, afin de pouvoir bien vérifier les secteurs en eux-mêmes, et également la route d'entrée ou sortie de ceux-ci.


8ème étape: Semur en Auxois - Saulieu: 45.6 kms - ITT Rouleurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

2ème samedi de ce TDF, et 2ème CLM individuel ! Ce sera aussi le plus long des 3 CLM proposés, et certainement celui qui avantagera le plus les vrais rouleurs ayant des ambitions de bien figurer au général de ce Tour.
Entre la coquette petite ville de Semur en Auxois, cadre d'un championnat de France haletant en 2008 (remporté par Nicolas Vogondy) et la bourgade morvandelle de Saulieu, le parcours cumulera toutefois près de 600m de D+ pour 45.6 kms, mais il s'explique principalement par la différence d'altitude entre les sites d'arrivée et de départ. De plus, les longues lignes droites en faux-plats sur des routes rendant bien favoriseront clairement les coureurs puissants et athlétiques.
A la veille de la 1ère étape de montagne, et plus grosse arrivée au sommet de ce Tour, le placement de ce CLM sera aussi décisif, et les stratégies des coureurs et de leurs DS seront intéressantes à suivre: all-in sur le HC du lendemain pour les grimpeurs, quitte à perdre 4 mns aujourd'hui en essayant de se ménager ? Ou à l'inverse grosse prise de risque des rouleurs pour creuser l'écart, quitte à ne plus en avoir sous le capot pour le Semnoz ?


9ème étape: Chalons sur Saône – Annecy/Le Semnoz: 223 Kms- Haute Montagne/Grimpeurs


Le Profil de l’étape :
Image
Le parcours : Afficher

Après 8 jours de course en plaine et près de 1150 kms acccumulés sur le grand plateau, la transition avec la haute montagne est toujours délicate à gérer pour les coureurs. Ce sera d'autant plus le cas aujourd'hui que l'ascension du Semnoz (17.4 kms à 7%), juge de paix tant attendu par les grimpeurs, sera la seule difficulté décisive et interviendra après plus de 200 kms de course. De quoi faire monter la tension au sein du peloton, et créer un beau petit début de guerre psychologique...
On parlera quand même de la traversée des reliefs du Haut-Jura, dans la région d’Oyonnax, qui verra l’enchaînement de 5 difficultés de 3ème et 2ème catégorie en 45 kms. Le terrain idéal pour former une échappée de seconds couteaux ayant peut-être l’ambition de se disputer la victoire d’étape sur les pentes redoutables du Mont Semnoz, qui sera grimpé depuis Annecy par son versant sud, moins pentu mais également sensiblement plus long et irrégulier que le versant ouest, celui grimpé en 2013 et ayant révélé Nairo Quintana au grand public. Bis repetita pour le petit colombien 6 ans plus tard ?


- REPOS à ALBERTVILLE-

Image



10ème étape:Albertville – Susa: 180.3 kms-4650mD+ - Haute Montagne/Grimpeurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Après la 1ère journée de repos dans la Cité Olympique, il n’y aura pas de round d’observation pour les coureurs à l’entame de cette 2ème semaine: 180 kms et 4650m de D+, 75 kms cumulés d’ascension, 2 cols de 1ère catégorie et un autre HC : l’Iseran, souvenir Henri Desgranges et toit de ce Tour 2019 avec ses 2770m d’altitude ! L’étape-reine de ce Tour ? Peut-être, en tout cas en ce qui concernera le massif alpin…
Certains pourraient bien en avoir le souffle coupé (Teejay VG, une pensée à toi…), d’autres piafferont d’impatience en quittant la Halle Olympique, point de départ fictif de cette étape. A l’arrivée à Susa, en territoire italien donc, un premier gros écrémage devrait être effectué au niveau des postulants au podium à Paris, d’autant plus que les purs grimpeurs n’auront plus l’occasion de retrouver des enchaînements de cols aussi longs et hauts avant… le Giro 2020 !


11ème étape: Bardonnechia – Gap: 142.9 kms Moyenne Montagne/Grimpeurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Après une buona notte passée de l’autre côté des Alpes, les coureurs prendront immédiatement la route de retour vers la France par son chemin le plus court, soit la montée du col de l’Echelle, un petit 2ème catégorie qui pourrait cependant faire exploser les coureurs ayant mal récupéré des efforts de la veille. S’il s’agit de leaders, attention : l’étape est courte, et il n’y aura pas beaucoup de place pour un temps mort. En effet, passé le ravitaillement d’Embrun au Km 81, les difficultés s’enchaîneront sans répit jusqu’à l’arrivée à Gap. De plus, les pentes seront raides, tant en montée que dans les descentes étroites et techniques de la côte de St-Apollinaire et du col de Serre la Faye, soit celle du col de Manse tant aimé par ASO. A noter que l’arrivée dans la cité gapençaise sera située sur la Route de Grenoble, une ligne droite montante de 700m à 5%. Pour couronner un coureur rapide au sein d’un petit groupe de leaders, ou un échappé solitaire opportuniste ?


12ème étape: Sisteron - Montpellier: 235 kms - Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Sevrés d’opportunités depuis 5 étapes et l’arrivée à Bar le Duc, les sprinteurs devraient reprendre la main aujourd’hui sur une étape à leur main. Les organisateurs ont pensé à eux en évitant soigneusement les reliefs provençaux leur tendant pourtant la main, comme la Montagne de Lure ou les collines du Lubéron et des Alpilles. Ce sera pour le plus grand plaisir des yeux des spectateurs, qui n’auront sans doute rien de mieux à regarder pendant plus de 5h30. A moins que la traversée de la Camargue, potentiellement exposée aux vents pendant une cinquantaine de kms, ne permette la formation de bordures par certaines équipes puissantes et habituées à ce genre de situation de course.
A noter que l’arrivée à Montpellier sera située cette année aux abords du stade de rugby Yves du Manoir, au bout de la ligne droite de 1350m placée sur l’Avenue de Toulouse. 2 signes pour assister à un plaquage de Nacer Bouhanni sur Arnaud Démare ? Ou à un raffût de Peter Sagan sur Mark Cavendish ? :mrgreen:


13ème étape: Lodève – Mazamet: 166.1 kms – Moyenne Montagne/Baroudeurs-Grimpeurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

On continue l’alternance de catégorie d’étapes voulue par ASO pour ce Tour, avec la seule véritable étape de moyenne montagne destinée aux baroudeurs. Elle est tracée dans une région peu connue du grand public de juillet, les Monts de l’Espinouse, prolongation naturelle de la Montagne Noire, dont le Pic de Nore, point culminant, résonne encore des exploits de Romain Bardet et d’AG2R dans sa descente périlleuse menant à Carcassonne et lui ayant permis de revêtir le maillot jaune sur le TDF 2018 pour la suite que l’on connait désormais si bien…
Retour à la réalité, et revue des difficultés du jour: après un enchaînement classique de 4 difficultés moyennes dans les 60 premiers kms, une descente technique puis 12 kms de vallée montante le long de l’Orb mèneront au col de Fontfroide, seule difficulté classée en 1ère catégorie. Pour les coureurs ambitieux et désireux de refaire leur retard au général, ce sera le bon moment pour attaquer, car le profil changera de physionomie, et les routes tortueuses et casse-pattes des plateaux de l’Espinouse sont propices à creuser des écarts. Redescendus dans la vallée du Thoré, ils auront 5kms pour souffler avant la vacherie du jour: la côte du Merle, 2.2 kms à 8.7% qui cachent 1.2 km à 11%, et des pointes à 18% en sortant du village de Lacabarède ! Au sommet, Mazamet n’est qu’à 26 kms, et des écarts creusés dans la montée pourront être accentués facilement dans le final grâce à l’apport d’équipiers partis en éclaireurs en début d’étape.
Vous l’aurez compris, c’est mon étape fétiche de ce Tour 2019 !


14ème étape: Revel – Perpignan: 171.8 Kms – Plaine/Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

En descendant vers Perpignan et la Catalogne francaise, les coureurs parcourront les collines des Corbière d’où ils apercevront les sommets des Pyrénées Orientales qu’ils affronteront le lendemain.
Cette étape sera certainement courtisée par les sprinteurs qui n’y verront là que leur 2ème ouverure de la semaine, et par les baroudeurs des plaines et collines qui auront une occasion en or d’étoffer leur palmarès. En effet, le profil du jour leur sera très abordable, tout en restant valloné et donc assez exigeant pour les équipiers des sprinteurs, qui pourraient decider de lâcher du lest face à des échappés bien organises, et ce pour récupérer de l’étape usante de la veille, et en vue du monstre du lendemain.
Le final perturbé par les rond-points (11 dans les 8 derniers kms !) pourrait limiter la perte de temps des échappés face au peloton.
Les leaders, eux, resteront bien au chaud et ne prendront aucun risque avant l’étape la plus périlleuse de l’épreuve.


15ème étape: Prades – Les Angles: 214 kms-5700mD+ - Haute Montagne/Grimpeurs

Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Que l'on soit un patriote convaincu ou un grimpeur chevronné, cette étape du 14 juillet sera un moment fort attendu, et ce pour des raisons bien évidemment différentes...
L'étape-reine de ce TDF sur le papier ainsi que le jour le plus important pour les coureurs français, a donc choisi de mettre en avant un département pratiquement inexistant sur la carte historique du Tour, j'ai nommé les Pyrénées Orientales. En effet, malgré un détour conséquent de 112 kms (et les 4 difficultés majeures de la journée) par les départements voisins de l’Aude et de l’Ariège, le départ et l’arrivée de cette étape seront bien situés dans le 66, et les comités locaux auront à cœur de montrer leur savoir-faire en termes d’organisation et d’accueil. Pour les coureurs, ce sera l’occasion de (re)découvrir des routes jamais parcourues auparavant, ou pas dans cette configuration.
Ainsi, après un départ piano de la magnifique petite cité de Prades, déjà ville-départ de la Vuelta a España 2017, les coureurs remonteront la vallée de la Têt jusqu’à Montlouis puis les hauteurs de Font-Romeu, 1ère difficulté du jour (1C). Une échappée massive pourrait s’y former, notamment composée d’équipiers-grimpeurs pouvant servir de relais à leur leader plus en avant.
Il y aura alors plus de 60 kms de route principale passant par Ur et la frontière espagnole, puis la montée et descente du très roulant col de Puymorens nous amenant au ravito d’Ax les Thermes. On en sera au Km 108, et l’étape ne commencera que maintenant, d’un point de vue difficultés réelles en tout cas. Se succèderont donc les ascensions des cols de Chioula (1C), celle du « nouveau » col du Pradel (1C), dont la route sera refaite dans la descente, puis le classique Port de Pailhères par sa version raccourcie (HC tout de même), puis une autre nouveauté : le col des Hares (2C), qui est la prolongation naturelle du court et très raide col de Carcanières (3.2 kms à 9.6%).
Au sommet de celui-ci, il restera encore 16 kms à parcourir, sur un terrain inconnu sportivement parlant en France: un plateau montant de semi-altitude (1400m et plus), proposant 11.5 kms à 2% de moyenne, dont 3 replats, et donc des sections plus pentues.
L’endurance et la stratégie d’équipe feront leur entrée en jeu afin de permettre de creuser des écarts importants sur un terrain très difficile à contrôler.


- REPOS en ARIÈGE-

Image



16ème étape: Ax-les-Thermes – Étang de Lers: 130 kms-3450mD+ - Haute Montagne/Grimpeurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours:
Afficher

Une nouvelle étape de montagne à la suite du jour de repos, les coureurs devront en tenir compte dans leur préparation et leur sortie de récupération. Cependant, celle-ci sera plus progressive que l'étape de Susa, et leur offrira 25 kms de vallée descendante en guise d’échauffement avant les douces pentes de la 1ère ascension du jour, le col de Port. A moins que certains coureurs distancés au général ne tentent un coup de poker sur cette étape courte et ramassée en difficultés…
Après une nouvelle portion de vallée de 12 kms, ils iront ensuite chercher le nouveau col de Catchaudégué, puis l’enchaînement plus classique des cols de Latrape et d’Agnès, aux pentes redoutables. La fin sera aussi innovante, car pas de descente vers Massat ou Vicdessos, mais un nouveau et superbe site d’arrivée à l’étang de Lers, pour un final dynamique et propice aux attaquants: 4.4 kms à 8. 2% de descente rapide et technique, puis une remontée de 500m à 6% et enfin un bout de ligne droite plat de 80m.
D’un point de vue logistique, ce sera le seul défi de ce TDF, et il sera rendu possible par les quelques espaces de stationnement permettant du stockage de matériel (situés sur la droite de la route dans les 800 derniers mètres de l’étape et sur la D18 vers Massat), et par l’évacuation possible vers Vicdessos via le Port de Lhers.


17ème étape: Tarascon-sur-Ariège- Albi: 168 kms - Plaine/Baroudeurs-Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Entre Ariège et Tarn, pays de Cocagne par excellence, la route du jour devrait intéresser les baroudeurs audacieux autant que les sprinteurs frustrés de victoires. A moins que le final en dent de scie sur les 25 derniers kms de Graulhet à Albi ne réveille certaines soifs de victoire de coureurs bons finisseurs, de type Michael Albasini, sachant mettre à profit la petite côte de Tailleferier (nc, 800m à 8.5%) pour creuser un écart, descendre à bloc puis résister sur la ligne droite finale de 1400m en très léger faux-plat descendant vers le centre d’Albi. So, Albi-sini ?


18ème étape: Blaye-les-Mines - Carmaux: 33.2 Kms- ITT - Rouleurs-Puncheurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

3ème exercice chronométré de ce TDF, et 3ème cas de figure différent : entre 2 villes fétiches du Critérium International de la Route des années 90, les routes seront étroites, mal-plates voire franchement pentues, tournicotant sans cesse, et de plus exposées au chaud soleil de la région en plein mois de juillet. A noter que la dernière bosse située à l’entrée de Carmaux sera abordée à angle droit et présente un pied de 500m à 12% (max. 15%).
De quoi mettre en avant des coureurs puncheurs aux bonnes capacités de récupération plus que les vrais rouleurs de type Martin ou Dennis qui devraient être à la peine.


19ème étape: Cordes sur Ciel – Pas de Peyrol: 210.9 Kms - Moyenne Montagne/Grimpeurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Pour terminer sa mue en terme de style, ASO innove pour ce Tour 2019, et propose une dernière étape de montagne dans un massif intermédiaire, plus proche de Paris, et présentant un terrain de jeu différent pour les coureurs, pour peu qu’ils s’en donnent les moyens !
Cherchant une arrivée au sommet pour conclure (C.Prudhomme : « on ne va pas non plus tout révolutionner les gars, hein ! »), ASO jette son dévolu sur le Pas de Peyrol, dont la dernière ascension en 2016 fut un succès public, et impressionna les suiveurs et coureurs ne connaissant pas encore ces pentes assassines (final de 2 kms à 11.5% !). De quoi faire plaisir au cirque médiatique, tout en limitant l’effet-loupe d’une dernière ascension redoutable focalisant les regards des coureurs (type Joux-Plane en 2016).
Auparavant, le terrain en montagnes russes aura usé les organismes, et les cols irréguliers de Légal et de Néronne pourraient servir de filtre à équipiers avant l’ascension finale.
Pour la logistique, le minimum vital sera disposé sur les parkings au sommet, sur la D680 et D17, puis on redescendra tout ce petit monde au plus vite, vers Murat via la D680, et vers Riom puis Bort les Orgues via la D62 au col de Serre.
Cat4g, volontaire pour héberger Vincenzo et ses ouailles ritals ? :P


20ème étape: Bort-les-Orgues - St-Amand-Montrond: 233.7 kms - Plaine/Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Pour confirmer cette volonté de changement perpétuel ("Le dogme, c'est qu'il n'y a pas de dogme..."), ce dernier samedi ne sera pas une étape décisive, en tout cas ni une étape de montagne ou un CLM. Et oui, ce sera plutôt une longue étape de plaine, potentiellement exposée aux vents dans le final, que l'on a l'habitude de voir en 1ère semaine. Mais 2013 est passé par là, et avec elle la plus monumentale étape de plaine des 30 dernières années, et une arrivée à St-Amand-Montrond provoque un désir collectif de folie offensive...
Et alors, grosse sieste et flop total ? Ou selon les écarts au général, de beaux mouvements collectifs offensifs dont n'aurait pas oser rêver Julien Jurdie ?


21ème étape:: Orléans – Paris/Champs Elysées: 164.8 kms - Plaine/Sprinteurs


Le Profil de l’étape:
Image
Le parcours: Afficher

Enfin la dernière étape de ce Tour, qui pourrait réserver un scénario un poil différent des années précédentes au vu des circonstances.
En effet, la distance inhabituellement "longue" pour un dernier jour pourrait favoriser les desseins de l'échappée du jour, tout comme l'étape de la veille, qui, si elle couronne un sprinteur à St-Amand, pourrait décharger la pression de victoire des épaules des équipes de sprinteurs, et ainsi brouiller le final dans Paris, réduit à 3.5 tours du circuit des Champs-Elysées faisant le tour de l'Arc de Triomphe.



Voici les données chiffrées de ce Tour:

- 3422.7 Kms, soit 163 Kms de moyenne générale, et une moyenne de 185.1 kms pour les 18 étapes en ligne.

21 étapes:
- 3 CLM: 1 CLM urbain court et «punchy»; 1 CLM individuel long et plat pour rouleurs en 1ère semaine; 1 CLM moyen pour rouleurs/puncheurs en 3ème semaine.
- 11 étapes de plaine, dont:
=>5 destinées à un sprint massif (les N°3, 5, 11, 13 et 20)
=>2 destinées à un puncheur ou sprinteur passant les bosses (les N°2 et 16)
=>2 de plaine classique, mais dont le final est perturbé par des chemins blancs (la N°6), ou par de potentielles bordures en raisons de sections exposées aux vents (la N°19)
=>1 de type Flandrienne, à l’issue assez indécise (la N°1)
=>1 de type Ardennaise, favorisant un bon puncheur (la N°4)
- 3 étapes de moyenne montagne, dont une arrivée en descente (Gap), une arrivée en plaine (Mazamet) et une arrivée au sommet (Pas de Peyrol, 1C).
- 4 étapes de haute montagne, dont une arrivée au sommet (SEmnoz, HC), une arrivée en descente (Susa), une arrivée sur un plateau en faux-plat montant (Les Angles), et une arrivée en « repecho » après une courte descente (Lers).

Difficultés:
50 côtes de 3ème et 4ème catégorie:
- 28 côtes de 4ème C
- 22 côtes de 3ème C
27 côtes et cols de 2ème catégorie et plus:
- 15 cols de 2ème C
- 9 cols de 1ère C
- 3 cols HC
Modifié en dernier par Mathias-Rolland le 19 Déc 2017, 01:29, modifié 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Mathias-Rolland
Chasseur de prime
 
Messages: 317
Localisation: Le Pays des Montagnes Sacrées

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Klira » 12 Nov 2017, 21:18

Ces consignes impérieuses sur le départ... :shock:

- La première étape doit partir et arriver dans la ville de Bruxelles
- La deuxième étape doit partir de la région de Bruxelles-Capitale et arriver dans le territoire belge
- Le départ de la troisième étape devra quant à lui être situé dans le pays


Déjà qu'on est restreint au Manneken-Pis deux jours, au cas où tu veuilles placer un TT le deuxième jour, on te présente la kalach. :mrgreen:
Modifié en dernier par Klira le 12 Nov 2017, 21:28, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Klira
Maillot vert
 
Messages: 4503
Localisation: Montagnes

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Cachoue7 » 12 Nov 2017, 21:19

Bon ba je prend une place !

Cachoue7
Marlou
 
Messages: 36

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Mathias-Rolland » 12 Nov 2017, 21:21

ZePhil Sagan 13 a écrit:Après 15 minutes d'actualisation comme un gogole, j'ai réussi à me réserver le premier post après la prez


ZePhil, ta localisation toujours plus délirante :lol:

Avatar de l’utilisateur
Mathias-Rolland
Chasseur de prime
 
Messages: 317
Localisation: Le Pays des Montagnes Sacrées

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar patazem » 12 Nov 2017, 21:25

2 petites questions :
Peut on reprendre le final de la Brussels Classic pour la première étape ? (Elle se termine dans un des hameaux autour de Bruxelles mais les limites de Bruxelles sont floues)
Quelle est la distance max acceptée pour une étape. Ça passerait une étape de 270 kilomètres par exemple ?

patazem
Chasseur de prime
 
Messages: 231

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar fralaf » 12 Nov 2017, 21:29

Tour de France 2019

Image

Grand Départ 2019

Image

Le parcours

Image

Image

Les étapes

Image

Le Tour de France 2019 s’élance cette année de Bruxelles avec une première étape en ligne destinée aux sprinteurs. Nous passerons à proximité d’Anvers, de Geel, du circuit de Zolder situé à quelques kilomètres de Hasselt et de Louvain avant de finalement revenir à notre lieu de départ, Bruxelles. Après 202 kilomètres de course, c’est un sprinteur qui devrait s’emparer du tout premier Maillot Jaune de ce Tour de France.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108591
Image

Image

Nous resterons dans la région bruxelloise pour ce deuxième jour de course. Nous avons décidé de placer un contre-la-montre après une étape, histoire de maximiser le nombre de changements de Maillot Jaune, mais surtout de créer de petits écarts entre les leaders. Le départ et l’arrivée se feront sur des rues adjacentes au Parc de Bruxelles. Au fil des 25 kilomètres majoritairement plats malgré la présence de petites bosses, les coureurs passeront à côté de la Place Royale, des Palais d’Egmont et de Bruxelles, la Porte de Hal et l’Observatoire royal de Belgique avant de faire le tour du Bois de la Cambre.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108592
Image

Image

Nous quitterons finalement Bruxelles au troisième jour alors que l’étape s’élancera de Woluwe-Saint-Pierre, commune où grandit le grand Eddy Merckx. Après une première boucle au sud via Nivelles, les coureurs reviendront en direction de Bruxelles avant de virer à l’ouest direction… les monts flandriens. Après un passage plus symbolique que sportif par le Bosberg et le Mur de Grammont, les 40 derniers kilomètres seront spectaculaires avec un enchaînement de petites côtes pavées différent du Tour des Flandres : Kruisberg, Kwaremont, Paterberg, Rotelenberg et pour finir, l’Eikenberg. Au sommet, il ne restera plus que 9 kilomètres avant d’atteindre la ligne d’arrivée située à Audenarde.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8112806
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Image

Après 3 journées très nerveuses, les coureurs devraient être en mesure de se détendre un peu plus. Nous quitterons la Belgique pour enfin arriver sur le territoire français. En milieu d’étape, les coureurs passeront à Roubaix, Orchies, Wallers et Denain, tous des noms qui évoquent le mythique Paris-Roubaix. Sauf qu’aucun secteur pavé ne sera franchi tout au long des 154 kilomètres qui relieront Courtrai à Maubeuge. Les dix derniers kilomètres sont légèrement vallonnés avec, en prime, un final en faux-plat montant avec une arrivée tracée à côté de la mairie de Maubeuge.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108594
Image

Image

À l’instar de la veille, cette 5e étape devrait permettre aux coureurs de se préparer pour les difficiles journées à venir. Sur ce genre d’étape, il faut toutefois éviter les chutes à tout prix. Le final sera beaucoup plus vallonné que lors de la précédente étape, avec notamment la côte de Belrupt (1.2 km à 7.3%) dont le sommet est à moins de six kilomètres de la ligne. Pour espérer s’imposer à Verdun, les sprinteurs devront puiser au plus profond de leurs réserves.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108595
Image
Image

Image

La première véritable journée montagneuse de ce Tour de France ! Après un début d’étape relativement calme, les coureurs devront grimper des cols peut connus du Tour, mais présentant des pourcentages intéressants pour une entrée en matière. Il restera à affronter la longue montée du Ballon de Servance, plus revue sur la Grande Boucle depuis belle lurette. Son sommet étant à plus de 30 kilomètres de Belfort, aucun favori pour la victoire finale ne devrait bouger, mais il devrait y avoir une belle bataille entre les échappées pour l’étape.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108596
Image
Image
Image
Image
Image

Image

Nous poursuivons notre descente vers le sud de la France avec, encore aujourd’hui, une autre étape marquée par la moyenne montagne en fin de journée. L’enchaînement col du Berthiand-côte de Cessiat, bien connu du Tour de l’Ain, est redoutable. Malheureusement pour les spectateurs et l’intérêt général de la course, les étincelles devront venir des coureurs échappés étant donné les difficiles étapes qu’il restera à affronter en deuxième moitié de Tour.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8112808
Image
Image

Image

Jamais deux sans trois, dit-on. Après un départ de Bourg-en-Bresse suivi par un passage à Villars-les-Dombes et son Parc des Oiseaux, les coureurs mettront le cap sur Bourgoin-Jallieu et les contreforts du massif de la Chartreuse. Trois côtes seront gravies dans les 35 deniers kilomètres avant d’arriver à Saint-Laurent-du-Pont, ville-étape du Dauphiné en 2010. Ce jour-là, Grega Bole s’était imposé dans une étape beaucoup moins difficile que celle-ci.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108598
Image
Image
Image

Image

La descente vers le sud sera momentanément interrompue par une remontée… vers le nord ! L’étape sera vallonée dans son ensemble sans tomber dans l’excès, inutile de rappeler que la deuxième moitié de l’épreuve suffira à départager les leaders. Nous espérons que ces étapes de moyenne montagne nous permettront d’assister à plusieurs changements de meneur. Sauf qu’aujourd’hui, il y aura enfin un gros morceau à gravir : le col de la Croisette, un versant du Mont Salève. L’ascension est deux fois moins longue que celle du Mont du Chat, gravi en 2017, mais le pourcentage moyen est le même. Avec son sommet à 20 kilomètres de la ligne d’arrivée à Annemasse, il n’est pas impossible qu’un favori ayant perdu du temps au courant de cette première semaine décide de passer à l’attaque. Après tout, demain, c’est repos...

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108599
Image
Image

Image

Image

Les coureurs pourront récupérer du long transfert avec cette 10e étape 100% plate. Nous retrouverons avec joie la ville de Bordeaux après une absence de presque 10 ans. Comme en 2010, les derniers kilomètres seront parcourus le long de la Garonne avec une arrivée à côté de la Place des Quinconces et donneront des images spectaculaires des lieux, mais aussi de la féroce lutte entre sprinteurs pour la victoire d’étape. Gagner sur les Champs-Élysées est grandiose, mais triompher à Bordeaux l’est presque tout autant.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108600
Image

Image

Sprint : la Revanche. Mais, avant d’en débattre pour une deuxième journée d’affilée, les sprinteurs pourront admirer les paysages magnifiques des Landes et de la Dune du Pilat avant de plonger vers Mont-de-Marsan. Si le final rectiligne de la veille était destiné au sprinteur avec le meilleur train, celui d’aujourd’hui sera beaucoup plus technique avec deux virages dans le dernier kilomètre. Il faudra être habile et puissant pour s’imposer. Ça devrait jouer du coude !

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108601
Image

Image

Nous y sommes finalement ! La première journée de haute montagne de cette 106e édition du Tour de France. Le col du Soulor fera office de première grande difficulté à affronter, mais la course de côte ne devrait, en principe, pas être évitée. L’ascension du col du Tourmalet sera au programme, mais nous nous arrêterons au grand parking de Barèges, récemment asphalté. Ce sera l’occasion pour tous les prétendants à la victoire finale de marquer les esprits pour la première fois de ce Tour.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8112811
Image
Image

Image

L’étape ariégeoise du Tour sera particulièrement dense. Après un début de journée marqué par les cols de Burs, de Menté et de Portet-d’Aspet, les coureurs découvriront un enchaînement final jamais vu dans l’histoire du Tour de France : Portech-Catchaudégué-Core avant une remontée en faux-plat montant vers Sentein à la Aprica. Sans être aussi difficile que le Mortirolo, le col de la Core, jamais aussi bien mis en valeur, pourrait servir de tremplin pour une attaque loin de l’arrivée. Son sommet est à un peu plus de 20 kilomètres de la ligne. Soit il ne se passera rien, soit nous aurons droit à beau bordel.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108603
Image
Image
Image
Image
Image

Image

101 kilomètres, pas un de plus, pas un de moins, au courant de cette journée qui promet d’être un moment clé dans la quête du Maillot Jaune. L’étape s’élancera au pied du long, mais peu pentu Port d’Envalira et ses 36 kilomètres d’ascension. Ensuite, les cols d’Ordino et de Beixalis permettront aux grands leaders de se livrer à une bagarre qui promet d’être épique. Enfin, la côte de la Comella servira d’arbitre pour départager ceux qui ne sont pas arrivés à distancer leurs rivaux. Sur ce versant, la Comella, c’est 3.5 km à 6.5%, mais ces données nous cachent du fait qu’il y a deux petites ascensions à plus de 10% de moyenne entrecoupées d’une portion plane. À la fin de cette journée, nous devrions y voir plus clair.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108604
Image
Image
Image
Image
Image

Image

Nous quitterons les Pyrénées avec la première de deux étapes de transitions à destination Montpellier. Les 70 derniers kilomètres seront parcourus en bord de mer où le Mistral pourrait avoir un rôle important à jouer sur le déroulement de l’étape. Au milieu de cette section propice aux bordures se dressera le Mont-Saint-Clair. Si le vent a déjà séparé les coureurs en plusieurs petits groupes, nous aurons une belle pagaille sur ces pentes rudes qui surplombent Sète. Sur la route de Montpellier, gare au vent !

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108605
Image

Image

Image

Après un deuxième jour de repos, les coureurs se prépareront à affronter la dernière partie de ce Tour de France. Avant de débuter la remontée vers le nord, les coureurs prendront la route de Marseille. Les 50 derniers kilomètres seront légèrement vallonnés, surtout dans le secteur près de Martigues. Dans Marseille, le final sera sensiblement le même que lors de l’étape chronométrée de 2017 : passage par le port, montée de Notre-Dame-de-la-Garde (sommet à 7 km), avenue du Prado avant de se diriger vers l’Hippodrome Borely où l’arrivée en 2013 avait été jugée.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8128415
Image

Image

Les étapes de moyenne montagne dans le Gapençais qui précèdent les étapes alpestres de haute-montagne sont rapidement devenues une habitude sur le Tour de France. Sauf que cette fois-ci, à défaut d’aller à Gap, c’est vers Veynes que les coureurs se dirigeront. Le col d’Espréaux sera le gros morceau de la journée avant de descendre vers la ligne tout en grimpant le petit col des Verniers. Dans Veynes, le dernier kilomètre sera en faux-plat montant, question de pimenter le final.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8112815
Image
Image
Image

Image

Les possibilités de boucles montagneuses autour de Gap sont multiples. Mais, pour la toute première fois, ce sera lors d’un contre-la-montre que nous effectuerons une boucle. Les premiers kilomètres consisteront à grimper le col Bayard avant de descendre en direction de Saint-Bonnet-en-Champsaur. Sur le retour, les coureurs monteront la côte de Saint-Laurent-du-Cros avant de plonger vers Gap en empruntant la boucle habituelle du Tour : le col de Manse suivi de la descente de la Rochette. Cette journée permettra de confirmer ou d’infirmer la hiérarchie établie au cours des 17 précédents jours de course, mais rien ne sera joué puisqu’il restera deux journées de haute-montagne où tout sera possible.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108609
Image

Image

À 48 heures de l’arrivée à Paris, les coureurs quitteront Tallard en direction de Montgenèvre, station qui n’a plus reçu d’arrivée du Tour depuis les années 70 malgré plusieurs passages entre temps. Après un début d’étape marqué par deux petites côtes, mais surtout le Lac de Serre-Ponçon, le col de Vars sera la première difficulté majeure du jour. Puis, se dressera le seul col hors-catégorie de ce Tour de France : l’Izoard et sa Casse-déserte. À la différence de 2017, l’arrivée ne sera pas jugée au sommet, ni à Briançon, au pied de la descente. Il faudra prolonger l’effort sur huit kilomètres correspondant à la longueur de la montée vers Montgenèvre, classée en 2e catégorie.

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108610
Image
Image
Image

Image

L’étape de la dernière chance, et quelle étape ! Sur une distance moyenne, les coureurs auront à gravir pas moins de neuf cols lors de cette difficile étape alpestre. À l’exception du col du Grand Cucheron (12.5 km), aucun col ne fera plus de 7.5 kilomètres. Les deux enchaînements Barioz-Ayes-Lautaret-Mouillés et Saint-Jean-le-Vieux-Rousset-La Chênevarie-Saint-Nizier devraient nous permettre d’assister à une vraie étape combinant haute-montagne et petites côtes : une recette parfaite pour une ultime étape. Le sommet de la côte de Saint-Nizier, qui reprend un partie du versant nord de la montée vers Chamrousse, est à moins de 20 kilomètres du Parc Mistral de Grenoble où sera tracée la ligne. Tout se jouera ici puisqu’après, il sera trop tard !

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108612
Image
Image
Image
Image
Image

Image

Après avoir eu droit à plusieurs étincelles lors de ces trois semaines de course, un autre genre d’étincelle aura lieu lors de cette 21e et dernière étape. Certes, il y aura une victoire d’étape à aller chercher, mais la beauté des lieux touristiques parisiens combinée au spectacle que représente la cérémonie protocolaire du podium représentent à chaque édition des moments marquants du Tour de France. Il est impossible d’imaginer à une plus belle fin de Tour !

Image

Image

GPX : http://www.openrunner.com/index.php?id=8108613
Image


ImageImageImageImageImage
Modifié en dernier par fralaf le 09 Déc 2017, 20:05, modifié 7 fois.

fralaf
Cyclo du dimanche
 
Messages: 99

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Moko » 12 Nov 2017, 21:30

Moyen d'avoir un fond de carte incluant la Belgique ?

Avatar de l’utilisateur
Moko
Gregario
 
Messages: 2205
Localisation: Parti diriger mon équipe de Simulation

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar darth-minardi » 12 Nov 2017, 21:32

Idée générale du tracé :
* Ne pas donner trop d'étape toutes plates aux sprinteurs, mais laisser les chances à ceux passant bien les petits cols ou les côtes raides d'aller gagner leurs étapes : la vitesse pure ne suffira pas pour gagner 4 ou 5 étapes
* Placer plusieurs étapes de montagne au format sprint et profiter du caractère explosif de ce type d'étape pour passer par des zones peu ou pas empruntées par le passé
* Compenser ceci avec deux étapes de haute montagne très longue, où l'endurance devra parler dans le final
* Donner une chance aux rouleurs avec près de 100 km de chrono individuel, mais avec des étapes toujours après le repos (un très accidenté et un très plat avec une côte pentue dans le final)
* Proposer une première semaine qui saura permettre à un maximum de type de coureurs de pouvoir prétendre au port du maillot jaune, ne serait-ce qu'une journée
* Placer le dernier massif après le chrono plat, afin que les grimpeurs aient concrètement la nécessité de bouger pour compenser leur retard
* Offrir clairement quelques étapes aux baroudeurs de tous types, dont celle du 14 juillet, se voulant un festival des petites équipes Françaises, pouvant envoyer de nombreux coureurs à l'avant, cette étape pouvant potentiellement être gagné par tous (sauf purs sprinteurs ou purs grimpeurs)
* Profiter du départ de Belgique pour proposer une étape dans les Flandres avec quelques Monts, tout en gardant à l'esprit qu'il s'agit du Tour et pas du Ronde

Image




La liste des étapes :

1ère étape : Bruxelles - Bruxelles, 209 km
2ème étape : Bruxelles-Capitale (Uccle/Ukkel - Forest/Vorst), 27 km (CLM / équipes)
3ème étape : Gent - Tournai, 177 km
4ème étape : Orchies - Compiègne, 147 km
5ème étape : Beauvais - Saint-Quentin-en-Yvelines, 162 km
6ème étape : Pithiviers - Saint-Amand-Montrond, 222 km
7ème étape : Guéret - Clermont-Ferrand, 212 km
8ème étape : Brioude - Roanne, 235 km
9ème étape : Lapalisse - Lyon, 218 km
Journée de repos : Métropole de Lyon
10ème étape : Saint-Chamond - Saint-Etienne, 58 km
11ème étape : Challes-les-Eaux - La Toussuire, 182 km
12ème étape : Saint-Jean-de-Maurienne - Aime, 106 km
13ème étape : Séez - Torino, 230 km
14ème étape : Torino - Briançon, 181 km
15ème étape : Embrun - Saint-André-les-Alpes, 167 km
Journée de repos : département de l'Hérault
16ème étape : Sète - Sète, 41 km
17ème étape : Agde - Plateau de Beille, 237 km
18ème étape : Foix - Saint-Girons, 106 km
19ème étape : Saint-Gaudens - Pau, 181 km
20ème étape : Arette - Nay, 99 km
21ème étape : Vincennes - Paris, 101 km


Total de 3 298 kilomètres en course (3 à 10 kilomètres fictifs pour chaque étape en ligne).

3 premiers jours de course en Belgique.
Une arrivée et un départ d'Italie.
Tout le reste en France.

76 difficultés répertoriées au Grand Prix de la Montagne, dont 30 "cols".

23 difficultés de 4ème catégorie
23 difficultés de 3ème catégorie
12 difficultés de 2ème catégorie
12 difficultés de 1ère catégorie
6 difficultés "hors catégorie"




Au jour le jour :

Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8105645

L'ouverture se fait sur la Grand'Place de Bruxelles, avant une longue promenade par les grands lieux de la ville. L'hommage à Eddy Merckx prend une forme symbolique avec un départ réel donné à Tervuren. L'étape en elle-même devrait être pour sprinteurs, car les côtes sont loin de l'arrivée, même si elles seront un peu piégeuses, notamment celles autour d'Overijse, sur les terres de la Flèche Brabançonne, jusqu'à Alsemberg. Avant cela, la montée de la citadelle de Namur par la Route Merveilleuse permettra de donner de magnifiques images, en plus de lancer la lutte pour le premier maillot à pois. Le final propose de belles lignes droites pour s'approcher d'un sprint sur les hautes du Heysel, après être passé devant le stade du Roi Baudouin, avant quelques deux virages à angle droit dans le final, pour étirer l'avant de la course, pour une ligne droite finale de 500 mètres en direction de l'atomium, au pied duquel sera jugée l'arrivée.
Les coureurs resteront ensuite à Bruxelles, où ils passent la nuit.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8106915

La seconde étape du weekend Bruxellois se fait dans la région Bruxelles-Capitale (sauf un petit détour par une commune limitrophe dans le Brabant-Flamand. Le contre-la-montre par équipes donnera une première hiérarchie au classement général et donnera une course intense, avec plusieurs côtes, notamment dans le final, avec 4 petites bosses, où la gestion de l'effort collectif sera primordial pour bien avoir su garder 5 des 8 coureurs au départ. Cette gestion collective sera importante, dans des montées aux pentes parfois assez raides, s'achevant dans les rues résidentielles autour de la grande salle de spectacle Forest National.
Les coureurs resteront encore à Bruxelles pour y passer une dernière nuit dans les hôtels qui sont les seuls depuis quelques jours.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8106964

Même s'il n'y a pas beaucoup de dénivelé positif cumulé, cette étape dans la plaine des Flandres ne s'achèvera pas avec un sprint massif, puisqu'elle propose une version miniaturisée des classiques flandriennes, avec une douzaine de monts et quelques pavés plats. Le roulant pavé de Varent ouvre la course, avant les petites montées de Tiegem et de Nokere et l'autre bon pavé de l'Huisepontweg. L'approche du faux-plat pavé de Mater par le large Kattenberg continuera de mettre la pression sur les coureurs dans le placement, notamment dans l'approche du Kanarieberg, qui changera drastiquement la donne, avec sa forte pente et sa route très étroite. La suite, ce sont les typiques flandriennes, avec le Kruisberg et sa vieille rue pavée en ville, le Stationsberg et la petite descente du Steenbeekdries avant l'Eikenberg, pour un pavé plus rural, où les bandes de roulements en asphaltes seront bloquées par les barrières. Ensuite, le profil semble s'aplanir avant Kwaremont, mais le Rotelenberg et ses routes de campagnes changent la donne. Cette montée est une alternative au Koppenberg, sur la même colline, dans le village de Melden, mais sans avoir l'incroyable pente que possède le mythique mont pavé. Après Kwaremont (monté jusqu'en haut de la large route nationale), direction le Kluisberg côté flamand, pour descendre côté Wallon à Mont-de-l'Enclus. Il faudra alors gérer les écarts dans les différents groupes d'un peloton a priori morcellé, sur un tracé plus linéaire, mais exposé à un éventuel vent et en montagne russes jusqu'aux abords de Tournai, où une ultime boucle campagnarde amènera les coureurs à Mont-Saint-Aubert (sans passer "physiquement" par le Col de la Croix-Jubaru, mais on est dans cette zone), où les puncheurs auront un dernier terrain d'attaque. À noter que le final, dans les boulevards de la ville, verra la ligne droite tracée dans un faux-plat montant.
Les coureurs seront logés dans l'Eurométropole, entre Tournai, Kortrijk en Flandre et la métropole Lilloise en France.

Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107036

Retour au calme avec une étape pour sprinteurs sur un tracé ne cherchant pas les difficulté jusqu'à l'approche de Compiègne. Une unique côte permettra à quelques attaquants d'animer le final de la course, en leur offrant une occasion de dynamiter le final et de gêner les équipes de sprinteurs. Une fois dans les rues de Compiègne, le final est identique à celui de 2007, passant par des pavés sur quelques mètres au début de la dernière ligne droite d'un kilomètre. Pavés qu'avait anticipé Fabian Cancellara, résistant ensuite aux sprinteurs pour s'imposer en force avec le maillot jaune sur le dos.
Les coureurs seront logés autour de Compiègne, certaines équipes ayant leurs marques dans des établissement les hébergeant avant Paris-Roubaix.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107161

Un peu plus de dénivelé ici, même si les côtes ne sont pas des plus effrayantes non plus. Le classement des grimpeurs est bien représenté ici pour permettre à des baroudeurs de jouer les pois, sinon rien de bien significatif avant le final, tracé dans le but de mettre en avant les Jeux Olympiques de 2024, avec la colline d'Elancourt, où aura lieu le VTT, des côtes de la vallée de Cheuvreuse, où passera l'épreuve sur route, avant de passer devant le vélodrome national, dans la commune de Montigny-le-Bretonneux, dans l'intercommunalité de Saint-Quentin-en-Yvelines, parrainant l'étape. Dans le final, plusieurs ronds-points participeront à étirer le peloton, avant un dernier très grand avant la flamme rouge, pour un dernier virage à angle droit à 650 mètres de la ligne d'arrivée, possédant une légère courbe sur la gauche. Les sprinteurs auront donc de quoi faire, mais il faudra pour eux avoir su gérer les coureurs offensifs (de la première ou de la dernière heure) à travers les routes accidentées de la vallée de Cheuvreuse.
Les coureurs seront logés en Île-de-France, au sud de Paris, dans les mêmes hôtels qu'ils auront au retour à Paris en fin de Tour.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107220

Descente au sud dans une étape plus longue que les précédentes et avec une absence notable de dénivelé (c'est d'ailleurs la seule étape en ligne de l'épreuve à ne proposer aucune côte, même de 4ème catégorie). Un cap au Sud est pris jusque Bourges, avant de virer vers le Sud-Est jusqu'à Sancoins, pour virer à nouveau vers le Sud-Ouest et arriver à Saint-Amand-Montrond, après de longues lignes droites exposées au vent, sur des terres où le cyclisme a connu plusieurs épisodes de bordures, autant sur le Tour de France que dans Paris-Nice. Si jamais ce n'était pas le cas, les sprinteurs auraient près d'un kilomètre de ligne droite pour finir de se placer, avant un virage à angle droit amenant les coureurs pour un sprint final de 300 mètres, se terminant en léger faux-plat montant.
Les coureurs seront un peu éparpillés ensuite, entre Montluçon et Limoges notamment.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107275

L'entrée en moyenne montagne se fait de façon assez calme, avec une montée progressive sur un terrain très mal-plat, avant les cols de Vendeix et de la Croix-Saint-Robert, première difficulté de 2ème catégorie de l'épreuve. On reste néanmoins sur un terrain de baroudeurs jusque là, où certains sprinteurs pourraient former un simili-gruppetto. Dans le final, la montée vers le Plateau de Gergovie offrira un terrain d'attaque proche de l'arrivée, où certains favoris au classement général pourraient venir tester leurs jambes sans trop prendre de risque. Sinon, l'étape s'y jouera peut-être, ainsi qu'un gain éventuel du maillot jaune pour des coureurs échappés.
Les coureurs resteront autant que possible à Clermont-Ferrand pour la nuit.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107318

On reste dans le Massif Central avec plus de 4 500 mètres de dénivelé positif sur une longue distance de 235 kilomètres (3ème journée consécutive à plus de 210 kilomètres). Les cols de la première moitié serviront à l'échappée et à commencer l'écrémage, mais les choses sérieuses commenceront surtout avec le Col du Béal, première difficulté hors catégorie de ce Tour de France, qui a un pied très difficile où on pourrait voir quelques premières défaillances, si une équipe décide d'y imposer un rythmpe soutenu. Après cette montée, on n'a plus jamais un mètre de plat jusqu'à la ligne d'arrivée, alternant entre montées et descentes, plus ou moints pentues. Cela prend une dimensuion supérieure dans l'enchaînement de petits cols, dont le Saint-Thomas, classé en 1ère catégorie du fait de sa pente très élevée. Ces dernières bosses semblent loin de l'arrivée, mais la longue descente du Col du Bouchet et le faux-plat descendant qui suit permettront aux coureurs d'aller très vite vers la ligne d'arrivée. Il ne faux donc pas exclure un peu de mouvement dans cette zone, autant pour le gain de l'étape que pour ceux visant le classement général. La pente du Saint-Thomas servira à morceller le peloton quoiqu'il en soit.
Les coureurs retournent à Clermont-Ferrand dans la nuit, passée dans le même hôtel que la veille.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107795

Le premier bloc de 9 jours s'achève à Lyon, par une nouvelle étape de plus de 210 kilomètres. Les côtes du milieu d'étape sont surtout là pour offrir des primes aux baroudeurs, car cette étape reste avant tout plate. Néanmoins, la traversée de Miribel, à un peu moins de 20 kilomètres de l'arrivée, amènera une pente au-dessus des 10 % pour faire très mal à certains sprinteurs. Les plus complets d'entre eux pourraient y durcir le rythme afin de faire quelques cassures. Ensuite, on reste sur quelque chose de plat et large, donc cela ne favorisera pas vraiment les attaquants : cette côte est avant tout là pour faire mal à quelques sprinteurs plutôt que de lancer vraiment des offensives, même si la pente pourra être sélective. On entre dans Lyon par la rive ouest du Rhône, avant diverses avenues qui pourront étirer le peloton, qui aura probablement maigri dans la côte, perdant quelques équipes et les coureurs n'ayant pas de raison de forcer. L'étape et la première semaine s'achève par une ligne droite de près d'un kilomètre.
Les coureurs seront ensuite logés dans la métropole de Lyon, où ils passeront la journée de repos.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107831

La reprise sera très violente pour les coureurs, avec 57 kilomètres de contre-la-montre individuel (ce qui est déjà très difficile en soi), via deux cols : la Croix-de-Chaubouret et la République. L'étape se contente même de monter et de descendre ces deux cols mitoyens, dans une étape où les coureurs visant le général se devront d'être en grande forme. Au lendemain du repos, quelques surprises sont à prévoir. La difficulté du premier col étant nettement supérieure à cette du second, la gestion de l'effort sera importante, d'autant plus que chaque coureur sera passera environ une heure et demi sur son vélo en course.
Le retour des véhicules au départ se fera de façon simple par la N88 en voix rapide, avec des accès simples aux zones de départs et d'arrivée. Les coureurs retournent ensuite dans leurs hôtels à Lyon, qu'ils avaient occupés les deux nuits précédentes.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8107869

La haute montagne commence avec les Alpes et plus particulièrement les Près, pour de la montée dès le départ de cette étape 100 % Savoyarde. Un avant-goût des difficultés aura lieu avec la pente du Champ Laurent et du Grand Cucheron, même si les favoris resteront probablement ensemble jusqu'au final dans la vallée de la Maurienne. La première des deux montées du final se fait en direction d'Albiez, en montant par les très nombreux lacets de Villargondran, pour une première partie de montée très raide. Au sommets, les coureurs seront tout proche du Col du Mollard et ils emprenteront la partie très technique de sa descente, pour revenir tout proche de Saint-Jean-de-Maurienne, avant de récupérer la longue et irrégulière montée de la Toussuire, au sommet de laquelle est jugée la première des deux seules arrivées en altitude de ce Tour de France. Les purs grimpeurs auront une occasion d'aller chercher l'étape. Les grimpeurs offensifs ayant perdu du temps au général également, en anticipant dès les lacets de Villargondran. Quant aux descendeurs, ils pourront se faire plaisir dans le Mollard.
Les coureurs seront logés dans le domaine des Sybelles et dans la vallée de la Maurienne.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8115674

On enchaîne avec la suite de la haute montagne et une étape au format sprint, où les meilleurs grimpeurs pourront bouger dès le départ, avant une journée bien plus calme le lendemain. Le Chaussy sera à gravir quasiment à froid, puis s'enchaînera avec la Madeleine. Déjà là, il y aura de quoi faire très mal. Après une courte transition, la dernière difficulté de l'étape est inédite sur le Tour de France. Le Col du Tra, monté par les télégéniques lacets de Notre-Dame-du-Pré a été curieusement évité par la Grande Boucle jusqu'ici, alors qu'il possède une pente qui fera mal aux coureurs, surtout à son pied. Au sommet, un petit plateau précède la descente amenant quasiment les coureurs jusqu'à la ligne d'arrivée. Cette étape a vraiment de quoi permettre aux coureurs et aux équipes audacieuses de chambouler le classement général à l'occasion d'une deuxième étape de haute montagne.
Les coureurs seront logés dans la vallée de la Tarentaise, le plus proche possible de Bourg-Saint-Maurice.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8115697

Profil très atypique pour cette étape de transition, avec une montée proposant de la pente dans les premiers kilomètres, avant un très long col roulant pour aborder l'Italie et une dernière bosse pentue au tiers de l'étape. Cela aura de quoi favoriser la présence de grimpeurs dans l'échappée du jour, mais le reste est complètement plat. Cette étape semble donc promise aux baroudeurs, mais il faudra être malin et/ou très rapide pour savoir gagner dans le final. On peut même imaginer des sprinteurs complets, mais n'étant pas parmi les plus efficaces en première semaine, s'échapper, quitte à souffrir dans les montées, avec quelques équipiers, pour tenter de gagner l'étape. En tout cas, le final est très longiligne et favorisera un sprint qui pourrait être gérer collectivement, ce qui est à l'opposé du début de course. Bref, il serait bien difficile de prédire à l'avance qui pourrait remporter cette étape.
Les coureurs resteront à Turin pour la nuit.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8117892

Le retour définitif en France se fait en ouverture de l'avant-dernier weekend par une étape de haute montagne. Tout d'abord, il faudra l'interminable montée de l'Agnel, toit du Tour de France où les points seront doublés (seul col ayant cette caractéristique). Des faux-plats aux pentes à plus de 10 %, on pourrait classer près de 80 kilomètres de montées. Si on n'en garde que 50, la pente moyenne est déjà à 4 %. Et sur les 10 derniers, on est à près de 10 % de moyenne. Combiné avec l'altitude, cela pourrait faire très très mal à certains coureurs. La descente permet aux coureurs de revenir sur le territoire Français, pour aller chercher la montée de l'Izoard, par son versant mythique ayant la Casse Déserte dans ses derniers kilomètres, avant une dernière descente, un peu plus technique, amenant à Briançon, où le final sera au sommet d'une petite côte, arrivant en haut de la citadelle Vauban (même si on ne la traverse pas). Rien que deux cols donc, mais ils sont parmi les plus hauts. Le premier est un des plus hauts et des plus difficiles d'Europe et le second un des plus mythiques de l'histoire du cyclisme. Un terrain de jeu parfait pour un grimpeur offensif.
Les coureurs seront logés à Briançon ou autour du Lac de Serre-Ponçon (Embrun et Gap).



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8117912

Après des 14 juillet pour grimpeurs et pour sprinteurs, on offre la Fête Nationale aux baroudeurs. Ce dimanche d'avant repos pourra permettre aux équipes d'envoyer leurs électrons libres à l'avant, car le classement général ne devrait (sauf incident) pas évoluer pour sa partie la plus haute (sauf coureur y remontant au bénéfice d'une échappée). Pour la gagne, savoir passer le Corobin sera nécessaire, avec une montée en deux paliers très pentus. Le Col des Lèques sera un autre lieu primordial, où les grimpeurs pourront attaquer. Le final, avec une dernière bosse, puis des routes proches des Gorges du Verdon donneront lieu aux dernières attaques, avant une arrivée à Saint-André-les-Alpes, petite bourgade choisie par la communauté de communes Alpes Provence Verdon pour y avoir son siège et qui y a donc placé l'arrivée qu'elle parraine. Cette étape sera donc partagée entre un peloton a priori calme et une grosse bagarre pour la victoire d'étape.
Les coureurs auront ensuite un trajet un petit peu long vers Montpellier, où ils resteront plusieurs jours, avec la journée de repos.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120117

Comme la deuxième semaine, la troisième s'ouvre par un contre-la-montre individuel, suivant la journée de repos. Mais à l'inverse du premier, qui passait par deux cols, celui-ci est voulu très roulant dans sa grande majorité, avec un aller-retour partant de Sète vers Marseillan sur une route au dénivelé nul, entre la Méditerranée et l'étang de Thau. Ainsi, la majeure partie de l'étape de fait sur une très longue ligne droite toute plate, où les coureurs puissants pourront creuser de très gros écarts. Une fois revenu dans Sète, la physionomie de l'épreuve change radicalement, avec la montée très pentue du Mont-Saint-Clair, où de précieuses secondes pourraient être gagnées ou perdues. Après l'avoir redescendu, les coureurs arriveront vite vers la ligne d'arrivée. Au lendemain du repos, un coureur ne l'ayant pas bien encaissé pourrait souffrir dans les longues portions plates ou dans la montée très raide et y perdre un temps précieux.
Les voitures peuvent aller facilement récupérer un autre coureur 100 mètres après le départ devant une plage. Un chemin fermé à la circulation pourrait permettre aux coureurs ne voulant pas arriver trop tôt dans la zone de départ d'y accéder. Les coureurs retournent ensuite aux alentours de Montpellier, pour passer une nouvelle nuit dans les mêmes hôtels.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120142

Le retour à la haute montagne se fait par une course de côte et l'avant-dernière difficulté hors catégorie de l'épreuve : le Plateau de Beille. Son approche est voulue un peu accidentée, mais sans réel grand col. Même Chioula est abordé par son meuilleur versant, avec des plateaux par d'autres petits cols. Tout se jouera donc dans une montée finale qui sera gravie après 5 heures de selle, dans l'étape la plus longue de la course (237 kilomètres). Cela aura peut-être son importance au moment de vouloir lancer ou suivre des attaques. Les grimpeurs ayant souffert la veille pourraient dès cette montée vouloir combler leurs pertes. En tout cas, il sera pour eux la dernière chance évidente de gagner l'étape, puisqu'il s'agit de la seconde (et donc dernière) arrivée en altitude.
Les coureurs seront logés pour la plupart au sud de Toulouse, accessible via l'autoroute. Cela les fera rentrer tard, mais l'étape suivante est courte.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120176

La deuxième étape Pyrénéenne est au format sprint, avant une pause dans la montagne. Après une trentaine de kilomètres assez calme, qui ne ravira que les sprinteurs avec les points à prendre et les baroudeurs pour lancer une échappée (même si certaines équipes peuvent commencer à y planifier une stratégie collective), les grimpeurs se lanceront à l'avant dans le Port de Lers, avant de finir par un enchaînement de petits cols, à la pente raide, sur des routes très étroites, que le peloton abordera en petits morceaux, après la montée et la descente de Lers. Dans Saraillé, Catchaudégué et Portech, la pente monte toujours au moins une fois au-delà des 10 %. Elle est toujours irrégulière, donc les changements de rythme seront fréquent. Même si cela ne monte jamais beaucoup, c'est un terrain de jeu parfait pour attaquants. Les coureurs offensifs pourront y faire preuve de panache et bien s'y amuser.
Les coureurs retourneront au sud de Toulouse via un autre autoroute, pour loger une seconde nuit dans le même hôtel.


Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120205

Certes il y a l'Aspin, mais il est en plein milieu d'une étape au final très plat. Des baroudeurs pourraient aller au bout. Des sprinteurs complets pourraient se battre pour éliminer des adversaires dans ce col avant de rouler ensuite. Ou bien des sprinteurs un peu plus généraux pourraient profiter d'un rythme tranquille dans la montée pour jouer également leur chance, notamment via une interminable ligne droite pour approcher Pau. Quoiqu'il en soit, les grimpeurs et autres favoris du classement général auront une journée plus tranquille pour eux et pourront récupérer. Ils devront juste être vigilents dans les quelques courbes amenant à la ligne d'arrivée.
Les coureurs resteront sur Pau après l'étape.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120240

À la veille de Paris, les coureurs quittent la montagne et les Pyrénées avec un dernier format sprint. Au programme, le Col de Labays (première partie du Soudet et de la Pierre-Saint-Martin), avec sa montée irrégulière et très pentue, pour le dernier hors catégorie de l'année, avant une descente sur une petite route avec entre temps le col d'Ichère, puis surtout le Col de Marie-Blanque, avec ses 4 derniers kilomètres dans lesquels la pente ne redescent pas sous les 10 %. Il s'agira ici d'un lieu parfait pour une dernière bagarre de grimpeurs. Après Louvie-Jouzon, on se détourne de la direction de Pau pour une petite côte, qui après une petite transition, précède un final avec des chemins de campagne étroits et mal-plats, où une dernière côte très irrégulière viendra permettre des attaques, dans cette étape en ligne la plus courte de l'année et dans un format sprint où il faudra savoir gérer l'avance prise dans les cols, ce qui n'était pas nécessairement le cas jusqu'ici. D'autant plus qu'il s'agit de la toute dernière occasion de reprendre du temps à des adversaires.
Les coureurs prennent ensuite l'avion vers Paris.



Image
Image
http://www.openrunner.com/index.php?id=8120290

Pour la dernière étape, le départ fictif a lieu dans la "Cipale", où Eddy Merckx a conclu ses 3 premiers Tours victorieux par un succès d'étape contre-la-montre (et son dernier Tour victorieux par une victoire au sprint). Désormais appelé "vélodrome Jacques Anquetil", les coureurs prendront ensuite la direction du château de Vincennes, juste avant que le départ réel soit donné. Le défilé habituel aura ensuite lieu au sud de la capitale, avec deux dernières côtes pour la forme, puis une entrée dans Paris par Boulogne et les quais de Seine. Le dernier sprint intermédiaire, si le maillot vert n'est pas encore joué, se fera au Hauts des Champs Elysées, comme il en est l'usage. Au 9ème passage sur la ligne d'arrivée, il est fort à parier qu'un sprinteur lèvera les bras. Mais il faut dire qu'ils n'ont pas particulièrement été gâté cette année. En tout cas, pas les purs sprinteurs, car un coureur complet avec une forte pointe de vitesse aura pu cumuler les succès et jouer fortement le maillot vert.

À noter que "La Course" féminine sera pour 2019 disputée sur 2 étapes, avec l'étape Pyrénéenne d'Arette à Nay dans son intégralité (soit 99 kilomètres, comme les hommes), avant un tour de circuit des Champs Elysées à parcourir en contre-la-montre individuel, à chaque fois en ouverture des hommes.
Modifié en dernier par darth-minardi le 17 Déc 2017, 23:31, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Champion confirmé
 
Messages: 17568

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Ninofishing » 12 Nov 2017, 21:36

Ok,
Alors est-ce que ça passe pour un premier secteur pavé (donc peloton encore au complet) : https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/hd/68024
Et voilà ma petite trouvaille (c'était pas répertorié dans LFR :louche: ) mais là ça serait en fin d'étape, donc peloton sûrement bien amaigri : https://www.la-flamme-rouge.eu/maps/viewtrack/hd/172374 Regardez bien au début :!: les 500 premiers m sont en descentes à 2-4%
Modifié en dernier par Ninofishing le 12 Nov 2017, 21:37, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Ninofishing
Maglia rosa
 
Messages: 9506
Localisation: Fouesnant

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar bullomaniak » 12 Nov 2017, 21:36

Darth, c'est quoi ta côte avant Lyon ?

Avatar de l’utilisateur
bullomaniak
Manager
 
Messages: 17375
Localisation: Pour défendre les valeurs de la Gauche, votez Tibopino !

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Klira » 12 Nov 2017, 21:40

darth-minardi a écrit:Donc 3 jours entiers en Belgique


Image

- Le départ de la troisième étape devra quant à lui être situé dans le pays

Avatar de l’utilisateur
Klira
Maillot vert
 
Messages: 4503
Localisation: Montagnes

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Samuel » 12 Nov 2017, 21:54

Bon ça va, mes idées ne sont pas (trop) gênées par les consignes totalement arbitraires du concours :heureux: J'ai quand même gagné le droit de refaire un profil.

Je pense que si tout le monde vient demander si telle ou telle route est praticable ça va vite être le bordel, c'est à chacun aussi de juger par soi-même, pour moi ça fait partie des critères de notation à la fin.
Modifié en dernier par Samuel le 12 Nov 2017, 22:08, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Samuel
Jersey rojo
 
Messages: 6415
Localisation: Ile de France

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar JulesTdf2905 » 12 Nov 2017, 22:01

Mon parcours provisoire :

1 - Bruxelles > Bruxelles (prologue d'environ 15 bornes)
2 - Bruxelles > Verviers (première étape en ligne, accidentée)
3 - Namur > Saint-Amand-les-Eaux (étape comportant des secteurs pavés, environ 8 pour une quinzaine de kms)
4 - Valenciennes > Châlons-en-Champagne (étape pour sprinteurs)
5 - Saint-Dizier > Ligny-en-Barrois (TTT d'une quarantaine de kilomètres)
6 - Tomblaine > Le Markstein (première étape de montagne, arrivée par un versant inédit)
7 - Belfort > Lons-le-Saunier (transition pour sprinteurs)
8 - Oyonnax > La Motte-Servolex (longue étape avec de gros cols)
9 - Chambéry > Grenoble (étape sprint avec cols inédits)
-- Repos à Grenoble
10 - Romans-sur-Isère > Bagnols-sur-Cèze (transition pour sprinteurs, avec une côte dans le final)
11 - Alès > Florac (étape "piège" en Lozère)
12 - Florac > Mont Aigoual (vraie étape de montagne avec final musclé)
13 - Le Vigan > Frontignan (étape type "Strade Bianche" avec des chemins blancs)
14 - Béziers > Muret (étape pour sprinteurs)
15 - Cazères > Lourdes (étape type LBL le 14 Juillet, vingtaine de côtes)
-- Repos à Lourdes
16 - Bagnères-de-Bigorre > Cauterets (tappone de +200 kms avec de gros cols)
17 - Arette > Saint-Jean-Pied-de-Port (étape sprint dans le Pays Basque)
18 - Mauléon-Licharre > Saint-Pée-sur-Nivelle (étape pour puncheurs)
19 - Saint-Pée-sur-Nivelle > Arcachon (étape pour sprinteurs)
20 - Sauveterre-de-Guyenne > Saint-Emilion (chrono final tout plat d'une cinquantaine de kms)
21 - Versailles > Paris (classique)

Avatar de l’utilisateur
JulesTdf2905
Maillot jaune
 
Messages: 10516

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar grossbouff » 12 Nov 2017, 22:03

Petite question
J'ai bien une trame mais elle ne me plaît pas encore tout-à-fait. Entre autres, le point le plus à l'ouest se trouve dans la descente du Chioula (vers Ax les Thermes). En clair, je fous pas un tour de roue dans la moitié Ouest de la France. C'est grave ?

Avatar de l’utilisateur
grossbouff
Chasseur de prime
 
Messages: 366
Localisation: ô Toulouseuh-cong

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar bapt77 » 12 Nov 2017, 22:13

Wings a écrit:Les anims se réservent le droit d'évincer tout parcours comportant un secteur ou col non praticable


Rien qu'à voir cette phrase j'ai déjà un doute sur l'intérêt de proposer un parcours. Très large oui pour au moins une image et justifier de la crédibilité.
Mais au point d'évincer un parcours il y a une marge quand même ... !
Je ne souhaite pas durant ce concours proposé de choses trop iréelles car vous souhaitez un minimum de crédibilité. Mais j'ai peur de forte dérive avec ce genre de règlement. C'est juste un parcours de Tour de France les gars. Certes un concours mais laissons aussi la place à la créativité et au débat. Si des gens le souhaite, pénalisés lors des votes, mais ça me ferait vraiment mal de voir un parcours évincé pour une pauvre route cabossée.

Quand au Koppenberg, CAD ou autres, je reste persuadé que vous aurez potentiellement tord dans quelques temps. Comme nous aurons un jour tous tord quand il y aura un accident grave dans la descente d'un Grand-Colombier ou Mont-du-Chat. Ce que je veux dire c'est que se baser sur les standards actuelles n'est pas pour moi une bonne chose dans le contexte d'un (avec de grands guillemets) "laboratoire à parcours".

cet argument parait simpliste, mais j'aurais proposé la route des Glières il y a 2-3 ans, j'aurais été envincé de bon nombre de vote car ne respectant pas les standards ASO. Je me souviens que ce genre de route faisait encore polémique durant un concours :
https://www.google.fr/maps/@48.1517908, ... authuser=0

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Espoir
 
Messages: 963
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Ninofishing » 12 Nov 2017, 22:17

Samuel a écrit:
Je pense que si tout le monde vient demander si telle ou telle route est praticable ça va vite être le bordel, c'est à chacun aussi de juger par soi-même, pour moi ça fait partie des critères de notation à la fin.

Je suis bien d'accord, mais vu que les critères de "sélection" ont l'air assez rigides... ça me ferrait mal de faire un tracé qui serait invalidé à cause de passages "irréalistes". :|

Avatar de l’utilisateur
Ninofishing
Maglia rosa
 
Messages: 9506
Localisation: Fouesnant

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Elias » 12 Nov 2017, 22:23

Trame Générale :

1-Bruxelles - Bruxelles (Pour Flandriens) 180km
2-TTT plat quelque part en province de Bruxelles 30km
3-Waterloo - Charleville-Mézières (étape pour puncheurs) 190 km
4-Sedan - Thionville (étape pour sprinteurs) 200 km
5-Saint-Avold - Strasbourg (étape pour sprinteurs mal plate) 190 km
6-Strasbourg - Le Markstein (petit Ballon-Plaetzerwazel) 170 km
7-Belfort-Dole (pour sprinteurs avec passages par les côtes de Besançon) 190 km
8-Dijon - Montceau-les-Mines (étape mal plate indécise dans le Morvan) 200 km
9-Mâcon - Roanne-Renaison (étape type LBL monstrueuse) 220 km
R1 : Transfert en passant par Clermont (1h de trajet) puis avion pour Biarritz
10- Biarritz - Saint-Jean-Pied-de-Port (étape de montagne difficile en passant par l'Espagne) 200km
11-Laruns - Argelès-Gazost (Etape sprint contrecoup de la veille) 65km
12-Pau - Foix (Etape pour sprinteurs)
13-Mirepoix - Carcassonne ITT plat de 50km
14-Carcassonne - Montpellier (étape pour sprinteurs piégeuse) 200lm
15-Nîmes - Vaison-la-Romaine (étape avec Ventoux comme juge de paix) 190km
R2: dans la Drôme
16-Crest - La-Ruchère-en-Chartreuse (étape de montagne difficile avec CC) 175 km
17-Voiron - Embrun (étape pour barroudeurs-sprinteurs) 210km
18-Briançon - Montgenèvre ITT cronoescalata 18 km
19 - Suse (Italie) - Lac de Saint-Guérin (étape de montagne difficile) 165 km
20 - Beaufort - Le Grand-Bornand (étape sprint pour finir) 85 km
21 - Fontainebleau - Paris Champs-Elysées (classique) 170 km

7 étapes de plaine
6 étapes de haute montagne (dont 2 arrivées en altitude)
4 étapes accidentées
2 étapes de moyenne montagne (dont 1 arrivée en altitude)
2 CLM individuels (dont 1 cronoescalata)
1 CLM par équipes

Avatar de l’utilisateur
Elias
Directeur sportif
 
Messages: 3372
Localisation: United States

Re: [Concours] Tour de France 2019

Messagepar Cyro » 12 Nov 2017, 22:39

Relou les 3 jours en Belgique :diantre:

Avatar de l’utilisateur
Cyro
Entertainer Numero Uno
 
Messages: 14412
Localisation: Aux AntiPaudes


1793 messages
Retourner vers Le laboratoire à parcours

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : jibvalverde et 3 invités