Tour de France 2017 : analyse du parcours

Le 104e Tour de France s’élance le samedi 1er Juillet 2017. Comme chaque année, nous vous proposons notre analyse complète du tracé de l’épreuve pour en détailler les points clés, certains passages pièges et distribuer les bons et les mauvais points du parcours.
Ce Tour de France 2017 s’élance de Düsseldorf en Allemagne puis visitera la Belgique, le Luxembourg avant de rentrer définitivement en France. La particularité de ce tracé est de visiter les cinq massifs montagneux français : Vosges, Jura, Pyrénées, Massif-Central et Alpes, avant un dernier contre-la-montre dans les rues de Marseille. Mais passons à la revue de chacune des 21 étapes de cette édition 2017.

Lire la suite »


Giro d’Italia 2017 : analyse du parcours

Crée en 1909, le Tour d’Italie fête en 2017 sa 100e édition. Pour cette occasion spéciale, le parcours propose plusieurs clins d’oeils à l’histoire de l’épreuve et à quelques uns de ses champions plus ou moins récents (Bartali, Coppi, Pantani, Aru, Nibali, Scarponi…). De la Sardaigne à Milan, en passant par la Sicile, les Appenins et les Dolomites, le parcours mêle ainsi des difficultés classiques et d’autres oubliées. Sur le plan sportif, l’édition 2017 devra rivaliser avec celles très animées de 2015 et 2016. Il est temps de passer à l’analyse complète et détaillée du parcours de ce Giro d’Italia 2017.

Lire la suite »


Richie Porte est-il un coureur de Grand Tour ?

A l’approche du Tour, et alors qu’il a été désigné co-leader au sein de la formation BMC, la question se pose : Richie Porte peut-il jouer le classement général d’un Grand Tour ? Ses capacités physiques semblent affirmer que oui mais ses échecs récurrents sur les courses de trois semaines incitent à la prudence.

Lire la suite »


Halte aux courses de côte !

La première arrivée à l’Alpe d’Huez eut lieu en 1952. Ce fut la première arrivée au sommet de l’histoire du Tour. Pourtant ce qui nous semble aujourd’hui si naturel a été fortement critiqué à l’époque ; dans le journal L’Équipe le chef de la rubrique vélo, Claude Tillet, émit sa frustration de voir une étape de 266 kilomètres réduite à une simple course de côte. « Rien qui n’incite à militer pour des arrivées « en haut » ». Or, aujourd’hui, ces arrivées au sommet semblent plus que jamais présentes : la quasi-totalité des étapes de montagnes s’achèvent aujourd’hui en altitude. Au-delà du changement d’époque, n’y a-t-il pas un abus nuisible à la compétition cycliste ? Lire la suite »