Écrit le par dans la catégorie Amateurs, Féminines, Hors-catégorie.

Lancé l’année passée, le projet  » Donnons des elle au cyclisme  » sera cette année encore sur les routes du Tour de France pour promouvoir le cyclisme féminin. Comment ? En réalisant l’intégralité des étapes de la prochaine Grande Boucle. LeGruppetto s’est intéressé à Julie Posenato, l’une des cyclistes du club de Courcouronnes :

Tu as signé cette année à Courcouronnes en provenance de Villeneuve-La-Garenne, qu’est-ce qui t’a séduit dans ce projet ?

Ce qui m’a plu dans le projet, c’est l’investissement pour les filles ; ils sont partis de zéro pour monter cette équipe et aujourd’hui cela avance de plus en plus. J’ai fait des étapes du Tour de France l’année dernière et l’ambiance et la mentalité m’ont énormément plu. Le club est plus proche de chez moi, pour les entraînements hivernaux cela a été plus pratique, rouler avec son équipe c’est toujours mieux.

L’année dernière tu n’étais pas encore officiellement dans l’équipe mais tu as fait quelques étapes du Tour avant les coureurs. Peux-tu nous parler de ton expérience ?

J’ai fait quatre étapes du Tour, c’était génial, surtout à la montagne. Un jour avant les coureurs, beaucoup de spectateurs sont déjà là. Cela met une petite ambiance pour oublier la difficulté des cols. Ce fût une grande expérience, je n’avais jamais fait des sorties aussi longues et puis la montagne ce n’est pas trop mon point fort. J’ai adoré ! C’est pour cela que je retourne sur quelques étapes en juillet !

Comment organises-tu ton calendrier de course tout en sachant qu’il n’y pas forcément une course tous les week-end ?

Pour les courses, je regarde les Coupe de France, j’y ajoute toutes les courses du Challenge Île de France et quand il y a des trous certains week-end, je fais une course en Pass cyclisme. Cela permet de varier un peu, j’aime bien.

Comment gérer le fait d’être une femme dans un milieu hyper masculin ?

Cela ne pose pas tellement de problème d’être une femme dans le cyclisme, de plus en plus de filles font du vélo. Certes la médiatisation n’est pas encore au top, mais cela progresse et il ne faut pas se rabaisser.

Le peloton féminin en Île-de-France se porte bien (62 filles à Dugny, 46 à Longny), du coup existe t-il une réelle stratégie d’équipe pendant la course ? Un leader est-il désigné avant la course ?

Nous n’avons pas de leader dans l’équipe, nous essayons de voir en fonction de ce que chacune est capable de faire. Cela sera différent sur le type du circuit et des objectifs pris en début d’année.

Tu es dans ta première année espoir, sens-tu une différence par rapport aux rangs juniors ?

Il n’y a pas de différence entre junior et espoir, ce sont les mêmes courses, le même nombre de kilomètres. Le rang à passer était de cadette à junior, maintenant ce sont les mêmes courses.

 

julie posenato

Quel est ton profil ?

J’aime bien les courses assez plates, avec des bosses plutôt raides mais qui ne montent pas longtemps. Une belle arrivée au sprint me correspond assez bien !

Quels sont tes objectifs pour cette saison ?

Mon objectif principal cette saison était de progresser cet hiver pour réussir à être à l’avant sur les courses régionales et réussir à tenir en Coupe de France.

Dernière question en rapport avec notre site Le Gruppetto, t’es-tu déjà retrouvé dans un Gruppetto et si oui comment s’organise t-il ?

Il n’y a pas forcément d’organisation pour un « gruppetto » : le but est surtout de terminer la course pour faire un maximum de kilomètres même en étant lâchée.

Par la rédaction du Gruppetto.

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateurs: Geraldinho, bouri

Re: A la rencontre du monde amateur ... #9 Julie Posenato

Messagepar bouri » 30 Mai 2016, 01:05

Merci Bullo de l'avoir mis en ligne.
Avatar de l’utilisateur
bouri
Directeur sportif
 
Messages: 7621
Enregistré le: 14 Juil 2013, 15:14
Localisation: De nouveau breton, c'est bon çà