Écrit le par dans la catégorie Analyses, Coup de bordure.

L’année 2015 a été riche en émotion. Pas de grandes nouveautés cela dit, le commentaire est le même chaque année. Côté français, 2015 est jalonnée de nombreux exemples, de Thibaut Pinot à Alexis Vuillermoz, de Julian Alaphilippe à Nacer Bouhanni. Mais quid de 2016 ? Tour d’horizon plein de mauvaise foi des meilleures chances françaises pour la saison à venir, à travers leurs résultats de 2015.   

Si le plateau international des grimpeurs est impressionnant, nos français frappent de plus en plus fort à la porte, pour s’y faire une place de choix. Souvent capables de coups d’éclats, ils leur manquent encore la régularité qui les ferait figurer d’office parmi les favoris pour la victoire sur un grand tour. Et développer leurs capacités de rouleurs serait aussi une bonne chose, face à une concurrence des plus aérodynamiques. Il est temps pour nos têtes d’affiche de répondre de la meilleure des façons aux attentes du public français, et d’affirmer leur potentiel.

 

Thibaut Pinot

thibaut pinot

Thibaut Pinot s’envolera t-il vers les plus hautes cimes en 2016 ?

 

Il nous en aura donné des frissons en 2015. De par ses grandes qualités, mais aussi par ses défauts. Dans tous les cas, sa victoire à l’Alpe d’Huez restera à jamais gravée dans les mémoires. Parce que gagner une étape de montagne, c’est déjà grand, mais dompter les lacets de l’Alpe à lui tout seul, c’est magistral. Et un tel tour de force permet de mieux faire digérer une Grande Boucle décevante… Pourtant sa montée en puissance lors de la première moitié de 2015 était un exemple du genre. Quasi anonyme en Oman, 4e du général sur le Tirreno-Adriatico, il commence à réellement se montrer sur le Critérium international en terminant à dix secondes de Jean-Christophe Péraud. La suite présage de belles choses quant au Tour de France approchant : deux victoires à la pédale en Suisse (en Romandie et à Sölden) qui prouvent s’il était besoin ses grandes qualités de grimpeurs, mais également des points faibles qui lui font grandement défaut. En cause, les deux CLM individuel qui lui font perdre à chaque fois le général, ou tout du moins le podium… Et vint le Tour, avec la pression de sa troisième place au général en 2014. Difficilement assumée, il joue même d’extrême malchance dès les premières étapes. Si son CLM d’ouverture à Utrecht était une étonnante performance, ses pertes de temps successives lui font perdre tout espoir d’un classement honorable. Ajouter à cela une seconde place à Mende qui a frisé le ridicule avec son compagnon Romain Bardet face à Stephen Cummings, et surtout, point d’orgue de son Tour jusque là raté, sa chute en direct lors de la 17e étape dans la descente d’Allos. Alors à la poursuite de Geschke, la France entière pense que Thibaut va manger tout cru l’Allemand et aller s’imposer. Il n’en restera qu’un bruit de patin et de carbone râpant le bitume… Mais le jeune français a su faire preuve d’opiniâtreté. Touché dans son orgueil, il impose son panache en haut de l’Alpe. Le déclic qui le fera passer d’outsider à vainqueur ? Les qualités sont là, reste à assurer le mental, autrement qu’en réponse à l’adversité. La France est en tous cas prête à cabosser les portières de voitures, Marc Madiot’s style !

Résultats 2015 : un parcours accidenté malgré les exploits

Pronostic 2016 : le coup de pédale supplémentaire pour gagner une belle course par étape

Commentaire : trajectoire + aérodynamisme = stage en Formule 1 conseillé

 

Romain Bardet

Le même âge que Pinot, un début de carrière ressemblant, un parcours identique, un profil similaire… Romain Bardet est le pendant AG2R du leader de la FDJ. Le mimétisme se pousse même jusqu’aux exploits et déconvenues. L’exemple le plus révélateur est cette arrivée à Mende, où leur mésentente a laissé Cummings passer sous leur nez pour l’étape. Mais si Pinot a su réagir en fin de Tour, Romain Bardet s’est lui exécuté dès l’étape du lendemain de Mende pour s’imposer en solitaire à Saint-Jean-de-Maurienne, après les très télévisuels lacets de Montvernier. Désigné super-combatif du Tour, il termine à la 9e place générale. Si le TdF a été sa dernière grande course par étape en 2015, excepté le réputé Tour du Gévaudan qu’il conclut à une anonyme 16e place, il s’était montré en première partie de saison, à l’image de Thibaut Pinot. C’est là que les profils divergent un peu : Romain a gagné une étape magistrale du Critérium du Dauphiné en attaquant dans…la descente du col d’Allos, là même où Pinot a chuté. Mais, pour parfaire leur comparaison, le grimpeur d’AG2R a chuté dès le lendemain, perdant le podium du général, six places au classement, et son maillot blanc de meilleur jeune. Un mois plus tôt en Romandie, il terminait 3e de l’étape remporté par Pinot à Champex-Lac… Alors, où s’arrêtera la comparaison ? Si Pinot peut déjà se targuer d’avoir terminé sur le podium du Tour, Romain semble plus constant, plus régulier dans ses résultats. L’année 2016 pourrait changer la donne, ou pas. Les deux « jumeaux » vont se retrouver sur les mêmes courses : Dauphiné, Tour de France, et surtout Jeux Olympiques où les deux pourraient jouer la médaille d’or sur un parcours promis aux grimpeurs. Comment courir en équipe avec deux éléments si semblables ? Difficile pour le sélectionneur Bernard Bourreau. En espérant qu’un Britannique (ou autre) ne vienne pas une nouvelle fois leur griller la politesse.

Résultats 2015 : en « dents » de scie

Pronostic 2016 : enfin taper le top 5 du Tour, en attendant de connaître la hiérarchie des JO

Commentaire : doit cesser le jeu des sept différences avec son camarade Thibaut

 

Warren Barguil

warren barguil

Warren Barguil est un courageux, nul doute qu’il reviendra plus fort après cet accident malheureux !

 

Un des meilleurs potentiels chez les grimpeurs, voire chez les Français tout court ! Le Breton n’a pas le même palmarès que ses deux aînés Pinot et Bardet au même âge, mais sa progression est parfaitement linéaire. Comme point d’orgue lors de cette saison 2015, une toute première participation au Tour de France, conclue à une magnifique 14e place au général. Et ce, malgré une chute qui l’a handicapé dès la 10e étape. Deux images ressortent de sa prestation, qui étonnement ne sont pas en rapport direct avec ses qualités de grimpeur. Tout d’abord, la vidéo le montrant percuter Geraint Thomas a fait le tour du monde. Si le Français n’est pas fautif, le Gallois est allé amortir sa trajectoire contre un poteau… Surtout, sa prestation sur l’étape des pavés est un modèle du genre. S’il est arrivé à Cambrai à une anonyme 21e place, il a fait mieux que résister sur les pavés empruntés à l’Enfer du Nord, menant même parfois le groupe de tête. Surprenant compte tenu de son gabarit poids plume, mais d’autant plus impressionnant. Et qui présage de bonnes choses pour l’avenir, lorsque l’ont voit que Vincenzo Nibali y a commencé la construction de son succès en 2014. Néanmoins, le récent accident dont il a été victime avec ses coéquipiers chez Giant pourrait avoir de fortes répercutions sur sa saison. Sur sa préparation c’est certain, mais ses objectifs à long terme pourraient en être modifiés, d’autant qu’il devra se remettre d’une opération du scaphoïde… Toujours est-il que si le Breton poursuit sa progression et si la malchance le laisse tranquille, il peut tout à fait viser le top 10 du Tour de France. Et s’aguerrir sur le Giro ou la Vuelta qui lui avait offert une 8e place au général en 2014. Ne reste plus qu’à confirmer tous les espoirs placés en lui.

Résultats 2015 : linéaires, continuez ainsi

Pronostic 2016 : une victoire éclatante et un top 10 sur le Tour

Commentaire : éviter d’éliminer aussi grossièrement ses adversaires

 

Pierre Rolland

pierre rolland

En signant chez Cannondale pour la saison 2016, Pierre Rolland prend un nouveau départ.

 

Parmi nos grimpeurs français, c’est peut-être celui que l’on attendait le moins. Celui qui cristallise, par un certain côté, nombre d’espoirs déçus. Il est vrai que le double vainqueur d’étape sur le Tour en 2011 et 2012, dont une magnifique à l’Alpe d’Huez, nous a laissé sur notre faim. Capable d’exploit, meilleur jeune du Tour 2011, il a porté il y quelques années toutes les attentes françaises en montagne, à une époque où les bons grimpeurs tricolores étaient loin d’être légion. Avec l’avènement des Pinot et autre Bardet, Pierrot est passé au second plan. Ses victoires reléguées au rang de simples souvenirs, il a pourtant réussi à conserver une certaine régularité malgré une équipe Europcar pas forcément taillée pour l’accompagner de la meilleure façon dès que la route s’élève. Lui qui a conclu avec succès Giro et TdF en 2014, au pied du podium en Italie et à la porte du top 10 à Paris, a tenté un autre défi en 2015, en doublant Tour et Vuelta. Si sa Grande Boucle est honorable, avec une 10e place au général (soit son troisième top 10 depuis 2011, quand même), sa Vuelta est à oublier. Pas sûr qu’il recommence un tel doublé de sitôt. Mais son Tour 2015 a prouvé qu’il avait toujours de bonnes capacités en montagne : 8e à la Pierre-Saint-Martin le jour du numéro de Froome, 2e derrière Bardet à Saint-jean-de-Maurienne et 6e au sommet de l’Alpe d’Huez. Des résultats cependant toujours dans l’ombre de l’exploit d’un autre. Sa victoire du début de saison lors de la Vuelta a Castilla y Leon n’y change pas grand-chose. Pierrot court tout en discrétion, peut-être un peu trop. Même si se faire oublier peut lui être bénéfique, il faut qu’il réapprenne, à 29 ans, à jouer gagnant et pas seulement placé. Son changement d’équipe à l’intersaison pourrait bien lui apporter ce manque. Passé de la petite structure familiale d’Europcar à la grosse machine Cannondale, il est bombardé leader en compagnie de Rigoberto Uran. En espérant que le devant de la scène et le feu des projecteurs ne l’aveugle pas trop.

Résultats 2015 : comme d’habitude, honorables

Pronostic 2016 : enfin assumer son rôle

Commentaire : ne plus avoir peur de mener les débats, sortir de l’ombre

 

 

Jean-Christophe Péraud

2015, l’année de trop pour Jicé ? L’ingénieur-cycliste préféré des Français en a peut-être trop voulu. Après sa magnifique prestation sur le Tour 2014 et sa deuxième place finale à Paris derrière Nibali, il était difficile de s’arrêter en si bon chemin, il faut le reconnaître. Néanmoins, s’il a été malchanceux avec une violente chute lors de la 13e étape du Tour, la saison de Péraud n’augurait rien de très glorieux. 31e en Romandie, 45e au Trentin, 16e au Pays Basque… seule sa victoire sur le Critérium International faisait office de rayon de soleil au cours de cette bien terne saison. Déjà au-delà de la 30e place au général, le médaillé olympique en VTT a goûté au bitume quelque part entre Muret et Rodez. Il a cependant terminé le Tour au courage, grâce à sa volonté de battant et le soutien du public acquis à sa cause. Malgré toutes ses déconvenues, Jicé a annoncé vouloir poursuivre une saison supplémentaire. S’il a bien dit adieu au Tour en 2015, il se lancera un dernier défi : s’attaquer au Giro qu’il n’a jamais couru. Alors qu’il soufflera ses 39 bougies lors d’un CLM individuel sur les pentes transalpines, il lui en reste peut-être assez dans les jambes pour aller chercher un ultime résultat au classement général. Sa préparation est concentrée sur cet objectif, avec un passage obligé sur le Tirreno-Adriatico. Conclure une riche carrière par le désastre 2015 était difficilement envisageable, mais comme un retour en arrière et une retraite fin 2014 est pure fiction, le leader AG2R a préféré continuer une dernière fois. Le chant du cygne pour celui qui a définitivement lâché son leadership à son successeur au sein de l’équipe, Romain Bardet. Mais le vétéran pourrait tout à fait nous surprendre. Sur le Giro tout d’abord – et on l’espère ! – mais peut-être aussi en fin de saison, qui sait…

Résultats 2015 : à oublier

Pronostic 2016 : un dernier coup d’éclat pour partir avec panache, top 5 sur le Giro

Commentaire : il faut savoir dire au-revoir, même si trouver la manière est plus plaisant

 

Brice-Alexandre Roboam

 

Crédit Photo : Georges Ménager via Flickr.fr
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateurs: Geraldinho, bouri

Re: Les chances françaises en 2016 - Grimpeurs

Messagepar bouri » 06 Fév 2016, 19:27

Merci B-A
Avatar de l’utilisateur
bouri
Directeur sportif
 
Messages: 7800
Enregistré le: 14 Juil 2013, 15:14
Localisation: De nouveau breton, c'est bon çà

Re: Les chances françaises en 2016 - Grimpeurs

Messagepar Felagund » 06 Fév 2016, 21:20

Commentaire : éviter d’éliminer aussi grossièrement ses adversaires
:moqueur:
Avatar de l’utilisateur
Felagund
Coureur pro
 
Messages: 1698
Enregistré le: 09 Nov 2015, 10:53
Localisation: Yvelines