Écrit le par dans la catégorie Coup de bordure, Edito.

Alors que l’UCI poursuit sa volonté de réforme, poussée par le groupement Velon, l’organisateur du Tour de France ASO vient de taper du poing sur la table : il n’inscrira ses courses qu’au calendrier Hors Classe et non plus World Tour. De quoi lui laisser plus de liberté de mouvement et outrepasser un dirigisme financier dont il n’a nullement besoin.

Voilà, c’est fait. En cette période de batailles galactiques remises sur le devant de la scène par la sortie du nouvel épisode de Star Wars, le monde du cyclisme mène aussi sa guerre. Non pas qu’elle soit très surprenante, loin de là, mais au moins elle devient officielle. Et il faut reconnaître que les différents partis assument entièrement leurs décisions, et ont su porter leurs responsabilités. C’est le cas pour Amaury Sport Organisation (ASO). L’organisateur du Tour de France vient de lancer non pas un, mais tous les pavés du Paris-Roubaix dans la mare. Un coup de tonnerre en cette intersaison, où ASO annonce par communiqué interposé qu’elle inscrira pour 2017 les courses qu’elle organise au calendrier Hors Classe, et non plus World Tour. Si un doigt est clairement levé en « honneur » de la future réforme voulue par l’Union cycliste internationale (UCI), un autre est lui pointé droit sur son président Brian Cookson et ses copinage commerciaux. Depuis de nombreux mois, le Britannique a fait ami-ami avec le groupe d’influence Velon – association de riches équipes cyclistes, dont Sky, Etixx, BMC, Orica-GreenEdge ou autre sulfureuse Tinkoff – qui souhaite radicalement changer le modèle économique du cyclisme moderne. Investissements, droits télés et à terme une ligue fermée. Voilà le rêve de ces magnats qui se disent amoureux du vélo. Si pour certains l’intention peut paraître louable, pour d’autres l’objectif n’est que le gain financier (coucou Oleg), à l’image de ce qu’est devenu le championnat du monde de Formule 1. Si la réforme engagée par l’UCI n’entraîne pas encore de tels bouleversements, elle garantit néanmoins aux équipes titulaires une licence pour trois ans, et va allonger le nombre de jours de course du calendrier World Tour pour atteindre les 180. Soit automatiquement moins de présence des top-teams sur les courses de niveaux inférieurs. Un modèle contre lequel s’insurge à juste titre Christian Prudhomme qui affirme qu’ASO « reste attachée au modèle européen et ne peut transiger avec les valeurs qu’elle représente : un système ouvert plaçant le critère sportif au premier rang ».

sans titre 3

Christian Prudhomme, au départ de la 6eme étape du Tour de France 2013.

L’opposition entre les deux entités est loin d’être récente. Elle prend juste une nouvelle tournure après quelques années d’échanges et d’accords cordiaux tacites. La précédente avait eu lieu en 2008, en pleine réforme du Pro Tour. ASO, en désaccord complet avec l’UCI avait alors décidé de mettre en place le Tour de France « de son propre chef » – comprendre en dehors des normes de l’UCI – en ne faisant appel pour son organisation qu’aux commissaires de la fédération française de cyclisme. Si les esprits avaient finalement réussi à se calmer, et non se réconcilier, c’était pour mieux se déchirer par la suite. Et la domination grandissante de Velon est la goutte d’huile qui a fait dérailler la chaîne. ASO vient d’engager un bras de fer qui n’en est pas un. Son pouvoir est tel que l’institution n’a que faire d’organiser ses courses dans le giron de son éternel ennemi. Et c’est là où Cookson, qui reste pourtant droit dans ses bottes, doit venir voir très fébrilement l’année et demie de mandat qui lui reste à la tête de l’UCI. Car Brian is in a sacrée mouise ! Un calendrier World Tour sans ASO, c’est faire une croix sur le Tour de France bien évidemment, mais également bien d’autres fleurons des courses cyclistes historiques. Bye-bye Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, la Flèche Wallonne, Paris-Nice, le Dauphiné, et même la Vuelta !

sans titre 4

Brian Cookson devant le siège de l’UCI.

De quoi refroidir les ardeurs des plus grands défenseurs du mouvement Velon. Car qui pourrait imaginer un sponsor investissant des millions d’euros ne pas avoir son retour sur investissement via l’ultra-médiatisation du Tour de France, troisième évènement sportif le plus diffusé au monde ? Par extension, quelle équipe se risquerait à fâcher ASO en boudant les courses de début de saison, et voir ainsi remise en cause sa participation à la Grande Boucle ? Notons que si ASO met sa menace à exécution, les organisateurs seront « seuls » décideurs des équipes participantes. Et la règle des 70 % n’autorisera au maximum que 13 équipes de niveau World Tour sur 18 à prendre part aux courses. Un tri sur le volet que n’hésitera en aucun cas à faire ASO, qui avait délibérément laissé sur le carreau en 2008 une équipe Astana dont la collection de casseroles faisait pâlir d’envie les plus grands chefs étoilés. Davantage de petites équipes auraient ainsi leur chance (Delko Marseille ? Armée de Terre ?), et l’on peut parier que les plus gros frondeurs du mouvement Velon regarderont passer au loin la caravane du Tour. Les plus chauvins diront que c’est une chance pour nos français dans l’espoir de victoire finale ; à l’image de Thibaut Pinot, dont le directeur sportif Marc Madiot est probablement l’un des plus hostiles au groupement anglophone. Les plus pessimistes diront que le spectacle risque d’en prendre un coup. Les plus réalistes trancheront en disant que l’UCI l’a bien cherché. Toujours est-il que Brian Cookson voit au pied de son sapin un cadeau bien empoisonné déposé par un Papa Prudhomme qui lui rit au nez… et à la barbe. Le conflit franco-anglais a repris, mais on voit mal comment cette fois-ci l’Amiral Cookson pourra sauver sa flotte sans que sa réforme ne tombe à l’eau.

Brice-Alexandre Roboam

Crédit Photo : Josh Hallett, Georges Seguin & Ludovic Péron via Wikémédia Commons / Bryn Lennon 
via GettyImages.
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateurs: Geraldinho, bouri

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Carrefour de l'Arbre » 25 Déc 2015, 20:41

Super papier B-A :ok:
Comment ne pas être d'accord avec ASO ... Telle est la question.
Avatar de l’utilisateur
Carrefour de l'Arbre
Directeur sportif
 
Messages: 14744
Enregistré le: 22 Oct 2014, 18:21
Localisation: Chocolatine

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Flo76 » 25 Déc 2015, 20:57

Vraiment super ces articles :love: :ok:
Avatar de l’utilisateur
Flo76
Directeur sportif
 
Messages: 5390
Enregistré le: 14 Juin 2015, 14:11
Localisation: Dieppe #Alaph'gang

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Mika71 » 25 Déc 2015, 21:02

ASO n'est pas tout seul. C'est aussi pour cette raison, qu'ils désapprouvent totalement le projet "UCI". Certaines équipes et organisateurs de courses, en avaient déjà fait part de leurs inquiétudes.

Le projet UCI et Velon est assez vite cassable. Le fait d'avoir un retour sur investissements va probablement garantir de renouveler les différents contrat avec les "sponsors".
Mais d'un autre coté, on voit bien que le systèmes actuelle, marche bien voir très bien. Suffit de reprendre les mots des dirigeants d'AG2R, qui doit être lès mêmes que la Lampre, Cofidis, FDJ ou d'autres que j'oublie au passage. Même des anciennes équipes, comme Banesto, Kelme, T-Telekom ou US Postal.

J'ai pas toute les données du projet, mais quand je vois l'augmentation du nombre de course, qu'ils veulent une part du gâteau des droits TV et une ligue fermée. On va à l'encontre, d'un cyclisme populaire et on se coupe littéralement du cyclisme amateur.

Quid des petites courses ?? Qui meurent déjà à petit feux et qui là se verront obligé de mettre la clé sous la porte.

Oui ASO pourrait donnée des droits TV aux équipes, par rapport au TDF. Mais quid des autres courses ?? (sans oublié le Marathon de Paris et le Paris Dakar). A qui l'apport du TDF, bénéficie une organisation digne de ce nom.
Il est fort probable que "L'équipe" ainsi que "l'équipe 21" bénéfice de ceci pour vivre.

J'ai vu que les épreuves allemandes et belges étaient prêt à suivre Velon. Un peu surpris... Mais bon, tout le monde n'a pas le pouvoir, ni la possibilité de pouvoir choisir ses équipes, sans pour autant diminuer le plateau.
Et pis bon, quand je vois les équipes dans le regroupement...

Pour moi, ASO à pris la bonne décision.
Maintenant, il sera intéressant de connaître les différentes modifications de règlements. C.Prudhomme en avait donné quelques unes, via une interview sur "Vélo101".
Dommage que les oreillettes reviennent en "HC"...
Avatar de l’utilisateur
Mika71
Coureur pro
 
Messages: 1691
Enregistré le: 28 Juin 2015, 21:09

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Tilo » 25 Déc 2015, 21:37

Très belle article.
Avatar de l’utilisateur
Tilo
Champion confirmé
 
Messages: 15661
Enregistré le: 01 Juil 2013, 15:54
Localisation: La ou je veux

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Leon40 » 29 Déc 2015, 15:43

Très bon article. J'adore le ton ironique et humoristique qui ne dégrade en rien le fond qui par ailleurs correspond exactement à ce que je pense. Bravo :ok:
Avatar de l’utilisateur
Leon40
Jersey rojo
 
Messages: 7100
Enregistré le: 08 Nov 2015, 09:39
Localisation: Pays de la Chocolatine

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Yoken » 30 Déc 2015, 07:47

Excellent article !
Et oui, ASO a pris la meilleur décision possible. Je ne pense pas que l'UCI va appliquer la réforme, jamais le world tour se fera sans ASO...
Avatar de l’utilisateur
Yoken
Terreur de critérium
 
Messages: 683
Enregistré le: 29 Nov 2015, 22:12
Localisation: Yvelines

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Felagund » 30 Déc 2015, 23:15

Bon boulot ! Merci ! :love:
Avatar de l’utilisateur
Felagund
Coureur pro
 
Messages: 1659
Enregistré le: 09 Nov 2015, 10:53
Localisation: Yvelines

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar antoine77300 » 30 Déc 2015, 23:36

Très bon article, en revanche Katusha ne fait pas partie de Vélon :o .
Avatar de l’utilisateur
antoine77300
Jersey rojo
 
Messages: 6223
Enregistré le: 27 Oct 2013, 18:53
Localisation: Albi/Castres

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar Guame » 30 Déc 2015, 23:41

Effectivement, c'est corrigé, merci. ;)
Avatar de l’utilisateur
Guame
Manager
 
Messages: 23082
Enregistré le: 01 Juil 2013, 11:26
Localisation: A droite de Wim Vansevenant

Re: A l'ASO de l'UCI

Messagepar vino_93 » 05 Jan 2016, 18:25

Mika71 a écrit:Oui ASO pourrait donnée des droits TV aux équipes, par rapport au TDF. Mais quid des autres courses ?? (sans oublié le Marathon de Paris et le Paris Dakar). A qui l'apport du TDF, bénéficie une organisation digne de ce nom.
Il est fort probable que "L'équipe" ainsi que "l'équipe 21" bénéfice de ceci pour vivre.


Je ne crois absolument pas à cette théorie des autres épreuves d'ASO qui bénéficieraient du financement du Tour de France pour survivre.

Prenez l'exemple du Tour de Picardie. Il appartenait à ASO autrefois, et il leur coûtait de l'argent (pas de diffusion TV, donc pas de droits à vendre, donc effectivement certainement un trou dans le budget). Il a été "cédé" à une organisation bénévole qui peut elle équilibrer les comptes sans TV.

Et par qui a t il été remplacé ? Par le Tour du Yorkshire. Vous croyez qu'ASO est allé en Angleterre pour le plaisir d'y aller ? Personnellement j'en doute fortement. S'ils y sont, c'est parce que le Yorkshire (ou les villes, ou qui sais-je) paye. Et peut être, éventuellement, que les droits TV aident à boucler le budget ... et encore. Je ne vois pas ASO, un grand groupe, professionnel de l'organisation, se lancer dans l'organisation d'une épreuve partant de 0 (donc sans nom, sans histoire, sans rien) en sachant qu'ils seront dans le rouge.

S'ils sont allés en Norvège, à Oman ou au Qatar, c'est pareil. C'est parce que les financements étaient assurés par un office de tourisme, ou un gros sponsor qui voulait une épreuve.

La seule épreuve qui pourrait être dans le dur, je pense que c'est le Dauphiné. C'est une course un peu bâtarde, qui ne sert que de préparation au Tour. Et c'est justement pour ça qu'ASO la garde, parce qu'elle prépare le Tour de France, et leur à expérimenter en vue du Tour des montées, des cols, ...
On a peut être une situation compliquée pour Paris-Tours vue la partie de prestige, mais c'est une course en ligne, d'un jour, donc ça coûte moins.


Et il ne faut pas se voiler la face. ASO, dans le cas de la fameuse réforme, aurait largement de quoi survenir à ses besoins et continuer à faire vivre son épreuve. Tout simplement, au lieu de vendre le Tour seul, ils vendraient exclusivement un package (par exemple, PN, PR, Dauphiné, Tour), qui assureraient la pérennité des épreuves en manque de financement. Aucune grande chaîne de télé ne voudrait se priver du Tour l'été, tant c'est un produit sûr. Au pire, il y a tjrs des chaînes spécialisées prêtes à mettre bcp sur la table pour obtenir des droits qui marchent (cf le modèle de la F1, où les chaînes payantes ont fini par étrangler les chaînes en clair).
(Et je ne sais pas si ça n'existe pas déjà dans l'offre d'ASO)



Si la prise de position d'ASO est noble dans la forme, je doute du fond. Enfin, je pense qu'ils sont réellement attachés aux valeurs qu'ils défendent. Mais qu'on ne s'y trompe pas, ils défendent aussi, et surtout, leur part du gâteau.
On a pas affaire à une organisation bénévole, qui sait qu'elle mettra la clef sous la porte. Non, on a affaire à un groupe professionnel, qui dégage des bénéfices, et qui en dégagerait simplement moins si ce nouveau modèle passerait.

Mtnt, cette prise de position va aussi profiter à tous les organisateurs de "petites" courses pros, et c'est une bonne chose. Mais cette légende selon laquelle ASO serait obligé de laisser de côtés certaines épreuves, je n'y crois pas. Le tri a déjà été fait ... et ASO est une machine suffisamment solide pour fonctionner, même avec le modèle Vélon.
Avatar de l’utilisateur
vino_93
Champion en devenir
 
Messages: 13394
Enregistré le: 10 Juil 2013, 11:38