Écrit le par dans la catégorie Coup de bordure, Humour.

Le Tour de France s’élance, cette année encore, de l’étranger. Cette fois ci c’est le très verdoyant Yorkshire qui héritait du week end d’ouverture. Le peloton traversa la campagne anglaise entre Leeds et Harrogate hier, puis aujourd’hui entre York et Sheffield. Mais avant de détailler la course, présentons brièvement le palmarès des 5 dernières éditions :

2013 : 1 Svein Tuft (Can, Orica) 2 Assan Bazayev (Kaz, Astana) 3 Dmitriy Muravyev (Kaz, Astana)

2012 : 1 Jimmy Engoulvent (Fra, Saur) 2 Jan Ghyselinck (Bel, Cofidis) 3 Tyler Farrar (Usa, Garmin)

2011 : 1 Fabio Sabatini (Ita, Liquigas) 2 Andrei Amador (Crc, Movistar) 3 Danny Pate (Usa, HTC)

2010 : 1 Adriano Malori (Ita, Lampre) 2 Bert Grabsch (Ger, HTC) 3 Andreas Klier (Ger, Cervelo)

2009 : 1 Yauheni Hutarovich (Blr, FDJ) 2 Andreas Klier (Ger, Cervelo) 3 Jonathan Hivert (Fra, Skil)

Le plateau 2014

Tenant du titre, Svein Tuft viendra défendre ses chances cette année, toujours au sein de la formation Orica Green Edge, qui ne l’avait pourtant pas aidé l’an passé en terminant dernière du chrono par équipe. C’est dire l’exploit du canadien … mais cette année, pas de chrono par équipe, et globalement peu de contre la montre, discipline où il est peu à l’aise. Cela lui ouvre grand la voie vers un nouveau succès, d’autant plus qu’aucun de ses deux adversaires kazakhs n’est au départ ! Qui plus il a vraiment peaufiné sa forme en s’alignant sur le Giro, épreuve à faire lorsque l’on vise le général du classement à l’envers du Tour ! 2ème, battu par un grand Jetse Bol, le canadien n’a peur de rien.

Svein Tuft, lors de son Tour victorieux !

Svein Tuft, lors de son Tour victorieux !

Pas même du coureur qui a défrayé la chronique cette semaine : Ji Cheng. Le chinois a remporté la Vuelta 2012, avec près de 10′ d’avance sur son plus proche poursuivant. C’est dire s’il sera un sérieux outsider pour la gagne ! Il succédait d’ailleurs à son équipier Tom Veelers, lui aussi au départ. L’équipe hollandaise Giant aura donc de sérieux candidats à la victoire.

Ne vous fiez pas à l'impression de vitesse sur la photo ...

Ne vous fiez pas à l’impression de vitesse sur la photo … Ji Cheng sera bien un des favoris de ce Tour de France à l’envers !

Parmi les autres candidats, citons Alessandro Petacchi. Le vétéran italien est toujours fringuant, et semble au top de sa forme au moment d’aborder ce Tour ! Mais attention, il a souvent souffert par le passé d’un mental en demi teinte, le voyant abandonné trop souvent. Pourra t il tenir trois semaines ?

Enfin n’oublions pas Fabio Sabatini, vainqueur en 2011, où Danny Pate, qui fut sur le podium la même année, ces deux coureurs pouvant parfaitement briller.

  Etape 1 : York – Harrogate : 191 km

La première étape semble simple, et on s’attend à un sprint massif. Que nenni, les petites routes du Yorkshire ont déjà creusé de gros écarts, qui s’avéreront peut être décisif. Le départ est donné à 13 heures, et une heure après les premières offensives arrivent. Pas maladroit sur un vélo, Richeze pose une première banderille. Elle ne donne rien … pour le moment, car l’Argentin va se montrer en très grande forme ! Dans le final, la Lampre va organiser un coup de maître. Modolo et Cimolai vont se relayer pour lancer comme une fusée l’Argentin, qui va partir en compagnie d’Alessandro Petacchi, l’un des outsiders. Richeze, ça n’est pas une vraie surprise. Sur la dernière Vuelta il a échoué au pied du podium, alors que le Giro 2006 lui avait permis de montrer ses excellentes capacités, en terminant à la porte du Top 10. Pourtant sur ce genre d’étapes plates, il est plutôt habitué à truster les dernières places, comme son compère Modolo. Continuant son effort avec Cimolai, les deux équipiers de Richeze prennent une belle avance sur le reste du peloton, d’où sort dans le final le russe Isaychev, sérieux outsider lui aussi (6ème du Giro 2009 !), suivi de près par Ji. Arrivés à Harogate, Petacchi et Richeze s’affrontent, mais l’italien est le plus prompt à jaillir sur la ligne, et s’offre ainsi la première victoire du Tour 2014 !

Petacchi, un des vétérans du peloton !

Petacchi, un des vétérans du peloton !

Nous vous le disions plus tôt, les routes du Yorkshire sont pleines de pièges … et le final fut notamment l’occasion de constater une organisation pas tout à fait au point. Quelques coureurs ont carrément coupé court, et sont arrivés bien classés. On souligne ainsi la belle performance d’Andrew Talansky, l’américain étant plutôt habitué à courir derrière, comme sur le dernier Dauphiné … mais la tricherie est avérée, et il est donc reclassé, comme d’autres concurrents, dans le temps du peloton. Pour simplifier la lecture du classement, et ne pas donner crédit à ses actes intolérables, nous ne ferons pas paraître ces malfrats dans le classement de l’étape !

Ce soir à Harrogate, le ton est déjà donné ! Les favoris ne se laisseront pas marcher dessus, et Svein Tuft devra faire de nombreux efforts pour conserver son titre. Petite satisfaction pour le grand canadien, il régla le sprint du peloton …

  Etape 1 :

1 Alessandro Petacchi (Ita, Omega Pharma)

2 Ariel Maximiliano Richeze (Arg, Lampre)

3 Sacha Modolo (Ita, Lampre) 5’17

4 Davide Cimolai (Ita, Lampre)

5 Vladimir Isaychev (Rus, Katusha)  10’22

6 Ji Cheng (Chi, Giant) 10’32

7 David de la Cruz (Esp, NetApp) 10’58

8 Roger Kluge (Ger, IAM) 11’30

9 Edward King (Usa, Cannondale) 11’40

10 Gregory Henderson (Nzl, Lotto)

 

Etape 2 : York – Sheffield : 201 km

On le sait d’avance, ce sera le premier grand rendez vous du Tour. Le classement s’étant déjà bien décanté hier, on attendait avec impatience l’étape du jour. Tuft va-t-il réagir ? Ji grignoreta-t-il du terrain ? Quelle sera la tactique des Lampre ?

La population locale ... étrange ces autochtones.

La population locale … étrange ces autochtones.

La Lampre a décidé d’attaquer ce Tour par le bon bout. Modolo donne tout, encore une fois. Il lance sur orbite un très grand Richeze. Mais l’italien, pris d’un sérieux coup de bambou,  doit abandonner. Il rejoint ainsi Mark Cavendish, le britannique, non partant ce matin ! (il faisait parti des fameux tricheurs de la veille qui plus est !)

C’est donc en solitaire que Richeze boucle avec grande classe les derniers kilomètres de cette étape. Pourtant derrière, les favoris sont en place et mènent grand train pour rattraper l’argentin. On y retrouve notamment Marcel Kittel, portant le traditionnel maillot jaune de bon dernier … d’ailleurs il faudra ouvrir le débat sur l’intérêt de mettre en avant, de façon aussi tape à l’oeil, le dernier du général ! Bref l’allemand qui avait totalement raté son début de Tour, est à l’affût. Il mène la chasse avec ses équipiers Veelers, Timmer, Devenyns et l’inoxydable Ji. Les Giant réussissent à ramener le peloton à 2’32, mais c’est Roger Kluge, déjà bien hier, qui régle le sprint, devançant deux outsiders : Bernhard Eisel et Danny Pate. Seulement 30 coureurs terminent dans ce peloton. Notons la perf de Niki Terpstra, qui en solitaire tente de revenir dans ce groupe, sortant d’un petit peloton de 20 hommes, dans lequel on retrouve l’infortuné Svein Tuft, qui perd déjà près de 7 minutes. Cela semble mal engagé pour le canadien …

Richeze et Modolo, une association qui fonctionne bien !

Richeze et Modolo, une association qui ne fonctionne pas toujours bien … Modolo plein de rage sur cette étape du Tour de San Luis, alors que Richeze ne faisait guère mieux, au second plan.

Etape 2 :

1 Ariel Maximiliano Richeze (Arg, Lampre)

2 Roger Kluge (Ger, IAM) 2’32

3 Bernhard Eisel (Aut, Sky)

4 Danny Pate (Usa, Sky)

5 Alexander Porsev (Rus, Katusha)

6 Vladimir Isaychev (Rus, Katusha)

7 Gregory Henderson (Nzl, Lotto)

8 Dries Devenyns (Bel, Giant)

9 Benoit Jarrier (Fra, Bretagne)

10 Jean-Marc Marino (Fra, Cannondale)

Etape 3 : Cambridge – Londres : 155 km

Cette fois ci, l’étape est désespérément plate. On s’attend donc à un beau mano à mano entre le peloton et les échappées. Mais le final nous offre quelques surprises. Le peloton se morcele en plusieurs groupes. Mais cela loin, très loin derrière les vainqueurs du jour. Sortis en costauds, Edward King et Jesus Hernandez se disputent la gagne. On se souvient encore du jeune américain qui avait animé l’édition précédente avant d’abandonner très tôt. Cette fois ci il semble avoir retrouvé les jambes, mais Hernandez est le plus fort lors du sprint. On note la très belle tactique Tinkoff, qui grâce à Morkov et Majka, ont permis à Hernandez de disputer la victoire. Malgré toute sa vigilence, le leader Richeze est distancé de peu par le premier peloton. Heureusement pour lui il possède une belle marge d’avance, malgré le beau retour de King.

On note aussi la filouterie de deux Cofidis dans le final, Garcia et Simon, que les commissaires ont reclassé dans le même temps que les attardés, alors qu’ils se sont intercalés entre Riblon et Bideau. Que de tricheurs en ce début de Tour !

Etape 3 :

1 Jesus Hernandez (Tinkoff)

2 Edward King (Cannondale)

3 Michael Morkov (Tinkoff) 1’31

4 Rafal Majka (Tinkoff)

5 Christophe Riblon (AG2R) 2’17

6 Jean Marc Bideau (Bretagne) 3’30

7 Blel Kadri (AG2R) 4’07

8 Alessandro de Marchi (Cannondale) 5’21

9 Thomas Voeckler (Europcar) 

10 David de la Cruz (NetApp)

Etape 4 : Le Touquet – Lille Métropole : 164 km

Retour en France, dans la station balnéaire du Touquet Paris Plage. L’étape est là encore plate. Mais le trajet de la veille est resté dans les pattes de quelques coureurs, et le peloton s’est montré assez fade face aux attaquants du jour. On retrouve 6 hommes qui ont su faire un bel écart : Howes et Bauer pour Garmin, Ji pour Giant, King pour Cannondale, Vanotti d’Astana et de Clercq de Lotto. Derrière 9 hommes en contre, avec entre autres Riblon, Majka et de la Cruz.

Dans le final, les deux Garmin se font piéger par leurs compagnons d’échappée, bien heureux de ne pas avoir à manoeuvrer avec deux équipiers. Au sprint, Vanotti règle le petit groupe, Ji et King se contentant de réaliser une bonne opération au général. Très bonne même, car Richeze tarde à sortir du peloton et perd 5 minutes. Se réserve t il pour l’étape pavée ? Nul ne sait …

Etape 4 : 

1 Alessandro Vanotti (Astana)

2 Edward King (Cannondale)

3 Ji Cheng (Giant)

4 Bart de Clercq (Lotto)

5 Jack Bauer (Garmin) 13″

6 Alex Howes (Garmin)

7 David Lopez (Sky) 1’34

8 David de la Cruz (NetApp)

9 Rafal Majka (Tinkoff)

10 Julien Simon (Cofidis)

Etape 5 : Ypres – Arenberg : 156 km

Le premier grand rendez vous de ce Tour ! Les pavés ! Une étape qui s’annonce très indécise, encore plus lorsque la pluie s’est invitée à la fête dès ce matin !

Mais finalement, les leaders vont être sages. De nombreux coureurs sont distancés du peloton, mais c’est un gros groupe, réglé par Démare, qui franchit la ligne … très loin de l’échappée du jour ! Pas besoin de forcer pour les reprendre s’est on dit … En effet, Acevedo et Zandio, les deux échappées, perdront beaucoup de temps en montagne. Ils ont donc bénéficié d’un bon de sortie tout à fait logique dès le début des pavés. Notons enfin le panache de Ji, qui jaillit du peloton dans le dernier secteur pavé. Il se rapproche de Richeze, qui, esseulé dans le peloton, ne peut mener une poursuite plus intense. Néanmoins l’argentin contrôle toujours son bien.

Autre fait marquant du jour, l’abandon de la lanterne rouge 2013 : Christopher Froome. C’est dire si l’étape du jour a été intéressante pour que l’on daigne s’attarder sur un tel anonyme.

Etape 5 : 

1 Janier Acevedo (Garmin)

2 Xabier Zandio (Sky)

3 Ji Cheng (Giant) 9’44

4 Arnaud Démare (FDJ) 10’12

5 Arnold Jeannesson (FDJ)

6 David de la Cruz (NetApp)

7 Vasil Kiryienka (Sky)

8 Matthew Busche (Trek)

9 Alessandro Vanotti (Astana)

10 Michele Scarponi (Astana)

Etape 6 : Arras – Reims : 194 km

On le sait : très souvent les longues étapes sont propices aux coups de forces. Mais ici, c’est le vent qui se charge de semer la zizanie dans le peloton. Mais tout cela, loin derrière l’échappée du jour, la bonne échappée ! Celle d’Egoitz Garcia, vainqueur en solitaire ici à Reims. Le coureur Cofidis a réalisé un effort incroyable pour devancer ses compagnons, Christophe Riblon et son équipier Rein Taaramaë, que Garcia a chaleureusement remercié passé la ligne d’arrivée.

Mais l’info du jour, c’est bien sûr l’abandon de Richeze ! Blessé après une chute, il n’a pas souhaité s’aligner ce matin … Ji court donc en leader. Mais le chinois n’est pas un coureur banal. Non, il a du panache. S’il s’imposera, ce sera en grand. C’est ainsi que dans le final, encore revêtu de sa tenue Giant, il choisit de sortir en compagnie de De Clercq. Une sortie aussi motivée par la présence à l’avant de Christophe Riblon. Très en forme, le picard se rapproche petit à petit de la tête de la course … Néanmoins Ji limite la casse.

 

Etape 6 :

1 Egoitz Garcia (Cofidis)

2 Christophe Riblon (AG2R) 5’26

3 Rein Taaramaë (Cofidis) 7’43

4 Bart de Clercq (Lotto) 8’47

5 Cheng Ji (Giant) 8’49

6 Marcus Burghardt (BMC) 9’29

7 Alessandro de Marchi (Cannondale) 10’58

8 Jérôme Pineau (IAM)

9 Dries Devenyns (Giant)

10 William Bonnet (FDJ)

 

Etape 7 : Epernay – Nancy (235 km)

Encore une très longue étape, qui sera animée dans le final par quelques bosses. L’occasion de créer des écarts ?

Et bien oui ! Si un peloton d’une quarantaine d’hommes termine groupé, quelques opportunistes sortent dans le final … quelques opportunistes dîtes vous ? Non, il s’agit bien d’une team attack ! Trois Cannondale jaillissent du peloton et se relaient pendant plusieurs kilomètres, créant petit à petit l’écart sur le peloton. Mais qui est là ? Oui, c’est lui ! Edward King ! L’américain devient le nouveau leader de l’épreuve grâce à un effort incroyable, en compagnie d’Elia Viviani et Kristijan Koren, ses deux vaillants équipiers ! A la manière de la Lampre en début d’épreuve, ils innondent de leur classe ce Tour. Ils devancent le peloton de tête de près de 5 minutes ! Notons aussi le contre de De Clercq, qui grapille quelques secondes précieuses sur le peloton, et se rapproche de la tête de l’épreuve.

 

Etape 7 : 

1 Elia Viviani (Cannondale)

2 Kristijan Koren (Cannondale)

3 Edward King (Cannondale)

4 Bart de Clercq (Lotto) 3’47

5 José Mendes (NetApp)

6 Anthony Delaplace (Bretagne)

7 Adrien Petit (Cofidis) 4’59

8 Jean-Marc Marino (Cannondale)

9 William Bonnet (FDJ)

10 Davide Cimoli (Lampre)

 

A la veille des Vosges, c’est donc un classement général plus serré que jamais que nous apercevons ! Ji et King se livrent un duel incroyable, mais derrière ils sont plusieurs à être en embuscade. Le premier massif changera t il la donne ? On attend en tout cas, avec hâte, l’affrontement entre Ji et King.

 

1 Edward King (Cannondale)

2 Cheng Ji (Giant) 1’39

3 Christophe Riblon (AG2R) 10’15

4 David de la Cruz (NetApp) 10’21

5 Bart de Clercq (Lotto) 10’25

6 Rafal Majka (Tinkoff) 11’39

7 Elia Viviani (Cannondale) 13’59

8 Adrien Petit (Cofidis) 14’52

9 Alessandro Vanotti (Astana) 17’27

10 Albert Timmer (Giant) 20’25

 

Par Vino_93

Photos : wikipedia commons

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •